Mais où est passée Carlotta ?

C’est une question qui nous est venue à l’esprit lorsque nous nous sommes remémorées le championnat 2017. N’étant pas assez nombreuses, nous avions fait appel à la très uithoudingsvermogen (nda endurante en néerlandais) Carlotta et son parfait maniement du disque.

Ce fût un week-end inoubliable mais le millésime 2018 a été encore meilleur ! Bien que nous n’ayons pas réussi notre objectif de classement dans les 6 premières équipes d’Ile de France, et un accès à la phase retour du championnat, nous nous sommes découvertes une équipe au top, unie, au complet et … dotée d’un nouveau style grâce à nos nouveaux maillots.

Ce samedi 1er décembre 2018, rendez-vous, non pas Place de l’Etoile avec nos Gilets Jaunes, mais, pour ne pas changer, au Novotel de Porte d’Orléans, avec nos (deux) chaussures indoor, nos maillots et nos grandes gourdes sauf Aurel qui a préféré apporter un thermos de vin chaud… Nous prenons aussitôt la route pour Luzarches, charmant petit village de 4 500 habitants perdu dans les champs du Val d’Oise … même si certaine n’avait qu’une envie : aller à Nemours !

Nous sommes au complet : notre adorée Capitaine A2, et le reste de la team – par ordre alphabétique pour ne pas faire d’esclandres 😊 :

  • Anna et ses super jambes qui n’ont rien à envier à Usain Bolt;
  • Aurélia et son œil au beurre noir, de quoi terroriser nos adversaires ;
  • Élo et son côté fédérateur +++, toujours de bonne humeur ;
  • Evelyne et son pyjama so fancy ;
  • Marie D. et son côté Fouette-moi ! Fouette-moi ! à savoir son désir prononcé de se faire remettre en place par les coachs et de nous crier dessus sur le terrain ! ;
  • Marie D. « d’Etienne » et ses super catchs en zone ;
  • Mathilde « de Monsieur X» , private joke que nous ne révélerons pas ;
  • Moumou et son franc-parler sur le terrain, guidé par l’importance de jouer collectif
  • et Sarah : sa peur légendaire du disque et ses cris sur le terrain en moins – enfin presque – et qui sera félicitée par les coachs à l’issue du weekend pour sa spectaculaire progression (Hum, on devine tout de suite qui a écrit ce résumé…).

Évidemment, nous n’oublions pas nos deux coachs préférés : Oliv’ et Patoche, et bien sûr Étienne, notre accompagnateur privilégié !!

Arrivées bien en avance à Luzarches, nous attendons patiemment le moment où nous affronterons les YAKA… Quoi de mieux qu’un match contre les championnes de France (et d’Europe – n’est-ce pas Aurel !), pour bien débuter le championnat ?? Nous sommes hyper motivées, avec le souvenir de les avoir menées jusqu’au deuxième point l’année passée, déterminées à faire mieux cette année ! Nous arrivons sur le terrain, prêtes à en découdre ! Les minutes défilent, les points pour les YAKA aussi mais les nôtres restent au point mort… Paraîtrait-il que nous étions paralysées par le stress !! Après un temps mort nous parvenons à marquer quelques points, ce qui est très bon pour le moral général de la team. En fait, il aurait peut-être fallu qu’on joue ce match à 10 (Féénix) contre 5 (YAKA) pour essayer de décrocher la victoire ? Piste à creuser auprès de la Fédé A2 !!

4 heures plus tard, nous jouons notre deuxième match contre l’équipe du centre commercial Créteil Soleil (plus connue sous le nom du « Sun »). Nous avons bien compris les consignes : défendre à fond, éviter les break et les longues !! Appliquées à la lettre, les consignes nous permettent de remporter le match et faire un très beau score 😊 (12 – 8).

Remontées à bloc suite à notre victoire face à Créteil Soleil, nous arrivons plus motivées que jamais sur le terrain pour affronter les « petites jeunes de Luzarches ». Elles ont beau jouer ensemble depuis plus longtemps que nous les Féénix, elles nous semblent toujours aussi jeunes et pleines de potentiel pour l’avenir comme A2 leur rappellera lors du huddle 😊 Notre défense de zone les met KO, impossible pour elles de la faire tomber, nous remportons ce match 11 – 6.

