Royan c’est royal!!

03/10/2016

Pour l’aller du championnat beach (évènement vendu, revendu et bradé par Joël-Joël), ont répondu présents les Phoenix suivants : Elodie, Marie, Mathilde, Jon, Sylvain G., Etienne, Guillaume, Alex, Mousse, Cédric et votre narrateur lui-même.

equipebeachroyan2016

Une première voiture part en reconnaissance pour se retrouver chaudement accueillie au camping par LE veilleur de nuit, un sacré personnage bien local qui nous donnent les ficelles pour survivre dans le coin. Sur son bon conseil, nous attendrons le reste de la team aux Sables Chauds où nous le retrouverons fidèle au poste.

Après quelques points (verres) tactiques, nous rejoignons nos maisons mobiles pour être au taquet pour le premier match du samedi, qui ne sera pas des plus aisés…

Quelques heures plus tard, donc, premier match, contre les 33 Tours : on perds 13-3. On rentre bien dans le match, pas de grosses erreurs, mais la différence de niveau technique et physique est bien réelle. Pas grand chose à faire, donc. On reste sérieux jusqu’au bout et on met les points qu’on peut.

Deuxième match, contre les Frisbeurs 2 : on gagne 8-7. Petite appréhension du Captain Jojo face à une équipe de jeunes (donc qui cavalent) mais au final on arrive à bien jouer ensemble sans faire trop d’erreur, le spirit constant. Ça paie et on gagne le Royal Fu…. Golden Point by Hello Diddy Tharaud!

pauseroyan2016

Après une petite heure de pause, on remet ça contre ASPTT Chartres. Il sont forfaits joué, on part sans pression avec l’idée de faire notre jeu (et espérant que ce ne sera pas trop facile non plus). On n’est pas déçus, ils ne lâchent rien et sont impressionnants physiquement pour le nombre, restant assez lucides tout le long. Mais ils ne sont quand même que 6 (un chance pour nous) et nous gagnons ce match 8-4.

Dernier match de la journée, contre le Sun 2. Les matchs précédents commencent à se faire sentir dans les pattes et y’a quand même un peu du lourd en face. On tâche de s’appliquer autant que possible mais c’est difficile. On s’incline comme il se doit, on perd 13-4.

Photo d’équipe, courses, organisation de la soirée… Ca fuse dans tous les sens. On se met au point, on se disperse puis on s’retrouve tant bien que mal pour prendre l’apéro, à la place des fêtes, sur la plage avec un petit Molki sous le coude. Les Frogs passent un moment avec nous. Puis, la nuit tombée, les cris animaliers se font entendre dans la pénombre. Il est temps de récupérer nos pizzas, au grand dam d’Alex Boulbil (si vous entendez bientôt une « musique » qui parle de se faire basher à la pizzeria comme en boîte de nuit, pensez Phoenix).
On se fait ça en terrasse, suivi d’un petit Time’s Up un peu saboté par ma personne (n’est pas calligraphe qui veut) et peu à peu, les Phoenix retournent dans leur petit nid…

aperoroyan2016

Dimanche à l’aube : BAM, ménage pré-matinal pour se faire les quadriceps, suivi d’un petit déjeuner rapide sur fond de fair-play. On est prêt, on est chaud, mais on a un peu froid. Il est tôt, il fait un peu gris, on fait le premier match de la journée (encore).

Premier match du dimanche donc, contre les Zérogênes, sous quelques petites gouttes de pluie. Deuxième petite appréhension personnelle car ils ont tendance à bien gérer quand même, les p’tits zeros. Mais ils mettent un peu de temps à rentrer dans le match et nous on commence direct. Match très plaisant qui se termine par une victoire 9-5. Des vrais machines à Hot-Dog, dixit un célèbre philosophe.

Autant la veille, c’était match toutes les heures ou presque, autant là c’est le grand écart entre les deux derniers du week-end. Une team part finir de nettoyer les mobile-home au Kérozène, une autre s’abrite pour un petit déjeuner (qui va du croissant à la bière en passant par du beurre et des Irish Coffees).

ptitdejroyan2016

Cédric reste stoïque en sacrifice humain à une table de marque.
C’est qu’il s’est mis à pleuvoir sévère. Le rêve que j’ai vendu commence à jaunir sur les bords… Puis le soleil revient, certains se réchauffent à coups d’huîtres et de vin blanc de Chez Momo, d’autres improvisent un atelier massage en file indienne. On attend le dernier match en profitant du sable.

Dernier match du week-end contre Friselis : on prend cher, 13-2. Mais Marie « sky » un Friselis en guise de représailles. On finit le week-end comme on l’a commencé, face à une grosse équipe. On fait ce qu’on peut mais la différence de niveau est trop grande. Courbettes, révérence, merci à tous.

plageroyan2016

Puis les voitures repartent, direction le QG francilien.

Pour conclure, un joli week-end à la plage avec 3 victoires et 3 défaites, un très bon spirit, du disque qui tourne dans l’équipe, des bonnes tranches de rigolade, un peu de pluie mais surtout du soleil. Un bon week-end d’ultimate, en somme. En espérant que ceux qui n’avaient jamais foulé le sable dans ce contexte ne le regrettent pas (et qu’ils le raconteront même à leurs petits enfants).

Y’a plus qu’à remettre ça pour le retour !

Joël-Joël


Laisser un commentaire

'