To be or not to be

Ce samedi 2 février au petit matin j’avais rendez-vous avec Jon et Elo pour aller à Lamotte-Beuvron au T’UBI3. Dans la voiture on a découvert qu’UBI c’est pour Ultimate Beach Indoor. Donc de l’Ultimate sur un terrain couvert, de la taille d’un terrain de hand mais avec du sable au lieu du parquet ! En arrivant on a retrouvé Anto, A2, Francois, Kao, Marie, Sarah et Vivien au centre équestre fédéral.

Après un bon premier match Marie a prétexté une douleur de genou pour moins jouer parce que le sable c’est un peu fatigant. On lui souhaite un prompt rétablissement.

Nous profitons des échauffements pour mettre en place une ébauche de chorégraphie pour la soirée ce qui nous a également aidé à commencer à sympathiser avec le Ouftimate de Liège qui à la fin du match a nommé Kao MVP ce qui lui a permis de goûter leur alcool « FORT BON ! ».

Échauffement

Entre les matchs on a fait une partie de Dixit où Elo a gagné avec 29 points, Sara 23, Kao 22, Marie 20 et sans tricher, A2 20, François 18 et Anto et moi 8. Pour ceux qui veulent vérifier ces résultats, c’est pas possible.

Tout cela nous permet de décrocher le groupe GOLD pour jouer dimanche les places 7 à 12.

Arrive alors l’heure de la douche/apéro/dîner/soirée. Du coup on s’est douché ensuite on a pris un apéro chips Ricard (sic) puis nous avons diné et enfin la soirée a commencé. Nous avons ouvert le bal des chorés. Notre synchronisation et notre porté final auraient dû nous donner la seconde place mais les juges n’étaient pas du même avis et nous ont reproché d’être trop habillés.

C’est sûr qu’il n’y en a qu’un avec un pull !

Le lendemain on démarre face aux ouf et comme vous le savez un match contre les ouf ça se gagne à l’universe. Du coup on a gagné le match… à l’universe !

Puis match bien crevant mais non moins agréable contre des belges.

Belge ou traître, that is the question ?

Je pense que j’oublie un match du dimanche mais le plus important c’est que vous sachiez que l’on s’est bien amusé, que l’on a bien joué et qu’Elo a gagné au dixit.

Merci à Houcine qui perd la mémoire des scores des matchs d’Ultimate mais pas de Dixit… !

On retiendra tout de même que l’auteur de ces lignes remporte haut la main la chorégraphie en individuel

Ouverture de la saison : Beach à Royan

20171007_AvantApero.jpgY a du monde, et pourtant il en manque une !!!

Le frisbee reste dans l’esprit collectif intimement lié aux vacances à la plage ; malgré tout leur sérieux, les Phoenix n’ont pas boudé leur plaisir d’envoyer une équipe aux championnats nationaux D2 de Beach Ultimate à Royan.

Les 11 vacanciers Phoenix emmenés par Capitaine Oliv’ : Elodie, Gaïa, Marie, Sonia, Gyom, Houcine, Jérôme, Matthieu, Olivier, William, Zim.

20171008_Phoenix_Tease.jpgL’équipe presqu’au complet !

Samedi 7 octobre

1er match : FreezGo nous cueille à froid

Nous commençons ce championnat de très bon matin contre les FreezGo. Sous un soleil éblouissant, nos handlers proposent un jeu solide. Mais la jeunesse et la vivacité de nos adversaire est elle aussi éblouissante, et ils nous imposent un rude défi sur de longues passes. Les Phoenix répondent présents avec de beaux plongeons, mais les FreezGo creusent l’écart petit à petit.

Malgré quelques gestes techniques de grande classe, comme un catch genou-cheville de Zim, nous nous inclinons 11-7

Entre deux matchs, l’équipe travaille la cohésion et la communication, en utilisant au mieux le terrain : c’est le fameux « Sculpté c’est gagné ».

