Flame part en voyage à Montbéliard

C’était par un beau week-end du 11-12 Janvier 2020

L’équipe Phoenix : Anto, Etienne, Houc’, Jon, Kao, Marco, Monsieur Q, Pierre, Roquette et Viven.

Connaissez-vous Flame ? Non ce n’est pas Zim
C’est la mascotte de l’équipe 1 des Phoenix de Montrouge. Elle est plutôt chaleureuse, solide, dotée d’une bonne écoute : on peut lui vider son sac quand on fait des erreurs sur le terrain. Ce week-end, Flame est partie avec son équipe pour la phase aller Indoor de National 2 à Montbéliard en Franche-Comté.

Flame, la mascotte des Phoenix

Pour garder la meilleure disposition physique de ses joueurs, Flame a opté pour découper le trajet en deux temps avec une petite nuit bienfaitrice à mi-chemin. C’est l’occasion aussi pour Jon et Pierre de s’initier à Hanabi, guidé par les bons conseils de Houc’.

Contrairement à ce qu’avait compris Pierre bien installé dans l’hôtel, on reprend la route le samedi matin, chauds comme jamais. Dans la voiture c’est séance de maître Gims, blindtest et concours de GIF qu’Etienne remporte haut la main.

Conséquences du GIF d’Etienne

Jon quant à lui, emporté par sa célérité, s’improvise au volant une petite photo d’équipe ; demandez le tirage auprès de la police pour 68€ seulement (virement à faire au club).

PUC : Victoire 11-10

14h30, rien ne va plus, les Phoenix ont fait 500 km de route pour affronter nos voisins parisiens le PUC. Anto’ annonce le jeu avec la première défense du WE et les Phoenix mettent de suite 2 points. La suite est extrêmement intense et serrée. Les points défilent des deux côtés. Je vois passer 2-2, 4-4, 6-6. 9-8 pour les Phoenix, cap à 11. La tension atteint son paroxysme à l’universe que Marco fait durer à deux reprises.

Freev’Owl : Défaite 12-7

On affronte l’équipe locale, particulièrement jeune et physique. Si les Phoenix rentrent bien dans le match avec 3-1, la remontée des Freev’Owl ne se fait pas attendre avec l’égalisation à 6-6. La 2e moitié du match est compliquée chez les Phoenix qui peinent à se trouver. Après le match on débriefe un peu la frustration au vestiaire avec Flame.

Soirée

Röesti or not Roësti ? Le débat est lancé par Vivien, mais l’orga, représentée par Houc’ & Anto, nous redirige vers une traditionnelle pizzeria. Dur de manger végétalien en Franche-Comté !
Au resto, grosse discussion sur les matchs et tactiques. Annoncé par Houc’, il y avait 2 chances sur 10 de battre Freev’Owl. Pierre négocie, revoie l’offre et propose un compromis à 3 chances sur 10. En statisticien rigoureux, avec cette défaite on passe à 3 chances sur 9. Bref, on demande la revanche à la phase retour.

Friz’Bisontins : Défaite 9-7

Il est 10 heures et les Phoenix se préparent à affronter les Friz’Bisontins, une équipe de bons gaillards élevés aux produits du terroirs (Comté, Cancoillotte, saucisse de Montbéliard et autres douceurs légères) et guidée par Kevin, le fils de Kao. Ils imposent une grosse opposition et leur jeu d’attaque à base de break, de longues et d’upside porte ses fruits. Alors qu’ils mènent 7 à 3 nous nous ressaisissons avec une belle remontée et nous ne sommes pas loin d’accrocher l’universe. Ce jour, l’équipe du fils a eu raison de l’équipe du père.

Tous chauds, mais peut-être pas tous Phoenix…

Le PUC – que nous avons battu – ayant gagné contre les Friz’Bisontins, nous nous retrouvons dans une triangulaire avec ces deux dernières équipes. La montée en poule haute risque de se jouer au goal average et ne s’obtiendra qu’avec les victoires des deux prochains matchs. Nous sommes donc à bloc pour le prochain match qui nous oppose aux Moustix de Lyon.

Moustix : Victoire 9-5

Notre rentrée dans le match est immédiate. Nous arrivons particulièrement à nous trouver et à établir un jeu fluide : nous menons 6 à 1. L’opposition augmente en deuxième partie de match mais cela ne suffit pas. Nous gagnons ce match très plaisant à jouer avec un très bon esprit des deux équipes.

Zérogêne : Victoire 13-5

Notre dernier match nous oppose à l’équipe de Plaisir. Le match est déséquilibré en notre faveur car ils jouent à 7 avec un niveau physique inférieur au notre. Les Zérogênes ne déméritent pas et jouent le match à fond. Je retiens du match l’énorme bachot d’Houcine.

Les Phoenix … Chauds !

Bilan

Bilan très positif pour l’équipe avec trois victoires et deux défaites, mais surtout une qualité de jeu croissante tout au long du weekend. Nous finissons ainsi 3e de cette première phase du championnat nous offrant ainsi la qualification en poule haute et nous assurant le maintien en N2. L’objectif – pourtant annoncé difficile – est accompli et les Phoenix repartent heureux du week-end, avec malgré tout une petite larme à l’œil de quitter la plus belle région de France !

Au retour c’est débat sur Star Wars 9 puis blindtest d’abord orienté cris d’animaux et ensuite séries.

Merci à l’équipe pour ce moment collectif et intense et tempête de Love aux parents de Monsieur Q venus supporter les Phoenix dans tous leurs matchs !

L’équipe Montbéliardaiserougienne du jour

Merci également à Monsieur Q, l’auteur presqu’incognito de ces lignes et fils prodige

La Nuit des Phoenix Samouraïs

C’est dans la nuit du 6 au 7 décembre que s’est déroulée la Nuit des Samouraïs. Tournoi nocturne organisé par le Val d’Europe Chessy Ultimate aussi appelé les DiscLexiq’, cet événement est organisé pour le Téléthon et pour ça, un grand merci à eux !

Cette année les Phoenix n’ont pas été en reste, que ce soit sur le terrain, en dehors, à travers les diverses activités proposées pour le Téléthon, ou bien lorsque l’on trompait le sommeil grâce à l’esprit de feu des Phoenix car cette ambiance de folie a régné toute la nuit !

« Phoenix ! Sa ! Phoenix ! Mou ! Phoenix ! Raï ! … SA-MOU-RAI !!!»
(On n’a pas trouvé plus original :D)
L’arrivée


L’équipe était composée par de 10 Phoenix motivés comme jamais, pour en découdre du soleil couchant aux aurores : Léo, Tristan, Pierre, Octave, Will, Charlie, OB, Marie, Sarah et Léna.

Le périple fut semé d’embûches entre les grèves, les mauvaises adresses saisies sur le GPS mais ils y arrivèrent.

Le 6 décembre 2019, 5 minutes avant le premier match 90 % de l’effectif était ready pour le premier match, celui qui nous opposa à nos nouveaux frérots de l’ouest parisien, Lutèce !