A l’issue de cette première journée, nous terminons 2ème de poule, une victoire à part entière !! Nous arrivons au classement après les YAKA, ça veut bien dire qu’on a à peu près le même niveau non ?? On aura la réponse bientôt…

En attendant, il faut bien que nous nous détendions un peu… A défaut de masseurs, osthéo et SPA, nous nous rabattons sur le Carrefour Market de Luzarches : y en a pour tout le monde et pour tous les goûts avec comme mot d’ordre : junk food et Jurançon. L’apéro s’annonce riche en calories. Sur les coups de 20h30, aucun de nous n’a évidemment encore faim, mais c’est avec entrain que nous nous dirigeons au resto réservé avec soin par Mathilde : le bar restaurant PMU de Luzarches… qui, en cette période de marché de Noël, nous informe n’avoir que 3 entrées, 3 plats et 3 desserts à proposer ! Pas de stress, tout va bien se passer. Nous nous régalons, comme quoi, il faut toujours se méfier des apparences 😊. Les blagues fusent à table et Evelyne a bon dos. Patoche annonce une fausse 3ème paternité, le discours de sourd entre Étienne et Eve pour savoir si Cédric Hernandez est irlandaise est épique, la serveuse nous qualifie de « crevardes », bref nous passons une excellente soirée.

Dimanche 2 décembre 2018 : deuxième journée des féminines.

Nous sommes contentes, nous avons le droit de dormir jusqu’à 8h15… le luxe ! C’est ça d’être classées deuxième… 😊. Savourer notre chance de dormir dans la zone commerciale de Chaumontel au Première Classe (pourtant pas très loin du Château de Chantilly !), il n’y a rien de meilleur !

Petit dej’ toutes ensemble, nous partons direction le gymnase. Après des détours dans Luzarches et un arrêt pompe à essence, nous parvenons à destination.

Nous sommes réveillées, prêtes à affronter les … Friselis de Versailles. Nous savons qu’il suffit de gagner ce match pour être qualifiées pour la phase retour… Sur un malentendu ça pourrait marcher pensons-nous toutes intérieurement… Sur le terrain, les choses se gâtent assez rapidement. A2 demande un premier temps mort pour nous remettre les idées en place mais c’est avec beaucoup de mal que nous arrivons à revenir dans le match.. Elles sont meilleures, il faut l’admettre, et puis elles sont beaucoup plus hargneuses (elles en feront les frais lors du fair play, tant pis pour elles). Le chrono défile, A2 nous fixe des objectifs, que nous nous efforçons de relever aussitôt énoncés et le deuxième temps mort terminé ! Nous finissons par entrer dans le match, mais malheureusement il nous reste trop peu de temps. Ces 8 minutes de match (comme l’a souligné Patoche), ont été intenses et pleines d’envie ! Dommage que nous ayons tardé à nous réveiller finalement…

Deuxième match de la journée et dernière chance de qualif.. Les « petites jeunes de Luzarches », encore elles. Nous nous doutons bien que pendant la nuit elles auront eu le temps de trouver une parade à notre zone et c’est bien ce qui se produit ! Nous repassons en Indiv mais force est de constater que face à des gamines de 16-18 ans on n’a pas les cannes pour les suivre malgré nos 25 ans… Elles galopent et nous tentons de suivre 😊. Malgré une défaite, nous sommes contentes de notre match car nous avons réussi à faire de belles choses. Notre déception se matérialise plutôt par l’impossibilité de nous retrouver en phase retour du championnat, nous qui étions si bien parties !

Dernier match de la journée et du championnat : les Tsunamis de Nemours avec ses sœurs jumelles qu’il faut à tout prix contrer. Nous comprenons les instructions, cela ne se passe pas trop mal, beaucoup d’envie et de plaisir sur le terrain, malgré la petite baisse de tension de Marie D (certainement due à la consommation excessive de kinder maxi) qui l’empêche de terminer le match. Petite défaite (7-10) certes mais un super match pour finir cette deuxième journée !