2e match : Révolution’air nous enrhument

Nous rencontrons de vieilles connaissances franciliennes pour le deuxième match de la journée. L’intensité est au rendez-vous dès les premiers points. Les révos arrachent un mini break d’avance dans les premières minutes, mais le match s’annonce très accroché. Nous mettons en place une défense de zone inédite qui nous permet de réussir notre défense par deux fois. Les équipes restent au coude à coude. En mettant en places des stratégies préparées à l’avance, nous glanons quelques points faciles… mais perdons aussi quelques disques bêtement. A 10 minutes de la fin, les phoenix n’ont qu’un point de retard.

Nous laissons alors filer les deux derniers points, et terminons à nouveau le match à 11-7. Un match mémorable, presque tout autant que le pool d’Oliv’ qui finit … sur le toit de la cafétéria voisine.

3e match : Moustix nous piquent

Face à une équipe en infériorité numérique, nous décidons de fatiguer nos adversaires en mettant en place notre défense de zone. Gênés, les Moustix font cependant preuve d’une belle patience et d’une grande lucidité et marquent malgré tout : ils prennent rapidement de l’avance à 6-3. N’ayant plus rien à perdre, nous libérons notre jeu et reprenons quelques points, malgré une énorme pression sur nos handlers et une défense « en clam ». Mais les Moustix profitent de quelques phases de jeu bien rodées qui leur permettent de maintenir leur avance à 10-7.

Cette fois encore, notre compteur reste bloqué à 7 points. Les Moustix nous infligent une défaite 12-7. C’est sans regret pour nous, puisque nos adversaires iront jusqu’en finale.

A noter que dans ce match, aucune faute n’a été commise, belle illustration de l’esprit du jeu à l’Ultimate Frisbee.

L’équipe n’a pas à rougir du jeu proposé, et peut profiter d’un repos bien mérité : bain de mer, jeux de plage, ou rencontre amicale avec des poteaux de signalisation. Nous prenons cependant soin de demander aux institutrices de l’équipe de nous apprendre à compter au-delà de 7…

Après le repas, sur le chemin de retour toute l’équipe s’interroge sur le sens d’un panneau invitant à une pause de 15 min… sauf pour une présidente Commichouillesque

201710_OhlesBoNoeuds.jpg Pourquoi s’arrêter ? Pour admirer ces nœuds encore !

Dimanche 8 octobre

4e Match : Magic Disc 2 fait un tour de passe-passe

Pour un premier match encore plus matinal que la veille, les Magics arrivent déjà bien échauffés. Sans se dégonfler, nous leur imposons un gros défi physique. Ils contournent notre défense de zone par de longues passes. Le tableau d’affichage indique 5-5 lorsque les Magics, un peu plus en réussite, parviennent à prendre le large à 8-5. Les Phoenix répliquent par de belles phases de jeu « comme à l’entraînement » et accrochent le cap à 11-9. Deux défenses plus tard, les Phoenix égalisent à 11-11 : le dernier point sera décisif. Nous décidons de retenter une défense de zone, mais les Magics y trouvent la faille et arrachent à nos dépends leur première victoire du week-end.

5e Match : Disc’Lexique 2 en perd son latin

Face à une équipe jeune, encadrée par deux joueurs expérimentés, nos middles mettent une grosse pression et bloquent les appels au milieu de terrain, ce qui nous permet de récupérer beaucoup de disques. Nos handlers, bloqués sur leurs passes longues, varient avec du petit jeu et concluent avec classe en appliquant la philosophie de jeu prônée par le club.

A la fin de match, le score est sans appel : 10-3 (soit un écart de 7 points!)

6e match : Sun 2 éclipsés

Après 4h de pause, et malgré un long échauffement, l’équipe de Créteil nous cueille à froid : nos erreurs techniques ou notre précipitation leur permet de mener 4-1. Nous nous ressaisissons et faisons jeu égal (sauf sur les pools…) pendant 20 minutes : chaque équipe attaque bien la zone adverse et marque ses points. Les Phoenix grignotent leur retard et égalisent à 8-8. En confiance, nous alternons entre un jeu fait de petites passes et des contre-attaques rapides : les Phoenix prennent leur envol vers leur seconde victoire, 12-8.