20h00 : Lutèce – Phoenix : 7-7

Notre tout premier match dans lequel nous commençons par la défense. Les sensations sont plutôt bonnes et l’on manque de peu de gagner ce match qui nous a permis de commencer à nous mettre en place. On finit par un beau match nul (Si si c’est bien un match d’Ultimate…)

23h00 : Amour du disque – Phoenix : 10 – 4

Ce deuxième match est plus compliqué, malgré une intensité physique, nous tombons sur une équipe très bien organisée et redoutable. Combatif jusqu’à la fin nous finissons par nous incliner sans remords.



02h00 : Rien à prouver – Phoenix : 10 – 3

Nous tombons sur une équipe très jeune et physique. Si le match précédent nous a confronté à une équipe qui avait un niveau au-dessus, nous n’avons pu que reconnaitre que nous ne jouions pas dans la même catégorie sur celui-là. Mais qu’à cela ne tienne, motivés comme jamais, serrant les dents, on leur impose toute notre énergie, 1 point contre les Phoenix ça se mérite !

04h25 : Grande Boulador : On l’a perdu de beaucoup… Mais ce n’est pas ça qui compte

Encore une fois, vos samouraïs tombent sur une équipe très bien organisées avec de très bons éléments. Rapidement ils placent une zone qui nous fera perdre quelques points. L’équipe se remobilise alors et nous sommes plus patients, travaillant avec nos handlers et middles habiles… Malgré la défaite, le match reste très agréable contre cette équipe qui exploite le moindre de nos faux pas. Nous tombons encore une fois … Mais ne nous déclarons pas vaincus… Jamais !

06h00 : Disc’Lexiqs – Phoenix : 10- 7

Est-ce le match précédent, notre folie grandissante au fil de la nuit, un regain de forme, mais enfin nous retrouvons des automatismes et parvenons à transformer nos phases de construction. Les progressions sont de plus en plus belles, les drops souvent concédés sur des erreurs liées à la fatigue. Pas très loin de revenir à égalité, nous craquons en fin de partie. Malgré quelques tentatives de zone, les Disc’Lexiqs sortent vainqueurs…



7h05 : Amour du disque – Phoenix : 5 – 3

Dernier match, 7ème place en jeu …. Un air de déjà vu… Nous nous retrouvons face l’Amour du Disque une nouvelle fois et là … Ce n’est plus la même. Remontés, attentifs, toujours à l’affût, nous faisons l’un des matchs les plus engagés. Peur de rien et prêt à tout, nous sommes transcendés et les points s’allongent. Il s’en sera fallu de peu pour qu’ils repassent devant nous, laissant un goût un peu amer à certains d’entre nous mais une fierté dans le cœur de tous. Celle d’avoir tout tenté jusqu’à la fin et d’avoir pris du plaisir à jouer ensemble.

Mais n’oublions pas tout le reste !

1°) Le deuxième tournoi … Celui qui compte dans nos cœurs

La nuit fut ponctuée de folie et même si nous n’avons pas remporté le tournoi, les Phoenix ont inscrit le nom de l’équipe dans les annales en détenant les records de rapidité des Escape Game proposés par le Téléthon. Car oui, on a peut-être perdu quelques matchs, mais attention ça réfléchit les têtes de linottes enflammées.



2°) King Kong est une espèce légendaire de Phoenix

King-Kong… calme !!!

C’est après avoir joué notre troisième match, alors qu’une moitié d’équipe attendait le retour de ceux qui avaient besoin d’un décrassage sur le parcours de gym/obstacle (parcours destiné aux moins de 12 ans) que vint l’action de la soirée.
Alors qu’ils étaient sur le chemin du retour, enfin… qu’ils parcouraient les 10 mètres nous séparant des tapis de gym, que Pierre alias King Kong, s’élança, avec férocité et vivacité, sûrement dans le but de créer une réelle émulation dans ce groupe de sportif accompli. Il croisa du regard un boudin en plastique bleu accroché au mur à hauteur d’homme. Voulant haranguer la foule que représentait ses 3 compagnons en manque de sommeil et essoufflés par deux sauts de trampoline, il sauta afin de s’accrocher de tout son poids sur cet appui tel un majestueux chef chimpanzé, prêt à donner ses ordres. Malheureusement, le gymnase de Chessy n’a rien d’une luxuriante forêt tropicale et cette attache en plastique qui paraissait si solidement fixée au mur … N’était qu’une protection juste enfilée dans un conduit. La base défaillie sous l’énergie de notre brave Pierre qui … s’étala de tout son long 3 m plus loin.

Après un fou rire d’un quart d’heure nous purent reprendre notre partie de Time’s Up, fiers de compter dans nos rangs ce nouvel héros acrobate.

3°) Les échauffements à la manière du sud

Vers 5h30 du matin, il nous a fallu nous remobiliser pour nous échauffer et alors que l’ambiance de tout le tournoi semblait s’endormir nous avons décidé d’aller courir sous les tribunes. Quelques montées de genoux plus tard et des « assis on n’est pas debout, debout on n’est pas assis »  – exercice cadre pour échauffer les muscles fessiers – nous entamèrent, au plus grand des calmes, un aviron Bayonnais ou Pena Baiona. Scandant la moitié des paroles, je ne suis pas certain qu’une seule personne ait pu faire tout le trajet sans toucher le sol, mais nous étions tous en feu, même à 5h et ça, ça n’a pas de prix.

4°) Et le reste

Les dodos, les gens, les tombolas, les drops, les scoobers, les célébrations …

Tempête de Love <3 !!!




Conclusion

Après un retour plus que compliqué pour cause de grève, je ne peux que remercier mes partenaires, le club des Phoenix de Montrouge et ses gentils membres, le club de Chessy, les bénévoles du Téléthon qui ont tenus buvette, tombola et escape game pour ce tournoi de folie.

Premier tournoi avec les Phoenix et je peux vous garantir que ce ne sera pas le dernier. Une groooosse tempête de Love pour les coéquipiers, avec vous, j’aurais pu continuer pendant au moins 1 000 nuits au moins !!!

Tempête de love donc <3

Merci à Tristan, auteur de ces lignes et qui sait mieux que quiconque en défense verrouiller une attaque…

« J’écoutais le disc-jockey… »

Il était une fois, au royaume des fées, un week-end tout particulier, qui donna naissance à un joli conte.

Tout commence dans le meilleur des mondes, avec une Marie en avance de dix-sept minutes ! (Oui oui vous avez bien lu), sans compter les trois secondes et huit centièmes…

Du coup, tout le monde arrive bel et bien à Luzarches, soit les dix Fées : A2, Anna, Aurélia, Célia, Elodie, Marie, Mathilde, Nathalie, Sarah blonde et Sarah brune, accompagnées par leurs deux Coachs, Oliv’ et Patoche.

Samedi 30 novembre

Premier match contre Fillelis (Friselis), très accroché avec moins d’un point d’écart jusqu’à 5-5, où ensuite les Fillelis prennent l’avance avec un 5-8 au cap. Les Fées remontent, mais malheureusement non suffisamment, avec un score final de 8-10 pour les Fillelis (défaite 🙁 ).