Bon, pour conclure :

  • Il est vrai que nous ne nous sommes pas beaucoup entraînées toutes ensemble (pour ne pas dire jamais…),
  • Il est vrai que nous n’avons fait que deux matchs amicaux (dont un à 6 et 4 mignonettes de 25cl pour bien s’hydrater …),
  • Il est vrai que nous avons encore des choses à améliorer et du jeu à construire ensemble,
  • Il est vrai que nous devons impérativement apprendre les règles et les gestes qui vont avec pour nous permettre de nous affirmer sur le terrain.

Mais il est surtout vrai que nous avons une équipe :

  • Qui déchire ensemble,
  • Qui aime jouer ensemble,
  • Qui aime rire et se charrier ensemble,
  • Qui aime manger (beaucoup) de kinder ensemble,
  • Qui a envie, un jour, de battre les YAKA et être championne d’Europe,

Mais surtout surtout, il est vrai que nous avons une équipe :

  • Qui adore plus que tout sa capitaine A2, qui nous sublime, qui nous donne envie, qui nous motive toujours et encore, et qui fait que nous sommes toujours hyper motivées pour porter les couleurs des Féénix chaque année lors du championnat féminin ;
  • Qui a une chance inouie d’avoir pour coachs Oliv’ et Patoche, les meilleurs coachs qui puissent exister !! Les résultats parlent pour eux d’ailleurs…;)

Avec tout ça et une assiduité un peu plus prononcée aux entraînements, nous devrions faire un carton l’année prochaine !!

On n’oubliera pas non plus de vous dire Merci aussi à vous les Phoenix pour votre soutien sur Whatsapp tout le long de ce week-end et pour vos encouragements !!

Rendez-vous samedi 19 janvier pour fêter les exploits des Féénix au Memphis ! Tous à vos yaentrainement !!

Merci à Mounia et Sarah, auteures de ces lignes, d’avoir abandonné 5 min Vente-privée.com pour nous avoir fait vivre de l’intérieur ce championnat au féminin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non Evelyne, ce n’est pas Carlotta !

OSONS LES FEENIX : 8 FEMMES A ANGERS

« Les paroles s’envolent, les écrits restent », voilà donc le résumé de cette coupe féminine indoor pour que nos souvenirs restent gravés.

201712_8Feenix.jpg

8 joueuses : Aurélia, Carlotta, Marie, Momo, Mounia, Radi, Sarah et Capitaine A2
2 coachs : Oliv’ et Etienne
1 supporter surprise : Jérôme
des soutiens permanents : Guillaume, Élodie, Evelyn, Sonia, Mathilde, Anna
et des impatients en attente des résultats : les Phoenix
tous se sont donnés rendez-vous pour cette coupe annuelle (3ème édition).

Départ vendredi soir, direction la verte Angers, pour un premier match le lendemain matin aux aurores. L’ambiance est au rendez-vous malgré l’annonce tragique et prématurée pour Johnny.

Samedi 2 décembre 2017

« L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt », n’est-ce pas Radi ?
Les filles sont au taquet, prêtes à en démordre sur le terrain.

1er match de poule : FEENIX vs HAKUNA MATATIX

« Aie confiance en toi, ferme les yeux et au fond tu sauras ».

Un 3-0 direct en 1 minute met les filles en confiance et les adversaires la tête sous l’eau. Notre défense agressive, qui anticipe les trajectoires, leur fait perdre les pédales et surtout les disques…On voit de bons appels, avec un jeu qui se déroule souvent côté ouvert pour un dernier break en zone.

Bonne mise en confiance pour ce premier match de la compétition que nous remportons 13-6 avant de jouer l’ogre, l’invaincu depuis 2010, le terrible YAKA.

« Horizon pas net, reste à la buvette ».

Mais les Féenix ont l’attitude de guerrières, on pose les binouzes et on court vers le terrain. Hâte d’en démordre avec celles qui hantent les esprits et que l’on n’a jamais jouées en 10 ans.

2ème match de poule : FEENIX vs YAKA

On retiendra seulement qu’à un moment du match on était devant (2-1)… et qu’au final on aura fait une belle prestation sans jamais avoir eu peur de jouer. Notre défense de zone les aura légèrement gênées et obligées à réfléchir à une stratégie d’attaque (dixit Rasta). On s’incline logiquement 18-5.

« On apprend peu par la victoire mais beaucoup par la défaite », c’est ainsi que l’on peut voir le fossé entre les grosses équipes à objectifs internationales et les autres.