201710_OhLeBoDive.jpgLe plus beau dive du week-end 🙂

Deux victoires pour conclure un magnifique WE, fait de beau jeu, de soleil resplendissant et d’éclat de rires retentissants : que demander de mieux?

Merci à Jérôme, auteur de ces lignes. Et si vous ne croyez pas à toute cette belle prose parfaitement authentique vous pouvez toujours aller vérifier les résultats certes officiels mais moins sexy ici.

20171007_ApresApero.jpgLe frisbee c’est le fun !

Sí al Nau !

Coronado por los últimos rayos del sol de verano, la playa de Nau en Le Pouliguen fue escenario del campeonato beach retour. Un fin de semana que prometía muchos dives y sobre todo mucha alegría y buen humor. Aurelita, Élodita, Etienneito, Guillaumito, JoelJoelitito, Jonito, Ave Maria, Mouniatita, Olivito, Patochito, Sarahita y Williamito fueron los afortunados elegidos para representar a nuestro emblemático club, los Phoenix de Monte Rojo.

El fin de semana comenzó el viernes por la noche, desde que el mini bus del ambiente conducido por nuestro querido presidente tomo la autopista rumbo a un fin que quedara marcado en nuestras memorias por mucho tiempo.

Nuestro viaje comenzó a ritmo de Disney, Patrick Bruel y otros clásicos de la canción francesa e internacional. El trayecto fue muy placentero y lleno de emoción, y las horas pasaron sin siquiera darnos cuenta. Nuestras oídos fueron deleitados por nuestras engreídas del fin de semana, quienes sacaron a relucir cuerdas vocales con sus más sublimes notas. El día termino al rededor del siempre presente apero de bienvenida en nuestro refugio de lujo, el cual fue organizado gracias nuestros queridos amigos Élodita y JoelJoelitito.

phoenixbeachr2016

Día 1 (Sábado, 8 de octubre)

El día se anunciaba muy caliente, con una primera victoria frente Les Mermud (12-3). Una pequeña pausa se imponía para celebrar esta primera victoria. A pesar de la ligera brisa de otoño que se sentía en la playa, nuestros amigos pudieron refrescarse los pies en las orillas del mar. Lo cual inspiro a nuestras artistas Ave Maria et Élodita, quienes construyeron el emblema de nuestro club sobre la arena de la cálida playa de Nau, el cual fue decorado gracias a la generosa contribución de nuestra risueña amiga Sarah.

phoenixbeachlogo2016(Esta foto también está disponible con una zanahoria. ¿Adivina donde podría estar ?)

El día continuo con otros 2 partidos, en los cuales a pesar nuestra garra, esfuerzo y determinación terminaron en derrotas. Una frente a los Friselis 2 (12-5) y la segunda frente a los Magic Disc 2 (10-5).

Muy cansados tuvimos un merecido reposo al borde de la piscina y por supuesto el sauna. Continuando con un merecido partido de Mölkky y el respectivo apero. El día se terminó con una sabrosa cena alrededor de los típicos crepes y galletes de esta hermosa región francesa.

Día 2 (Domingo, 9 de octubre)

soleilbeach2016

Luego de un muy muy difícil despertar, al crepúsculo del amanecer, nos dirigimos hacia las playas para comenzar un nuevo día. La salida del tímido sol de otoño fue el escenario de nuestra primera victoria del día frente a los DiveManchot (9-6).

beachrteam2016

La primera pausa de la mañana nos permitió compartir un merecido café amenizado por un divertido juego, propuesto por nuestra elocuente logopeda Aurelita. Cabe señalar que luego de ello una cosa es segura, necesitaremos psiquiatra.

El día siguió con dos derrotas una frente a los ZéroGêne (12-2) y la última frente a los Freezgo Dos (13-5). A pesar de estas derrotas, nuestra alegría, garra y buen humor se mantuvieron hasta el final del último partido.