Le deuxième match est la plus grosse affiche du weekend : les Fées vs les Yakas. Un match intense, où les Yakas ont peur, car les Fées les talonnent voire les mènent, avec un 8-8 au cap. Finalement les Yakas l’emportent en mettant les deux derniers points d’affilée, 8-10 pour elles (défaite 🙁 ). Mathilde nous révèle que c’est le meilleur match qu’elle ait joué depuis très longtemps (désolée les X’trèmes :-p ).

Deux matchs, deux défaites, malgré des matchs hyper serrés où les Fées ont montré qu’elles sont là, capables de faire du beau jeu et de ne rien lâcher. Malgré tout, “Bien jouer c’est bien… Gagner c’est mieux!”. Sur ce bon conseil d’Anna sous la pression de ses filles, les Fées décident dès lors de gagner tous les autres matchs du week-end, en provocant par moment quelques sueurs froides à leurs Coachs.

Troisième et dernier match du jour, contre les Révos. Les Fées volent et virevoltent toute la première partie du match, avec un joli 6-1. Sans bouger ou presque, elles ont su dès le départ anéantir la zone de leurs adversaires, en utilisant simplement leurs doigts de fées pour lancer et catcher d’élégants knives. Étrangement, les Révos n’ont pas voulu réessayer cette défense. Néanmoins, les Révos ne lâchent rien et se révoltent, remontant à 7-5. Les Fées appellent un temps mort, mettent le point 8-5, mais se font rattraper avec un 8-8 au cap. Les Coachs tremblent (le mot est faible), mais les stratégies de base marchent, avec une duo qui fonctionne, 9-8. Ensuite, Anna nous fait une super défense avec interception en zone puis catche la longue de Mathilde en zone, c’est le point de la victoire ! 10-8. On peut filer récupérer les coachs en réanimation.

La journée se conclut par le joli feu d’artifice de Luzarches, qui nous en met plein les yeux durant notre balade jusqu’au restau.

Le repas s’y fait attendre mais le digestif au rhum est offert par la maison. Les Féenix papotent et rigolent avec leurs gentils coachs taquins et se rappellent des moments du jour ou d’il y a peu. Certaines dont on taira leur nom sont de vraies féenomènes. L’une révèle que finalement un match est un jeu de mimes : “Je faisais le flamant rose”, tout ça parce que son pied de pivot était en l’air. Mais attention un flamant rose français, car un peu plus tard, ou un peu plus tôt, la Fée ne savait pas où l’adversaire en était dans son compte car elle comptait en anglais… Une autre Fée qui au premier match était déjà dans un maillot trempé – mais propre ! – car lavé le matin même (mais avec ses petites mains!) ou bien encore la Fée qui la semaine d’avant pour l’open indoor avait réussi l’exploit de réserver le restau du samedi soir dans un restau fermé pour cause de travaux !… Les Fées qui devaient leur jeter un sort sur leur berceau de naissance devaient être grévistes, s’être dites à tort que cela aurait été sur-fée ou bien n’être simplement pas encore nées.

Avant d’aller se coucher, les Fées n’oublient pas d’adresser leur lettre au Père Noël…


Dimanche 1er décembre2020

Bien que déjà surmotivées, les Féenix, prenant en compte la déconvenue de l’année précédente, ont UNE raison de plus pour tout déchirer le dimanche : A2 a promis – après un nombre absolument raisonnable de verres d’alcool – de faire la fermeture du Memphis si on se qualifiait pour la phase 2. Yhihihi!

Dimanche une nouvelle journée commence avec au programme trois matchs : Puc, Miss Sunshine (Frog&Sun) et Fu. Un Féefée-boy prénommé Octave est venu de loin pour les encourager.

Premier match à 10h45 très spirit contre les Lilipucs avec une victoire 10-7 pour les Féénix. La journée commence bien!

Continuant sur cette lancée, les Féénix très chaudes, plus chaudes que la braise, plus chaudes que le Sun des Miss Sunshine remporte la victoire, 12-10. Match hyper intense, avec du beau jeu, où chaque équipe mets toutes ses attaques jusqu’à 5-4 pour nous. Un match qui fait bien plaisir, surtout que qui dit qualification pour la phase 2, dit A2 au Memphis jusqu’au bout de la nuit… ainsi, un nouveau cri de guerre voit le jour, MEMMMMMMPHIS !

Dernier match du weekend les Furies. Les Féénix ont du mal et traînent un peu contre ces jeunes furies qui galopent et mènent logiquement le match, 4-7. Mais les Féénix renaissent de leurs cendres et font la remontada avec une superbe victoire à l’universe, 9-8 pour Féénix. Certaines légendes disent que cette victoire s’est faite car la plupart des fées vivaient dans un monde enchanté et ignoraient le score ainsi que le dernier point qui était en fait un universe. Faut dire aussi que les coachs et Octave avaient déjà bien assez les choquottes pour 13!

Le week-end fantastique et accroché s’achève, avec en conclusion des beaux mots dans les vestiaires de chacune.


La tempête de joie est bien là et l’émotion devient visible dans les yeux et se transmet dans les voix de certaines. Un plaisir et une euphorie en tout cas qui nous tarde à toutes et tous de revivre très prochainement en février face à l’Elite féminine française.

En attendant, les Fées vous attendent à Rounejis au Memphis pour être chaudes bouillantes pour le week-end d’après et ne faire qu’une bouchée de leurs adversaires. Et puis une légende raconte que si Oliv’ faisait un shark 🦈, d’autres Fées pourraient suivre…

Chaudes!!!!

Merci à Célia, la Féenix avec des étoiles plein la tête pour ces lignes

🎶 Dans la voiture qui me traînait 🎶
🎶 Sur la route de Memphis … 🎶









































































Petit bonus making of :


Eh oui ! Pourquoi le Frisbee n’aurait-il pas droit lui aussi droit à sa manucure ? C’est ça un coach dévoué qui prépare un disque aux petits oignons…. (Merci à notre équipementier 🐰)


On taira son nom mais pour certaine c’est ça l’échauffement… 🌟🌟🌟


Préparation d’une tactique secrète … mais qui gagne !!


Le Piou, nouvelle mascotte chez Disney


Dans la vallée de Mickey, les deux piou-mobiles arrivent synchronisées, pleines de petits pious surmotivés : Cap’taine Marie, Octave, Mounir, Célia, Chad, Victor, Anna, Nathalie et Aurélien.

Nos marques prises, Octave, aka Captain Spirit, mène un échauffement de feu à base de danses suédoises, gammes et sprints dans d’étroits couloirs. Bien chauds, nous commençons contre les Disc’lexiques 2, nos hôtes de ce weekend. Le début du match est très serré. Fait notable, les Pious commencent forts! 2-2. Puis, nos adversaires déroulent un jeu physique, sans faute. Nous en faisons quelques unes sur nos premières passes entre handler et middle. Le score grimpe vite. Les points sont très rapides. 11-5 au bout des 25 minutes. Ils contournent bien nos zones, 13-5 score final. Le match a été très plaisant avec un bel état d’esprit des deux côtés. Les Disc’lexiques finiront premiers de la poule en enchainant les victoires et le beau jeu.

3h de repos avant le match suivant. Entendu à la pause par nos adversaires suivants : “Attention au prochain match, les Pious ont un gros physique!”