On oublie et on passe à autre chose : « l’erreur n’annule pas la valeur de l’effort accompli ».

3ème match de poule : FEENIX vs TCHACAPONK

Quelle déception, quelle frustration…
Perdre d’un petit point alors qu’on avait la golden dans les mains et dans la zone mais contestée par un « injury » à l’autre bout du terrain et d’un « not in » non approuvé par toute la tribune située devant la ligne…La rage de Mounia se fait sentir. Et Sarah aura tout essayé : contester le contest…
On s’incline contre le cours du jeu 8-7 … et peut être d’avoir été trop fair-play. Mais on retient surtout encore un très bon match des Féenix qui auront tout donné malgré la fatigue.

« Dans une contestation, ne te laisse pas gagner par la colère, elle t’enlève une partie de ta force, et te livre désarmé à ton ennemi ».

Vite oublier, vite se tourner vers l’ultime match de la journée qui nous permettrait de prendre une troisième voire une deuxième place méritée.

4ème match : FEENIX vs TSUNAMISS

« Que celui qui n’a pas encore atteint l’autre rive, ne se moque pas de celui qui se noie ».

Les tsunamis se pensaient déjà de l’autre côté du fleuve dès l’échauffement. Cette assurance leur aura fait plus de mal que de bien. Dommage car cette équipe très physique pourrait tout déchirer mais le mental n’y est pas. Notre zone 2-2-1 n’aura que très rarement était percée par cette équipe jeune en expérience et quelque peu impatiente. L’écart se creuse dès le début sans jamais que les Féenix ne soient mises en danger. Victoire solide (11-4) mais glaciale dans le huddle.

Les Féenix finissent du coup 3ème de leur poule, la deuxième place se jouant au goal average ou pour être tout à fait correct… au goal gap !

Retour à l’hôtel, douche et apéro.

« Que celle qui n’a pas encore pris sa douche, ne se moque pas de celle qui a cassé le pommeau ». Ce sera donc lavage au tuyau…

Maintenant, place à la soirée : petit repas italien où les rôles s’inversent. Les Féenix font tourner les têtes des serveurs italiens. Peut-être trop d’ailleurs car ils en oublient de leur offrir le dessert malgré les talents de négociations de certaines…

Et pour un petit décrassage, on enchaîne par une after au bowling.
Notre supporter surprise est arrivé dès l’apéro et nous a mis la misère au bowling même si le duel avec son second est resté serré toute la partie.

201712_Jerome.gif

1er : Jérôme, notre Jesus Quintana du week-end
2ème ex-aequo: Marie & Étienne
Donc pas de troisième 🙁

On n’évoquera pas dans ces lignes ni le retro-bowl, ni les remontadas et la fanny qui suivirent en air hockey…

Minuit, il est l’heure de se coucher, la compétition n’est pas terminée…

Dimanche 3 décembre 2017

Réveil difficile voire très très difficile : les jambes sont lourdes et les paupières aussi. N’est ce pas Aurélia …
Le réveil musculaire sous la houlette de Momo fait du bien et permet de redémarrer en douceur.

5ème match : FEENIX vs LADIES JETS

C’est le match de cross over. Ultime chance de rejoindre les quart de finale.
Encore une équipe très jeune, mais cette fois-ci très humble, à l’image de leur coach et encadrée par deux trois plus anciennes. Bon départ de notre côté (4-1) puis elle recolle vite après un temps mort. Le match se tient jusqu’à une ultime golden perdue (12-11), qui aura plusieurs fois changée de mains.

Bon match dans l’ensemble mais très physique face à 11 petites jeunes plein d’avenir. Nous allons donc jouer de la 9ème à la 12 ème place.

« Marche en avant de toi-même, comme le chameau qui guide la caravane ».

6ème match : FEENIX vs FREEVOL

Le seul non match du week-end, nous perdons en toute logique 12-7. Il va falloir relever la tête pour espérer décrocher une 11ème place tant méritée. Mais tout de suite, il s’agit aussi de bien récupérer. A 8, la fatigue arrive plus vite surtout en jeu continu. Même Carlotta commence à être essoufflée… !

