Un week-end PCP

12/03/2018

Il a neigé, il a gelé mais la baisse des températures des jours précédents n’a pas refroidi le moral des troupes qui arrivent en ordre dispersé. Certains en train, d’autres en voiture. Certains à l’heure, d’autres non. Mais tous ont ramené leur enthousiasme. Les PhoenomeniX sont

Emmenée par Capitaine Mike, l’équipe des PhoenomeniX est composée d’Anna, Aurélien, Evelyn, Chad, Marie, Damien, Radi, José et Sonia.

Après un rassemblement vers 12h00, il est temps de parler de stratégie.

On crée les lignes, on répartit les postes. On briefe une dernière fois dans le vestiaire sur le stack horizontal et autres stratégies lorsqu’on est surpris par un zérogêne qui, portant bien son nom, nous fait l’audace de vouloir se “changer” dans le vestiaire durant notre plan de guerre. Devant cette espionnage technique opéré par l’adversaire, nous sortons des vestiaires en continuant d’expliquer que la stack circulaire est vraiment la plus adaptée aujourd’hui… Pas fous, les Phoenos!

15:00 zerogene 3

C’est chaud! Le 1er match est le plus dur. Il faut rentrer dedans. Les attaques et défenses sont de zone. Le score est serré au début mais les points sont longs. L’adaptation au terrain est difficile: Sonia catche dans la zone, sans savoir qu’elle y est, ce qui cause de la confusion, tandis que José tente une approche “hors zone” qui n’est pas fructueuse (selon le règlement de la ffdf). Fin du temps réglementaire et le score annoncé est 4:4. Les zérogênes nous usent et trouvent des solutions avant nous. Avec le cap +2 systématique on finit à 4:6.

C’est l’heure de reprendre des forces en prévision du deuxième match. Tout juste revenue de Bordeaux, Evelyn a rapporté des cannelés qui sont parfaits pour remonter la glycémie et le moral.

18:00 Sunset

On fait un très bon début de match. L’attaque en stack horizontal marche pas mal et les variations de notre défense de zone en 2:2:1 et 2:1:2 les embêtent bien mais pas toujours assez. Eux défendent avec une zone hybride (on apprendra dans la ronde de fin de match qu’elle s’appelle le revers du paresseux) qui nous gêne un peu, mais avec un beau collectif ça passe. Fin du temps 6:8 cap à 10. Ça se corse.

Les Phoenos sortent leur grand jeu. Un joli dive de José qui catche en zone la passe de Chad tout en évitant de rentrer dans Radi qui était là en soutien si besoin… On remonte et on y croit. Malheureusement les Sunset aussi montent l’intensité et on fini a 7:10.

Une très belle discipline tout au long du match, une intensité peut-être un tout petit peu moins constante. Ça n’a pas suffit pour gagner mais c’était du beau travail et le collectif a beaucoup progressé.

Samedi soir 4 valeureux Phoeno tentent une aventure gastronomique à Nemours tandis que les autres rentrent sur Paris.

Dimanche 11 février 2018

Dimanche matin tout le monde est là à l’heure pour l’échauffement et les dernières consignes de Cap’tain Mike.

11:45 Chacal Picards

Depuis la phase aller, ils se sont fait remarqués par leur énergie et leur extravagance. On s’attendait à leur jeu tout fou et ils ne nous ont pas déçus (voir le premier épisode des PhoenomeniX ici).

La consigne était claire : rester le plus calme possible, ne pas se laisser embarquer dans leur rythme. On a réussi à les embêter, mais pas assez. Ils sont trop physiques pour qu’on arrive à les suivre tout en restant serein. Comme redouté on se laisse contaminer par leur rythme infernal et même quand on récupère le disque on a du mal à poser notre jeu. Un très beau dernier point où on a tout donné, ils ont douté, mais pas assez. On finit sur le score sans appel de 3:12

Passage à la buvette pour refaire le plein. Comme toujours le rapport quantité prix est imbattable. Le menu à 5 euros vous nourrit pour la journée.

14:45 Unfrogettable

C’est notre dernière chance pour ne pas rentrer bredouille. Heureusement, les progrès acquis sur les matchs précédents payent enfin. Notre attaque bien posée avec le stack à plat marche bien. Notre défense de zone marche un temps, puis on fait des variations avec de l’individuelle quand ils commencent à trouver des solutions. Aucun point n’est donné mais on enchaîne, et on ne boude pas son plaisir de réussir ensemble. Les frogs sont bien là et pas question de baisser d’intensité. On ne lâche rien jusqu’au bout ce qui nous permet de gagner pour finir le week-end avec le sourire. Match gagné 11:6 !

Un petit debrief et c’est déjà le retour. Sncf pour certains, voitures pour les autres.

Tout le monde semble content du week-end et attend avec impatience les courbatures.

Sonia et Aurélien, doublette joueurs reporters pour les PhoenomeniX


Laisser un commentaire

'