Reprise du jeu à 17h pour le dernier match de la journée. Nous jouons contre les Synoptic 2. Cette fois, on commence doucement 2-0! Le débriefing du premier match aide, nous sommes propres sur nos attaques contre leur défense individuelle. On remonte et on les accroche bien 5-4. Puis… Ils nous imposent une défense en zone. Là, nos attaques ne passent plus, mais plus du tout. Le score final est sévère 13-4 pour les Synoptic. Note pour la prochaine fois : “travailler les attaques de zones”. Encore une fois, bel état d’esprit et beau match des deux équipes.

Capitaine Marie et notre premier supporter Roquette donnent leurs conseils pour les matchs du lendemain. De retour à Paris, nous partageons de délicieuses agapes afghanes et débriefons les matchs du jour. Puis, un petit verre de rhum et une partie de The Mind pour travailler la synchronicité de l’équipe. Le reste de la soirée sera tu…(on était fatigué, on est allé se coucher…)

De retour à Chessy! Frais comme des gardons! Anna ne pouvant se joindre à nous le dimanche, elle est remplacée par un Loïc de feu. Toujours à 9, nous décidons de tourner à 3 handlers: Marie, Nathalie et Chad. Les middles formeront deux lignes : Octave – Mounir – Victor et Célia – Loïc – Aurélien. Nous sommes chaleureusement accompagnés et encouragés par Roquette et Sarah. Encore merci pour leurs soutiens et applaudissements <3

Cette fois, nous jouons les CS Révolution’Air 2. Le début de match est accroché, les deux équipes jouent bien. Le réveil est intense. Sur une belle défense en fin de zone, Mounir retombe mal et doit sortir touché au talon. 3-4. Puis, les Pious loupent quelques passes là où les Revo arrivent à les marquer. Ils prennent le large, 3-7. C’est alors que les Phoenix sortent leur lapin préféré! Une défense de zone qui les fait craquer à plusieurs reprises en attaque. De concert, nos attaques de zone fonctionnent bien, le briefing paye, de grands espaces trouvés par Célia font avancer les handlers Marie et Nathalie et marquer des points. Dans le cap, les Pious remontent : 6-8! Si les Revolution’Air 2 mettent un dernier point et gagnent ce match 6-9, les Pious sont fiers de leur match. Ils ont bien joué et ont pris leur pied face à une très bonne équipe.

30 minutes plus tard, quatrième match face à 3znogood. L’équipe est solidaire après la blessure de Mounir qui ne reviendra pas sur le terrain ce weekend. Le début de match est serré, encore une fois les Pious commencent bien. Le milieu du match est plus confus pour les Montrougiens avec beaucoup de tentatives infructueuses et un rythme un peu plus décousu. Le lapin est de sorti en défense avec un double relais Aurélien – Octave et Victor – Loïc qui les ralentit plutôt bien. Nous nous ressaisissons en fin de match et finissons fort. 11-5 au final pour les 3znogood.

Après un bref déjeuner, il est l’heure du dernier match contre les Pick Hard Disc. Avec 4 défaites chacune, les deux équipes veulent ce match. Cette fois les Pious prennent de l’avance sur les premiers points 5-4. Les deux équipes s’échangent point pour point et sont très engagées. On retiendra notamment un dive adverse dans les pieds de notre Célia qui aurait pu s’avérer dangereux. La lucidité commence à manquer sur certains points en cette fin de championnat, mais pas le spirit avec des sourires des deux côtés et une envie palpable. 7-7 au début du cap. Les Picards concrétisent, marquent les points qu’ils leur manquent et gagnent 7-9.

Ce que l’on peut retenir de cette phase aller : un excellent spirit chez toutes les équipes, très peu de fautes et des résolutions rapides, beaucoup de sourires et d’encouragements de toutes parts. Les Pious ont pris du plaisir ce week-end et expriment aussi de la frustration de ne pas avoir gagné. Ils ont hâte de la phase retour, de retourner à l’entraînement, de jouer ensemble et de défendre leur place dans cette DR2 au niveau très relevé.

Eclosion de jeunes PhoenoméniX à Nemours

Les PhoenomeniX ont attaqué la première phase de la DR3 avec un objectif en tête: apprendre à jouer ensemble, appliquer les bases de l’entraînement et surtout, surtout… se faire plaisir. En gros l’héritage du PCP… C’est un gros challenge qui attend les jeunes Phoenix (qui au passage, représentent une moyenne d’âge de 25 ans, quelle coïncidence…) car pour la moitié de l’équipe, il s’agit de la première compétition d’ultimate ! Notre Cap’taine Élodie nous l’a rappelé en début de tournoi: le premier objectif est de se faire plaisir ! Et notre capitaine spirit José a maintenu la positive attitude durant tout le week end!

Le séjour Nemouriens a commencé tôt pour les PhoenomeniX avec le premier match de la journée contre l’équipe UPA 2. Match ambitieux pour un début mais les Phoenomenix sont CHAUDS, CHAUDS CHAUDS CHAUDS !

PHOENOMENIX // UPA 2

Malheureusement nous avons perdu notre coéquipière Lucie dès l’échauffement à cause d’un mal de dos. Lucie n’a pas abandonné les PhoenomeniX pour autant et en a profité pour inonder le reste de l’équipe d’énergie positive pour attaquer le match dans les meilleures conditions.
Les PhoenomeniX ont livré un match très accroché dès le début en restant collés au score. Mais l’UPA a repris le dessus grâce à des joueurs très expérimentés et une très belle organisation qui les ont fait repasser devant. Le match se termine sur le score de 10 – 4. Les PhoenomeniX ont été un peu désorganisés notamment dans les appels mais la motivation et l’esprit positif sont restés intactes.

Huddle UPA / PhoenomeniX

Après le match, la fatigue matinale s’est fait sentir pour certains 🙂 (N’est-ce pas Sarah 🐰 ;))
Après un petit café à la buvette nous nous sommes re-solidarisé autour de notre fière Cap’taine Élodie, et avons repris quelques points des bases de l’ultimate pour améliorer notre prochaine prestation.

Notre deuxième match approche, contre une équipe de jeunes surentraînés prêts à en découdre avec les PhoenomeniX!

PHOENOMENIX // TSUNAMI 4

Malgré leur jeune âge, l’équipe des Tsunami a montré beaucoup de rigueur et d’automatismes si bien que nous avons subit une déferlante de points en début de match. Nous avons même accusé d’un Callahan lors de la toute première passe du match ! Nous n’avons pourtant pas laissé l’exclusivité du spectacle aux Tsunami ! Léna s’est illustrée en marquant deux points à partir de frisbees relâchés par nos adversaires dans leur zone.
Pour tenter de contrer le Tsunami dévastateur, les PhoenomeniX ont tenté de mettre en place une zone telle une digue infranchissable. Il faut croire que la digue n’était pas assez haute… nos adversaires ont rapidement trouvé les solutions pour fatiguer nos deux chiens hargneux Antoine et Marwen. Fin du match à 12 – 4*.

*Attention, ce score correspond à celui indiqué sur un étrange panneau animé et situé dans les hauteurs du gymnase. Il ne semble pas représenter la combativité des PhoenomeniX. Nous avons mis un technicien sur le coup, le panneau doit être réparé sous peu.