Al terminar este fin de semana, una cosa es segura, este quedara gravado en nuestras memorias por mucho tiempo. La alegría, el buen ambiente y la amistad sincera de este inolvidable grupo fueron los ingredientes necesarios para que este fin de semana sea uno de los mejores fines de semana del otoño 2016.

equilibre2016

Frisbee es patas arriba…

Besitos

Williamito

Ci-dessous pour répondre à la vox populi une traduction libre de droit ou plutôt libre tout court… Vous avez découvert l’astuce pour ne pas prendre de clases particulares ? Bravo ! Mais, soyez sympa, ne ruinez pas les chances du professeur et ne l’ébruitez pas…

Nimbée des derniers rayons du soleil d’été, la plage du Nau, au Pouliguen, près de la Baule, était la scène rêvée pour la phase retour du championnat Beach. Un week-end qui promettait de nombreux dives et surtout beaucoup de joie accompagnée d’une bonne dose de bonne humeur. Aurelia, Élodie, Etienne, Guillaume, JoelJoel, Jon, Marie, Mounia la llamita, Oliv’, Patoche, Sarah et William étaient les heureux élus des Phoenix, le fameux club d’ultimate de Montrouge que l’on ne présente plus.

Le week-end commençait en fait vendredi soir, dès que le bus de l’ambiance conduit par notre bien-aimé président prit la route pour une fin de semaine qui restera, à jamais, gravée dans nos mémoires…

Notre voyage commençait sur des rythmes endiablés de Disney (si, si !), Patrick Bruel et autres tubes français comme internationaux. Le trajet fut des plus agréable et remplit d’émotions, les heures glissant sans que l’on s’en rendît compte. Nos tympans étaient charmés par les douces mélopées de nos sirènes du week-end. Et finalement, cette première journée s’acheva autour du traditionnel et sempiternel apéro célébré dans notre retraite luxueuse, dégotée par nos deux GO Elodie et JoëlJoël.

Samedi 8 octobre 2016

La journée s’annonce chaude, avec une première victoire contre Les Mermud (12-3). Une courte pause s’impose pour célébrer cette première victoire. Malgré une légère brise d’automne, nos vaillants Phoenix se rafraîchissent le bout des orteils dans la mer. Ce bain de pieds rafraîchit les idées et donne l’inspiration à Marie et Elodie pour sculpter à même la plage de sable chaud du Nau l’emblème de notre club. La touche finale est alors délivrée par notre délicieuse et toujours souriante Sarah qui, par sa gracieuse contribution, et par la même sa privation,redonnait un peu de vigueur au Phoenix…

La journée se poursuit avec deux autres rencontres, qui en dépit de notre punch (ici ce n’est pas au sens Pisco Sour…), de nos effort et de notre détermination se terminent en défaites face aux Friselis 2 (12-5) et aux Magic Disc 2 (10-5).

Fourbus, nous goûtons un repos bien mérité à la piscine puis squattons le sauna de Peter. Nous enchaînons avec un Mölkky accompagné d’un apéro. La journée se termine autour de succulentes galettes et crêpes de cette magnifique région. D’ailleurs, les filles sont toutes grisées par la Baule et ses délices.

Dimanche 9 octobre 2016

Après un très très très difficile réveil dès potron-minet, nous partons pour la plage pour une nouvelle journée de sable chaud. Le timide soleil d’automne est alors témoin, dès son levé, d’une première victoire contre les DiveManchot (9-6).

La première pause matinale nous permet de déguster dans un premier temps un café bien mérité. Notre éloquente logopède, j’ai nommé Aurélia, l’agrémente d’un petit divertissement dont elle a le secret. Il est à noter qu’à partir de ce jour, une chose est sûre, les Phoenix ont besoin d’un psychiatre !

La journée se poursuit avec deux défaites : une contre les ZéroGêne (12-2), non sans plaisir, et une seconde face aux Freezgo 2 (13-5), qui nous laisse … de glace. Mais celles-ci n’altérèrent ni notre joie, ni notre détermination et encore moins notre bonne humeur qui furent présents jusqu’au coup de sifflet final .