« Si le problème a une solution, il ne sert à rien de s’inquiéter. Mais s’il n’en a pas alors s’inquiéter ne change rien ».

7ème match : FEENIX vs FU’RIES

Sursaut d’orgueil pour ce dernier match du week-end. La fatigue est présente mais les Féenix ont à cœur de terminer sur une victoire.

L’avance est faite dès l’entame mais les adversaires reviennent dans le match comme des… furies. Dans les dernières minutes, Capitaine A2 sort sur blessure… Après un seconde de mines déconfites, toutes les Féenix se ressaisissent pour terminer et enchaîner sur 3 points victorieux. Belle victoire 10-7 à l’arrachée avec une équipe qui aura su, par son incroyable collectif, trouver l’énergie nécessaire pour vaincre.

« Au bout de la patience, il y a le ciel ».

Bilan de la coupe

Un bilan très positif avec une excellente 11ème place sur 20 même si l’on aurait pu figurer dans les 8 premières sur 2 goldens…

Une magnifique 5ème place au fair-play, avec la 2ème note au niveau attitude.

201712_Feenix_GingerZ.jpg

Ce bilan est la victoire d’un groupe (8 joueuses, 2 coachs et des absents toujours présents), d’un collectif qui continu à prendre forme d’année en année, en espérant encore mieux l’année prochaine.

« Celui qui croit qu’il peut se passer des autres se trompe, et celui qui croit que les autres ne peuvent pas se passer de lui se trompe encore plus ».

Bravo les Féenix et un grand merci à nos 2 coachs qui nous auront supporté tout un week-end car « le silence est le plus beau bijou d’une femme, mais elle le porte rarement ».

Merci à A2, auteure de ces lignes. Et si vous ne croyez pas à toute cette belle prose parfaitement authentique vous pouvez toujours aller vérifier les résultats certes officiels mais moins sexy ici.

Le dernier mot pour Carlotta : « Beter een goed team in Frankrijk dan e en team verweg in Nederland ».

Film Fée’Nix

TITRE DU FILM : PRINCESSES FEE’NIX

LIEU DU TOURNAGE : A ANGERS ET AU CHÂTEAU DE SAVENNIERES

SON : MARIE (surtout la nuit)

LUMIÈRES : A2 (dans certaines chambres)

ACTRICES : ANNA, AURÉLIA, ÉLODIE, EVELYN, MATHILDE, MARIE, MOUNIA, SARAH, SONIA ET A2

feenixangers2016

METTEUR EN SCENE : GUILLAUME

PRODUCTEUR : FFDF qui, à terme, garde le contrôle du sport.

SCENARIO : 2ème coupe féminine indoor et 2ème participation des Fée’Nix. L’objectif étant de faire aussi bien que l’année dernière (7ème/12) sur le terrain et tenter de conserver le trophée du fair-play.
Pour pimenter le scénario, le producteur a changé les règles de tournage 6 semaines avant le film : pas de pause, on tourne en continu. Changements d’acteurs autorisés en plein tournage. Film de 25 minutes avec prolongation d’une scène.

INTERVIEWS DES ACTRICES ET DU METTEUR EN SCÈNE :

SARAH, que penses-tu du jeu continu ?

« Je préfère car il faut toujours être concentrée et plus au taquet sur le terrain et à l’extérieur pour rester dans le match. Quand on est essoufflée, on peut sortir de suite et c’est plus efficace. »

AURÉLIA, as-tu eu peur des T-RAIX ou étais-tu prête à bouffer du dinosaure ?

« Non je n’ai pas eu peur. C’était un super match car fluide et fun. J’avais un peu peur d’être handleuse mais cela s’est plutôt bien passé. Heureuse d’avoir gagné 12-3. »

EVELYN, 11-8 contre les Zérogènes te semble-t-il justifié ? Et comment t’es-tu sentie sur le terrain ?

« Le score est justifié car on a fait du bon jeu, de la belle défense et de belles longues. Je me suis sentie un peu perdue sur le terrain avec notre nouvelle attaque de zone (annoncée judicieusement par Marie). Ma binôme Mounia est gentille et on travaille super bien ensemble. Tout est dans la force de mon pyjama. »

ANNA, as-tu retrouvé une jeunesse en jouant contre Magic disc ?