Après ces deux matchs très difficiles et un esprit positif toujours aussi fort, les PhoenomeniX se sont restaurés à base de quiches et de gaufres! Le ventre bien plein pour attaquer le dernier match de la journée.

PHOENOMENIX // SYNOPTIC 3

Un match très engagé dans lequel les PhoenomeniX ont infligé un 4-1 d’entrée aux Synoptic grâce à des appels en longues d’Igor et Charlie qui ont su croiser le regard de leur handlers enflammés. Après une première partie de match en pleine confiance, nous nous sommes légèrement fait peur car les Synoptic sont revenus à 6-5. Mais les PhoenomeniX ne lâchent rien et se battent comme des fauves en défense ! À l’image de Pierre galvanisant la ligne comme un mort de faim! Des appels en longues concrétisés par des upsides sont venus compléter le score et achever les Synoptic qui s’inclinent finalement 9-6* contre les PHOEEEEENOMENIIIXX !

* Il semble que le fameux panneau ait été réparé.

Magnifique victoire pleine de bons points pour conclure la journée, les PhoenomeniX sont allés fêter ça dans leur suite de luxe du méconnu mais pourtant très attrayant Hôtel F1 de Nemours. Jouxtant l’autoroute, il jouit d’une place de choix entre le Courtepaille et le Bonheur de Nemours (nous en reparlerons…). Découvrez ces magnifiques chambres dont les lits se superposent à l’infini (sur la photo, nous n’avons pris que les trois premiers, le cadre n’était pas assez grand…).

Un joyeux apéro pour fêter la première victoire des Phoenix autour de bières pour les hommes seulement et de Champagne pour les femmes distinguées ;), le tout accompagné de chips. Et vous croyez peut-être que les PhoenomeniX ont arrêté leurs exploits pour cette journée ? Eh bien non ! Nous avons, enfin 🐰 a réussi l’exploit de réserver une table dans un restaurant en travaux! Ça doit être lié à sa passion récente pour la robinetterie…
Plein de bons sens, nous avons décidé de changer d’option car nous trouvions que le plâtre et le ciment resteraient un peu trop sur l’estomac pour les matchs du lendemain. Mais il faut croire que la réputation des jeunes Phoenix est lente à se répandre dans les contrées de Nemours. En effet, nous avons réussi l’exploit de nous faire recaler du restaurant Courtepaille ! En réalité, nous soupçonnons un complot des Revos qui avaient investi une grande table et souhaitait probablement nous faire manger au chinois à volonté pour mieux nous battre le lendemain. Pas très spirit tout ça…

Leur tactique, bien que fourbe, a tout de même bien fonctionné car nous avons fini la soirée au Bonheur de Nemours. Non il ne s’agit pas de je ne sais quel restaurant bas de gamme à la cuisine vieillotte et à la décoration douteuse. Non non, il s’agit du restaurant asiatique à volonté qui se paie le luxe de proposer les mets les plus raffinés d’Asie comme les huîtres par exemple ! Mais pas que…
En vérité, personne n’a osé confronté son estomac à ce genre de pratique et nous sommes restés très raisonnables à base de friture et de desserts Haribo.

Après une belle grâce mat’ bien méritée pour les PhoenomeniX, nous avons entamé notre premier match de la journée contre nos adversaires du restaurant, nos rivaux du Courtepaille, les CS Révolutionai’Air 3!

PHOENOMENIX // CS RÉVOLUTION’AIR 3

Nous avions déjà vu jouer cette équipe aux maillots qui rappellent étrangement une boisson alcoolisée ; et nous savions qu’ils utiliseraient leur fameuse technique du – veuillez insérer le nom technique de cette stratégie – qui a la particularité de présenter une attaque en forme de croix. Sous les conseils de Mike (une sorte de mi-Phoenix, mi-ligue IDF, très étrange…) nous avons décidé de mettre en place une force straight pour éviter leur PASS’N GO, ou leur NAVIGO, je ne sais plus très bien. Malgré ça, nos adversaires parisiens avaient une technique bien établie et une forme physique élevée ce qui leur a permis de prendre l’avantage sur le match. Cela malgré des points très disputés de presque 5 minutes ! Eh oui c’est à ça qu’on reconnait un PhoenomeniX: un mental d’acier, et des jambes de feu (ou l’inverse ça marche aussi). Fin du match: 9-5.

Les PhoenomeniX comptent bien terminer le week-end sur une victoire. Même si pour ça, il faut faire face à la terrible zone des Zerogènes 3, nos frères de F1.

PHOENOMENIX // ZÉROGÈNES 3

Les autres équipes n’avaient pas fait semblant, les zones érogènes de nos adver…. NON: LA ZONE de nos adversaires LES ZEROGÈNES est redoutable et à mis les nerfs des handlers PhoenomeniX à rude épreuve. Malgré un sans froid sans faille de Pierre, Élodie et José ainsi que des points interminables sans gagner le moindre mètre, la technique de nos adversaires a été très efficace contre nous. Au-delà du score (la légende parle d’un nébuleux 8-2, encore une histoire de panneau détraqué), nous déplorons les blessures de José et de Marouen qui se rentrèrent dedans lors d’une passe tentée dans le centre du terrain.

Malgré cette fin de week-end malheureuse pour nos blessés, tous les PhoenomeniX ont appris à jouer ensemble et ont découvert la DR3 avec perspicacité et positivité ! Par conséquent, les objectifs du week-end ont été remplis et les PhoenomeniX attendent leur revanche avec impatience pour la phase retour !

PHOENOMENIX CHAUDS, PHOENOMENIX CHAUDS, PHOENOMENIX CHAUDS CHAUDS CHAUDS !!!

Casting:
Cap’taine Élodie – Sarah 🐰 – Léna – Lucie – Cap’tain spirit José – Marouen – Charlie – Pierre – Antoine – Igor
Merci à Antoine auteur de ces lignes… chaudes !

To be or not to be

Ce samedi 2 février au petit matin j’avais rendez-vous avec Jon et Elo pour aller à Lamotte-Beuvron au T’UBI3. Dans la voiture on a découvert qu’UBI c’est pour Ultimate Beach Indoor. Donc de l’Ultimate sur un terrain couvert, de la taille d’un terrain de hand mais avec du sable au lieu du parquet ! En arrivant on a retrouvé Anto, A2, Francois, Kao, Marie, Sarah et Vivien au centre équestre fédéral.

Après un bon premier match Marie a prétexté une douleur de genou pour moins jouer parce que le sable c’est un peu fatigant. On lui souhaite un prompt rétablissement.

Nous profitons des échauffements pour mettre en place une ébauche de chorégraphie pour la soirée ce qui nous a également aidé à commencer à sympathiser avec le Ouftimate de Liège qui à la fin du match a nommé Kao MVP ce qui lui a permis de goûter leur alcool « FORT BON ! ».

Échauffement

Entre les matchs on a fait une partie de Dixit où Elo a gagné avec 29 points, Sara 23, Kao 22, Marie 20 et sans tricher, A2 20, François 18 et Anto et moi 8. Pour ceux qui veulent vérifier ces résultats, c’est pas possible.