Au moment de dresser le bilan de ce week-end, une chose est certaine : ce séjour restera effectivement à jamais gravé dans nos mémoires. La joie, l’ambiance et la sincère amitié de ce groupe inoubliable sont les ingrédients pour que ce week-end soit l’un des meilleurs week-ends de l’automne 2016. Pour toutes ces raisons, nous disons OUI au Nau !

Royan c’est royal!!

Pour l’aller du championnat beach (évènement vendu, revendu et bradé par Joël-Joël), ont répondu présents les Phoenix suivants : Elodie, Marie, Mathilde, Jon, Sylvain G., Etienne, Guillaume, Alex, Mousse, Cédric et votre narrateur lui-même.

equipebeachroyan2016

Une première voiture part en reconnaissance pour se retrouver chaudement accueillie au camping par LE veilleur de nuit, un sacré personnage bien local qui nous donnent les ficelles pour survivre dans le coin. Sur son bon conseil, nous attendrons le reste de la team aux Sables Chauds où nous le retrouverons fidèle au poste.

Après quelques points (verres) tactiques, nous rejoignons nos maisons mobiles pour être au taquet pour le premier match du samedi, qui ne sera pas des plus aisés…

Quelques heures plus tard, donc, premier match, contre les 33 Tours : on perds 13-3. On rentre bien dans le match, pas de grosses erreurs, mais la différence de niveau technique et physique est bien réelle. Pas grand chose à faire, donc. On reste sérieux jusqu’au bout et on met les points qu’on peut.

Deuxième match, contre les Frisbeurs 2 : on gagne 8-7. Petite appréhension du Captain Jojo face à une équipe de jeunes (donc qui cavalent) mais au final on arrive à bien jouer ensemble sans faire trop d’erreur, le spirit constant. Ça paie et on gagne le Royal Fu…. Golden Point by Hello Diddy Tharaud!

pauseroyan2016

Après une petite heure de pause, on remet ça contre ASPTT Chartres. Il sont forfaits joué, on part sans pression avec l’idée de faire notre jeu (et espérant que ce ne sera pas trop facile non plus). On n’est pas déçus, ils ne lâchent rien et sont impressionnants physiquement pour le nombre, restant assez lucides tout le long. Mais ils ne sont quand même que 6 (un chance pour nous) et nous gagnons ce match 8-4.

Dernier match de la journée, contre le Sun 2. Les matchs précédents commencent à se faire sentir dans les pattes et y’a quand même un peu du lourd en face. On tâche de s’appliquer autant que possible mais c’est difficile. On s’incline comme il se doit, on perd 13-4.

Photo d’équipe, courses, organisation de la soirée… Ca fuse dans tous les sens. On se met au point, on se disperse puis on s’retrouve tant bien que mal pour prendre l’apéro, à la place des fêtes, sur la plage avec un petit Molki sous le coude. Les Frogs passent un moment avec nous. Puis, la nuit tombée, les cris animaliers se font entendre dans la pénombre. Il est temps de récupérer nos pizzas, au grand dam d’Alex Boulbil (si vous entendez bientôt une « musique » qui parle de se faire basher à la pizzeria comme en boîte de nuit, pensez Phoenix).
On se fait ça en terrasse, suivi d’un petit Time’s Up un peu saboté par ma personne (n’est pas calligraphe qui veut) et peu à peu, les Phoenix retournent dans leur petit nid…

aperoroyan2016

Dimanche à l’aube : BAM, ménage pré-matinal pour se faire les quadriceps, suivi d’un petit déjeuner rapide sur fond de fair-play. On est prêt, on est chaud, mais on a un peu froid. Il est tôt, il fait un peu gris, on fait le premier match de la journée (encore).

Premier match du dimanche donc, contre les Zérogênes, sous quelques petites gouttes de pluie. Deuxième petite appréhension personnelle car ils ont tendance à bien gérer quand même, les p’tits zeros. Mais ils mettent un peu de temps à rentrer dans le match et nous on commence direct. Match très plaisant qui se termine par une victoire 9-5. Des vrais machines à Hot-Dog, dixit un célèbre philosophe.