« Je me suis sentie vieille. A la fin, il y avait un écart physique. 4-12 : ça fait mal. Il ne devrait pas y avoir autant d’écart. Il aurait fallu une stratégie car notre jeu était désorganisé mais ce sont les nouvelles règles. Les 3 filles aux bandeaux nous ont bien laminées. »

MARIE, as-tu apprécié les petits beurres de Nantes ?

« Je me suis énervée à la fin. Des gens ont abandonné sur les 4 derniers points. J’étais frustrée. Il n’y avait que des passes trop tard, plus du tout de lucidité et un décrochage total. 4ème match difficile physiquement et défaite au final (10-14). »

SONIA, ça fait quoi d’être la mamie du groupe ?

« J’ai l’habitude. J’essaie de courir quand même et j’espère que ça ne se voit pas que je suis vielle. (Aurélia : « ça ne se voit pas »). Je compense avec mes années d’expérience (2 ans) 🙂 . Mais quand tu es une mamie, tu veux aller chercher tes dernières ressources et tout donner. Le hockey subaquatique m’a bien aidé pour ça. »

feenixangers2016

SARAH, AURÉLIA , avez-vous bien dormi ?

« On s’est endormi très rapidement. Heureusement qu’il y avait le bouton de la lumière à côté de notre lit. »

A2, le coucher ?

« Pas rapide, mon binôme a fait que de parler…de rétropool 🙂 »

MATHILDE, 1er match du dimanche matin à 9h encore contre les T-RAIX, dur dur ?

« Ça dépend pour qui. Moi ça allait. J’étais motivée, je voulais faire un jeu propre, mais ça tirait de partout au niveau de mon corps. Trop de courbatures. On s’est bien trouvé, bonne pression défensive. Mais quand on a nous-même la pression, on perd de nombreux disques. Il faudrait mettre plus de plays. Donc bon match mais frustrant. Ma binôme préférée a fait un pool dehors. Mais au final on gagne 12-3 »

MARIE, est-ce que ton rétropool de l’année dernière te met la pression sur les longues ?

« Non parce qu’il n’y a plus de pool à lancer avec les nouvelles règles et pour les longues, ça va, je n’y pense pas. »

ÉLODIE, regrettes-tu de ne pas être restée au PUC ? Et que penses-tu du match ?

« Non, je préfère nos maillots. J’aime trop les Fée’Nix et en plus, on a gagné 9-4 et je préfère être dans l’équipe qui gagne. J’ai aimé le match car le jeu était construit et il y a eu de belles phases de jeu donc c’est cool d’arriver à faire des choses sur le terrain. Match accroché et c’est cool. C’est motivant quand on est dedans. Mais j’ai perdu un genou sur un dive défensif réussi. »

MOUNIA, que penses-tu de ton match et de ton week-end ?

« Je trouve que j’ai vraiment progressé par rapport à l’année dernière. J’ai même marqué 2 ou 3 points. A la même époque l’année dernière, ce n’était vraiment pas ça, donc je suis plutôt fière de moi et de mon équipe. »

A2, une impression sur le week-end ?

« En fait, je crois que je ne vais avoir que des regrets. Je regrette que ce week-end se termine, je regrette qu’il faille attendre 1 an avant de pouvoir remettre ça. Je regrette de ne plus me coucher dans le château, de ne plus voir Evelyn en pyjama. Je regrette de ne plus avoir Mathilde comme binôme, de ne plus voir Élodie faire des dives défensifs. Je regrette de ne plus voir Aurélia sortir des coups droits « outside in » décisifs et de ne plus apprécier les centaines de courses en longue d’Anna. Je regrette de ne plus apprécier les catchs de ouf de Mounia au sol et ceux de Sonia en l’air. Je regrette de ne plus pouvoir faire de passe-et-va avec Sarah et de ne plus vérifier l’alignement nasal de Marie. Je regrette de ne plus pouvoir étirer nos psoas sur les conseils de Guillaume. Bref des regrets, de la tristesse mais beaucoup de bonheur vécu en 2 jours et très fière de cette équipe qui progresse.

KARATÉ… !  »

etonnantesfeenix

GUILLAUME, comment s’est passé ton week-end avec tes 10 princesses ?

« C’était horrible … »

Merci à A2 auteure de ce scripte.