Tout cela nous permet de décrocher le groupe GOLD pour jouer dimanche les places 7 à 12.

Arrive alors l’heure de la douche/apéro/dîner/soirée. Du coup on s’est douché ensuite on a pris un apéro chips Ricard (sic) puis nous avons diné et enfin la soirée a commencé. Nous avons ouvert le bal des chorés. Notre synchronisation et notre porté final auraient dû nous donner la seconde place mais les juges n’étaient pas du même avis et nous ont reproché d’être trop habillés.

C’est sûr qu’il n’y en a qu’un avec un pull !

Le lendemain on démarre face aux ouf et comme vous le savez un match contre les ouf ça se gagne à l’universe. Du coup on a gagné le match… à l’universe !

Puis match bien crevant mais non moins agréable contre des belges.

Belge ou traître, that is the question ?

Je pense que j’oublie un match du dimanche mais le plus important c’est que vous sachiez que l’on s’est bien amusé, que l’on a bien joué et qu’Elo a gagné au dixit.

Merci à Houcine qui perd la mémoire des scores des matchs d’Ultimate mais pas de Dixit… !

On retiendra tout de même que l’auteur de ces lignes remporte haut la main la chorégraphie en individuel

Les Phoenix à 115 sur l’autoroute de Plaisir !

Malgré quelques défections (blessure de longue date ou peur d’un réveil trop matinal), les Phoenix étaient dignement représentés pour le Zéropen.

Emmenée par Cap’tain Mike, l’équipe  était composée de : Avrel, Cyril, Jérôme, Lucho, Oliv’, Roquette, TiJi et Théotime.

Samedi 10 avril

Zérogênes : 11-4 ✔️

Victoire contre une équipe de jeunes Zérogènes. C’était un peu matinal (bel euphémisme pour des réveils qui ont hurlé à 6h00 !!) donc pas forcément le match le plus propre de notre part.
C’était cool 😁

Tsunafriends : 9-11 ❌

Très gros pickup de Tsuna, on a sorti un très gros jeu, très gros plaisir à la fin malgré le cap raté de peu.

Tsunami : 6-9 ❌

Équipe jeune mais très bien drivée, qui nous a dominés dès l’entrée de jeu car manque de lucidité dans nos appels et passes. On se ressaisit mais pas assez tôt. Déception de la journée.

Sun : 10-7 ✔️

Début accroché, puis on fait le break et le Sun ne nous rattrape plus. Gros plaisir de l’équipe qui retrouve un jeu relativement propre.

On finit notre première journée avec 2 victoires et 2 défaites. 3 matches plus ou moins accrochables demain sur le papier avec Oliv’ en renfort pour éviter de craquer le reste de slips qu’il nous reste. Gardons-nous des pronostics hâtifs histoire de tout jouer à fond.

🔥🔥🔥

Dimanche 11 avril

Villeuneuve le Roi : 13-2 ✔️

Match contre une équipe très débutante dont c’est le premier tournoi. Ils ont beau y mettre beaucoup de cœur, cela ne suffit pas à nous stopper. Le fait d’avoir été trahi par Léo (alias « Der Über Judas ») et de perdre un autre joueur pour une compète de kinball n’a certes pas aidé…

Synoptic : 8-10 ❌

LE match à remporter si on espère toucher la petite finale (3ème contre 4ème), contre une équipe certe aguerrie mais qui joue à 6. Même si on la connait bien, leur zone finit par nous poser des problèmes à la concrétisation, et bien qu’on joue la profondeur du banc pour essayer de les crever, le disque ne circule pas assez pour les fatiguer. De leur côté, en mode rien à perdre, les Syno grignotent leur retard pour nous dépasser puis nous achever dans le cap. La grosse déception du weekend.

Flep Intox (famille Jérémy pour ceux qui connaissent) : 4-10 ❌

Face aux vieux briscards de l’étape (parmi lesquels J et Guillaume Saint-Just), on sait qu’il va falloir jouer notre va-tout pour espérer accrocher la petite finale, au hasard d’improbables triangulaires. Match extrêmement engagé des deux côtés, où nous parvenons dans un premier temps à opposer une saine patience à la furie de nos adversaires. On se laissera malgré tout emporter dans leur rythme frénétique, au point de perdre la lucidité, nécessaire pour rester dans le match, que ce soit un peu (le reste de l’équipe) ou totalement (moi – encore désolé).

On finit donc à une théorique cinquième place (vu qu’on est déjà dans la bagnole, y’aurait pas intérêt qu’on soit repêchés), avec une équipe qui a quand même de quoi être fier. Tout le monde aura apporté sa pierre à l’édifice, et on aura vu tout le long du match de superbes phases de jeu, qu’elles soient construites ou un peu champagne, je pense que tout le monde s’est fait bien plaisir (bon à part le dernier match, encore désolé). On a hélas perdu Jérôme (ou plutôt sa main gauche) à l’avant-dernier match. Roquette s’est aussi un peu blessé au pied, mais ça ne l’aura pas empêché de terminer le tournoi avec nous.

Au final on termine 5ème et surtout on gagne ce très beau trophée.

 

Faut-il y voir le résumé de ce week-end ??? !!!

Je n’aurai qu’un mot à dire pour conclure : 115 !!!!

🔥🔥🔥

Merci à Mike, auteur de ces lignes.

Retour DR3 : à Paris, les PhoenomeniX ont la cote …

Ce week-end du 9 février, les PhoenomeniX franchissaient le périph’ pour aller jouer dans un beau gymnase tout beau tout chaud.

Et ça démarre très vite.

Match 1 : VS le Sun
Match plaisant mais on a eu du mal à rentrer dans le vif du sujet. Le Sun a marqué beaucoup de points. Nous avons fait pas mal d’erreurs de catch. Mais on avait l’envie et la motivation pour ne pas lâcher. On a marqué… mais le match était joué.
Victoire du Sun 12 à 5… On fera mieux au match suivant ;). Allez les Phoéno…

Match 2 : VS le PUC
Match assez agréable. Nous nous sommes mieux trouvés ( on était perdu avant 🙂 ) et on a pris beaucoup de plaisir à jouer. Le score était très serré au début du match, mais le PUC a pris le dessus avec quelques longues. Au final 10 à 6… Globalement satisfait de notre prestation (quoique…). Nous sommes sur la bonne voie : Phoenoménix… Chauds !

Match 3 : VS Disc lexique
Motivés et avec beaucoup d’envie, on a attaqué ce match de la bonne manière. On s’est bien trouvé sur le terrain et on a réussi de très bonnes phases de jeu. Et cela a payé !
YESSSSSSSSSSSS……. !!! Nous avons gagné ce match 9 à 7. On a pris notre revanche par rapport au match aller :-).

Pour fêter ça, on quitte le gymnase en courant direction… l’happy hour !

Match 4 : VS UPA
Deuxième journée du championnat. Nous commençons de bonne heure (9h00 pour un dimanche !) et de BONNE HUMEUR !
On rentre tout de suite dans le match avec une excellente défense et une bête d’attaque. Le match tourne très vite à notre avantage. Score final 10 à 3 …on a pris du plaisir à jouer.