Autant la veille, c’était match toutes les heures ou presque, autant là c’est le grand écart entre les deux derniers du week-end. Une team part finir de nettoyer les mobile-home au Kérozène, une autre s’abrite pour un petit déjeuner (qui va du croissant à la bière en passant par du beurre et des Irish Coffees).

ptitdejroyan2016

Cédric reste stoïque en sacrifice humain à une table de marque.
C’est qu’il s’est mis à pleuvoir sévère. Le rêve que j’ai vendu commence à jaunir sur les bords… Puis le soleil revient, certains se réchauffent à coups d’huîtres et de vin blanc de Chez Momo, d’autres improvisent un atelier massage en file indienne. On attend le dernier match en profitant du sable.

Dernier match du week-end contre Friselis : on prend cher, 13-2. Mais Marie « sky » un Friselis en guise de représailles. On finit le week-end comme on l’a commencé, face à une grosse équipe. On fait ce qu’on peut mais la différence de niveau est trop grande. Courbettes, révérence, merci à tous.

plageroyan2016

Puis les voitures repartent, direction le QG francilien.

Pour conclure, un joli week-end à la plage avec 3 victoires et 3 défaites, un très bon spirit, du disque qui tourne dans l’équipe, des bonnes tranches de rigolade, un peu de pluie mais surtout du soleil. Un bon week-end d’ultimate, en somme. En espérant que ceux qui n’avaient jamais foulé le sable dans ce contexte ne le regrettent pas (et qu’ils le raconteront même à leurs petits enfants).

Y’a plus qu’à remettre ça pour le retour !

Joël-Joël

Pornichet 2015: les Phoenix à la plage

En ce premier week-end de juin, dix Phoenix sont partis faire bronzette et manger des crêpes en Bretagne du côté de Pornichet. Ça fait un peu cliché ? C’est vrai mais il faut bien motiver les troupes pour la phase retour.

PhoenixFrog
Les dix bronzés, dignes représentants de Montrouge : Zim, dit Capitaine Crêpe, Aurélia, Marie, Mathilde, Ségolène, Alex, Joëlita&Joël, Olivier, Samuel et Tim.

Finalement, le plus difficile fut la mise en route, au sens propre : à quelle heure partir, comment dormir au milieu des moustiques ….

Capitaine Crêpe nourrit beaucoup d’ambition pour ce groupe et convoque tout le monde sur la plage à 8h30 pétantes… pour un premier match à 10h00!! A cette heure-là, ça caille dur. Il a monté également tout un schéma tayloriste en attribuant une tâche à chacun : Marie en charge du spirit (si si ce n’est pas une blague), Olivier a la lourde tâche de gérer Zim (c’est possible?) , Tim est naturellement le roi du timing (bien entendu sans montre c’est plus facile), Mathilde est Capitaine de soirée apéro (sans commentaire), Aurélia responsable sieste sur la plage (y a des photos), Ségo et Sam ont été désignés par Cupidon et devront faire une love passe pendant le week-end, Alex est chargé de cultiver le groupe (qui ne connait pas les douces mélodies de Hans Zimmer) et pour finir Joël sera porteur d’eau (ou de rhum…).

Samedi 6 juin – Phase de poule

RFO Sultan 8 – 6 Phoenix

Pour l’ouverture du championnat nous affrontons l’île de Ré. Ils ont quelque peu l’avantage du terrain, parce que pour nous Paris plage ce n’est qu »un mois par an et en plus sans la mer. Le démarrage est difficile (doux euphémisme) : en moins de deux minutes il y a déjà 2-0. Il faut réagir. Donc nous réagissons et au final nous en sommes à 5-0 : maintenant ils mettent un peu plus longtemps à marquer leurs points. Nous restons calmes et la bonne humeur aidant, nous remontons peu à peu. Nous n’hésitons pas à les faire courir et à les fatiguer. Ce travail de sape paye. Nous avons même l’opportunité d’accrocher le cap à 7-6. Hélas nous n’arrivons pas à conclure et les RFO plient le match en évitant le cap.
Un p’tit bilan d’après match. Peut-être quelques erreurs tactiques : ne pas avoir débuté avec la bonne ligne, permettre aux deux lignes de zoner etc. Mais le plus important : nous sentons qu’il y a moyen d’atteindre l’objectif de Capitaine Crêpe : finir second de la poule.