Le dimanche matin commence bien 😉 ALLEZ PHOENOMENIX !!!

Préparation pour notre prochain match :

détente en jouant au 6 qui prend  ou modélisation avec les cartes de la zone PhoenoméniX ?

Match 5 : VS Pick Hard Disc
Nous avions décidé de mettre en place une défense de zone pour les gêner. En effet, avec les picards ça part dans tous les sens !. Mais ça n’a pas fonctionné du tout et on est passé à coté du match. Score à oublier 12 à 3.

Je note pour ma part qu’un de mes coéquipiers (que je ne nommerai pas 😉 m’a explosé une côte en voulant trop bien défendre !!!! …YES une côte cassée ! Je ne l’ai su que quelques jours plus tard :-(.

Match 6 : VS Friselis
Dernier match du week-end. Très fun ! Match très agréable et très disputé !
Nos adversaires prennent quelques points d’avance mais on tient le score : 5-5 ; 6-6 ; 7-7.
Au final cela se joue à l’universe et victoire des Friselis 8 à 7… Certain évoque un MTL collectif mais surtout particulier… Enfin, bref, ils ont pris leur revanche du match aller que l’on avait gagné également à l’universe !

Ce fut un Week-end d’ultimate très sympa pour tout le monde. On s’est bien donné 🙂

Thanks à toute l’équipe des Phoeno :

Radi, Sarah, Mathilde, Elo notre Capt’ain spirit, Théotime, Antoine, Bruno, Sissi notre Intendant, Mike notre Coach et José, Journaliste à votre service, auteur de ces lignes.

Nationale 2 : Objectif maintien pour les Phoenix

Après une première phase décevante et quelques changements dans l’équipe, 9 Phoenix partent du point de rendez-vous officiel (le Novotel à Porte d’Orléans) : Anto, Cédric, Emilio, Etienne, Jon, Kao, Ludo, Marco et Vivien.

Mais ce n’est pas 9 mais 10 Phoenix qui prirent la direction de Luzarches puisque Houcine nous rejoint et sera notre supporter sur place !

Nous voilà donc partis pour tout donner et finir dans les 3 premiers de cette poule basse et ainsi éviter une déconvenue. Après un trajet sans encombre, une petite visite guidée de cette petite bourgade par Vivien s’impose … bon ok, on a loupé une rue et le GPS a voulu transgresser le code de la route …

Premier match : BTR
Nous sommes prêts pour donner le meilleur de nous-même pour atteindre les objectifs. Contre cette équipe qui avait fait forfait en première phase, on s’attendait à tout et surtout à une grosse confrontation. On fait un match propre où on arrive à être un peu meilleur qu’eux du début à la fin (il est possible que de les avoir joués en premier a été bénéfique au vu de leurs résultats). Au final : victoire 13-7.

Ayant un peu de temps avant le second match du samedi, chacun vaque à ses occupations mais quelques-uns se réunissent autour d’Houcine qui a eu la bonne idée d’amener un (des ??) jeu : Bellz. Je ne dirai pas qui a gagné par respect à tous ceux qui ont tenté leur chance !

Deuxième match : Révos
Les ayant joués en première phase, on sait comment les jouer à condition de ne pas prendre le match à la légère. Et dans une poule basse où la moitié des équipes descendent, tous les points sont importants. On fait le même match qu’en région bisontine où tout le monde est sérieux de bout en bout. Victoire : 13 – 5.

Après cette première journée très positive en tout point de vue, résultat et ambiance, nous remercions et laissons partir notre supporter avec nos adversaires du jour, qui eux ont préféré rentrer sur Paris.

Nous prenons, soit la direction de l’Hôtel soit la direction du supermarché du coin, sans se tromper ou presque ! Après la prise de possession de nos chambres, nous nous retrouvons pour l’apéro.

Puis direction la Province, du moins l’Oise, pour manger dans un resto italien. Là aussi, nous avons quelques soucis d’orientation mais c’est la faute du GPS, du moins celui qui a programmé le GPS !!

On s’amuse, on rigole, on se régale, on boit ce qu’il faut et surtout on fête les 25 ans de Cédric ! Merci le serveur pour la bougie !

Petit regret quand même : on attend toujours la chanson d’intronisation de Cédric mais ce n’est que partie remise !!

Retour au bercail du moins au Première Classe de Luzarches où certains préfèrent aller dormir pendant que les autres font une partie acharnée de Blanc Coco Manger ! Je ne dirai toujours pas qui a gagné !

Puis tout le monde au lit pour passer une bonne nuit et être en forme. Pas sûr qu’elle fut idéale pour quelques-uns d’entre nous mais on est sûr qu’elle fut plus qu’agréable pour les voisins ! Étienne vous fera un plaisir de vous renseigner, je suis sûr qu’il s’en rappelle encore !!

Réveil de bonne heure pour un petit-déjeuner collectif dans la joie et la bonne humeur …

… si si je vous jure !

Troisième match : Friz’Toi
On rencontre nos hôtes pour ce premier match du dimanche matin. Ils sont jeunes et connaissent parfaitement les lieux. Nous avons également la surprise de la présence de notre Présidoche … On a la pression ! et celle-ci ne se boit pas … On commence parfaitement et on arrive à prendre de l’avance grâce à notre zone sur laquelle ils se précipitent un peu trop et on sanctionne rapidement. On augmente notre avance tout au long du match. Victoire 12 – 5.

Quatrième match : Moustix
Après une attente assez longue, on retrouve nos amis lyonnais, nos plus fidèles adversaires depuis quelques années en N2 ! On les a joués et gagnés à la phase aller et comme toujours, ce fut un match serré. On sait que ça va être le match le plus indécis et le plus important : si on gagne, on se maintient ! Le match tient toutes ses promesses. On prend un meilleur départ mais ils reviennent et passent devant et ce chassé-croisé va tenir jusqu’au bout et l’universe. Ils ont l’attaque mais on arrive à faire la défense. On reste serein et on marque ! Le maintien est assuré !  Victoire : 11 – 10.

Cinquième match : Zérogène
C’est le match pour la première place entre les 2 équipes invaincues du week-end. On se connait bien et on sait que leur zone est efficace. Moins concentrés, moins sérieux, on n’est pas à la hauteur ! Ils nous dominent relativement facilement. C’est heureusement sans conséquence. Défaite : 9 – 13.

Au final, l’objectif du maintien est rempli avec sérénité et le week-end réussi.

Et merci à toute l’équipe pour le spirit que nous avons montré : on termine 1er sur la seconde phase et 4ème sur l’ensemble du championnat.

Merci à Anto, auteur de ces lignes.

Retour DR2 : opération « Stay in »

Samedi 09/02/2019 – 11h54 am. Appel de Chad : le minibus Chevrolet ne démarre pas !

Le transport de 5 sportifs Pious est en péril. Les services de renseignement Pious s’activent pour chercher une solution. Tel un chef de premier ordre, Cap’tain Aurélia décide de soulever la bâche protégeant la peinture rose-vert dégradée toute neuve de son bolide tuné pour emmener ses petits Pious : Anna, Marie, Avrel, Chad, François, Jérôme, Olivier, Tatave et Zim.

En effet, la Cap’tain est folle des belles peintures tuning et a claqué tout son bonus de fin d’année que la banque d’affaires dans laquelle elle travaille lui offre pour ses bonnes performances individuelles dans le rafraîchissement extérieur de sa Clio Sport. Avrel, quant à lui, prend sa modeste voiture de gilet jaune et participe au convoi du groupe malgré quelques problèmes de carburation ou d’injection (à l’heure du résumé, on ne connaît toujours pas la cause de ces désagréments moteur) qui inquiètent l’équipe mais n’ont aucun impact sur son mental. Enfin, de son côté coach Patoche est déjà parti récupérer Zim à la gare du-bout-du-bout-du-monde à bord de la Patochemobile.

Arrivés au gymnase Roux à Nemours, l’ambiance est décontractée. La buvette est installée. Les Pious sont en tenue, et … personne n’a loupé la sortie cette fois !

Il est à noter que les Tsunamis du Loing qui nous reçoivent ont investi dans un service de paiement par CB – ce qui se révèle très pratique à la buvette quand on ne dispose pas de petite monnaie.

1er match contre Ah Ouh Puc 4
Les Pious mettent en place une zone très tactique, trop tactique. Les Puc sont menés 4-0. Les Pious repassent en individuel puis en zone puis en individuel puis le score arrive à 7-5 pour les Pious avant le cap. Les Pious gagnent 10-5. On notera les passes fougueuses de Chad, les fautes de Marie non appelées et le catch en 2 temps de Tatave. 👍

Et soudain vient la rumeur…
Avant le deuxième match contre les Synoptic, Avrel prend connaissance du buzz sur internet et transmet l’information à ses coéquipières. Cap’tain Aurélia, en tant que bonne capitaine, gère le sujet avec philosophie mais Marie perd immédiatement son sang froid et met un coup de boule dans un disque Tsuna ramassé à terre. Les filles de Trifouilly-les-Oies font courir une rumeur sur les réseaux sociaux. Elles écrivent sur Twitter « les mouflettes de Montrouge ne savent pas catcher ». On voit clairement un moyen de déstabiliser nos filles mais l’effet est inverse et galvanise Marie. Affaire à suivre…  On serait sur les pistes d’un fan de Trump.

2ème match contre les Synoptic
Au début collé-serré, chaque pull est le début d’une salsa rythmant alternativement les points d’une équipe à l’autre. Hyper harmonique, c’est mélodieux, c’est le partage. Mais les Pious décident de changer de disque (ouhhh très forte celle-là. Avrel Bloguin, humoriste !) et prennent le large pour atteindre le score recherché : le 10-5 encore et toujours ! 👍
Le deuxième speech de Zim en tant que Cap’tain Spirit fait souffrir notre future note de fair-play. Qu’importe! On n’est pas venus se faire des copains.

Apéro
Discussions, bavardages, saucissons et commérages rythment l’apéritif.
Octave se fixe l’objectif de mettre un rouleau compresseur de chiens ! Jérôme parle de tenter la pyramide humaine afin d’aller chercher des disques à 3 mètres de hauteur. Personne ne comprend plus vraiment rien, mais Octave a tout noté et mis en ligne sur Tatave-ultimate.com.
Olivier a ramené son saucisson fait maison en famille à base de jambon acheté sur le marché. Mais derrière cette charmante histoire familiale se cacherait un terrible secret. Ce saucisson serait fait à base de joueurs du PUC! Info ou intox?

Le dîner

Notre catcheur émérite et néanmoins intendant François a trouvé un petit restaurant Ô forum – pas piqué des hannetons – faisant partie du collège culinaire de France où nous nous sommes tous régalés. Voyage des papilles autour du bœuf confit pendant 10 heures et du magret de colin du Loing. Les desserts étaient tout aussi époustouflants. A ce moment précis de restauration conviviale, François ne le sait pas encore mais il vient de gagner son titre d’intendant à vie. Vive François!

Le moment le plus difficile du week-end : le réveil !

François n’est pas dans son assiette, il boîte. Il a du mal à marcher. Le talon d’Achille de François est… le talon de François. Un vilain Puc lui a marché dessus durant le match. Il s’est détérioré et semble se détacher. La bonne nouvelle c’est qu’Olivier en fera du saucisson.

Dimanche matin 9h45 match contre les Révos
Anna nous a rejoint. Elle est ultra-motivée, en pleine forme comme toujours. Le match commence par une Callahan offerte par Zim sur une passe prétendument pour Marie juste après réception du pull. C’est un peu le cocktail de bienvenue des Pious. C’est cadeau ! De quoi peut-être grappiller quelques points de fair-play… ?
Au début, le match est serré. Les Révos travaillent notre impénétrable zone mais passent par une période trouble. Le combat entre le conscient et l’inconscient, les turpitudes de la métaphysique du disque, le complexe d’Oedisc. Personne ne sait vraiment. L’embrumade est totale, les Pious atteignent les cimes de la victoire et s’envolent au dessus des chaînes rocheuses prenant les courants ascendants du succès. Victoire 8-4. 👍

Match contre les Tsunamis
Nous perdons 8-9 à l’Universe. Certains joueurs se sont démarqués par de belles actions : Chad avec une Callahan donnée aux Tsunamis (décidément le fair-play devrait être pour nous…), Zim pour ses passes nickel à l’adversaire et Tatave qui avait mis ses moufles pour réceptionner le disque qui nous aurait fait gagner. Il faut dire que le match a été très, très intense. Nous avions pourtant bien commencé en menant 4-0. Dans nos têtes de piaf, c’est déjà une victoire car nous ne nous attendions pas à un tel score.
Enfin bref, c’est la vie ma petite dame… Il n’empêche que la gazette locale a élu ce match « match du week-end ».

Last but not least les Zérogênes
Les Zérogênes n’ont pas eu beaucoup de succès durant ce week-end. Nous arrivons donc confiants pour ce match, le plumage gonflé d’une terrible assurance. les Zérogênes encaissent quelques points en début de match. Nous décidons alors de passer en individuel pour faire un peu de cardio. Cela va s’avérer être une erreur. Et plus tard les Zérogênes nous remercieront d’avoir cessé la zone. (Une des rares décisions du coach, qui a été indispensable par ses décisions utiles et décisives). Nous gagnons finalement 11-6. 👍

En conclusion, ce fut un très bon week-end pour les Pious qui assurent le maintien et forment désormais une cohérence de groupe forte dans un environnement hostile subissant les fluctuations des titrisations perpétuelles des clubs et de transactions financières intra-dark-pool basées sur les spéculations du monde impitoyable qui agitent la DR2. L’opération Stay-in a donc fonctionné. Les Pious terminent médaille d’argent de la poule basse. Piou Piou Piou Piou Piou Piou!

« Naturally you didn’t know I was wearing my special Super B long thermal underwear. » (Batman to Mr Freeze – 1966)

Merci à Avrel, auteur de ces lignes. On ne sait pas à quoi il tourne (visiblement c’est fort) mais on sait à quoi il ne tourne pas : l’eau !