Freezgo Cuatro 7 – 10 Phoenix

Match potentiellement piège face à une équipe alliant la fougue de la jeunesse et l’expérience de vieux roublards. Nous démarrons sérieux et prenons vite le large. Puis les vieux roublards intervertissent leurs lignes : tactique gagnante puisqu’ils remontent au score voire nous passent devant. Nous en remettons un coup, surtout Ségo et Sam qui réalisent dans ce match leur love passe. In fine, nous nous imposons.dans le cap.
Avec cette victoire, nous nous faisons plaisir et accessoirement à notre Capitaine. Notre jeu simple paye. L’objectif sportif est toujours en vue.

Révolution’Air 8 – 5 Phoenix

Les Révos sont le gros morceau de notre poule. Ils proposent une équipe mixte : des débutants et des joueurs avec de l’envergure. Le début de match commence plutôt bien : 1 point puis 2 et toujours zéro pour les Révos. Puis ils se réveillent, nous rattrapent petit à petit pour finir devant. Nous ratons le cap de peu notamment pour une tentative de crêpe du capitaine par force 10 : même en Bretagne, ça ne marche pas !!
Après un petit moment d’incertitude, Capitaine Crêpe revient avec la banane : les Freezgo ont battu les RFO et nous finissons deuxième. Nous pourrons donc jouer le haut de tableau !

Pour aller fêter ça, nous nous rendons à the place to be : le bidule. Assez basique, il faut dire « blanc » ou « rouge » et impossible de sortir un verre ou une bouteille en loucedé même pour Marie. Après s’être marchés les uns sur les autres, nous filons avec nos pizzas sur la plage pour festoyer, ripailler et loup-garouter. Nous finissons la soirée chez Mathilde pour un times-up fait maison.

Dimanche 7 juin – Phase finale

Frog disc section 13 – 4 Phoenix

C’est le dimanche matin, il fait encore frais et ça va être dur face aux grenouilles. C’est effectivement le cas. Nous parvenons toutefois à marquer nos points face au vent par un petit jeu mais ce n’est pas suffisant. Force est de constater que la grenouille s’est faite plus grosse que le phoenix. Capitaine Crêpe remotive les troupes pour le match à suivre toujours dans la bonne humeur.

Freezgo Tres 10 – 6 Phoenix

Cette fois-ci il s’agit d’une équipe de Freezgo homogène : uniquement des minots qui cavalent et en plus qui manient bien le disque. Notre seule chance : qu’ils soient un peu trop fougueux et se désunissent. Ce ne sera pas le cas et nous pouvons d’ailleurs saluer leur sang-froid. A titre d’exemple , ils marquent face à notre zone après une remontée de tout le terrain par un invraisemblable jeu de petites passes sans craquer ni montrer de signe d’impatience. Belle maturité… Pour finir, le match en beauté, Joël se transforme en Joëlita et les Phoenix aligne ainsi une ligne 100 % féminine composée d’Aurélia, Mathilde, Marie, Ségolène et donc Joëlita. Patoche en a rêvé, Joël l’a fait !!

ZéroGêne 8 – 6 Phoenix

Dernier match du week-end. Nous souhaitons ardemment finir sur une bonne note. Le match est accroché. C’est une opposition de style : du petit jeu côté Phoenix, un jeu plutôt en longue côté Zérogêne. A 7-6 pour eux c’est quitte ou double. Sur un turn, ils balancent en longue et un zérogêne récupère dans un duel aérien en coin de zone.

C’est fini et nous terminons 8ème sur 13 de la D2. C’était bien le fun et les filles reviennent grisées par la Baule, même si elles se feraient bien bronzer le dos sur la plage de Trouville ! Coté sports, les garçons ont été très fermes.  Vivement le retour.

Pour savoir, en avant première, ce qui attend les Phoenix pour la phase retour à Royan, vous pouvez toujours cliquer ici.

Les Phoenix, un club qui vend du rêve !