Challenger2 : Toutes les Féenix Ici

Le week-end du 15-16 janvier, les Féenix se sont réunies pour participer à un compte/conte de fées toutes ensemble : elles étaient donc 11 à participer au Championnat Indoor Féminine Challenger 2 qui se déroulait à Montrouge même !

Ni donjons, ni dragons, ni citrouille mais une patate d’enfer pour se donner à fond !

La SNCF ayant décidé de mettre des bâtons dans les roues des carrosses de certaines équipes, les Féenix ont finalement joué plus tôt que prévu.

Premier match contre les Miss Sunshine :

Première partie jusqu’au cap en faveur des Féenix (9-1) permettant ainsi une belle entrée dans la compétition. Une joueuse des Sunshines faisait de belles longues, ce qui aurait pu beaucoup nous gêner mais heureusement pour nous (malheureusement pour elles) : les catchs n’étaient pas au rendez-vous.

Les Miss Sunshine n’ont rien lâché pendant les 20 minutes du cap malgré l’écart et ont réussi à remonter doucement au score mais les Féenix sont restées mobilisées pour s’offrir la victoire (belle revanche de la phase aller). On notera des échanges très acrobatiques entre Féenix : si certaines joueuses ont fini par terre, ce ne fut pas le cas du disque qui fut catché en zone après quelques jongleries pour sceller la victoire 11-4  !

Ce match contre les Sun a mis du soleil dans nos cœurs pour la suite du week-end !

Deuxième match contre les Revolution’Air

La magie des Féenix a brillé pendant les 25 minutes du temps réglementaire (score de 6-1 ou 6-4, la prise de note fait défaut) mais dans le cap les adversaires ont su tirer leur épingle du jeu… Telle la transformation de Cendrillon après les 12 coups de minuit, la « douce » sirène du cap a fait perdre un peu de la magie Féenix : motivation toujours présente mais défaite 8-9. Les Féenix ont tenté d’installer une Zone mais cela n’a pas suffisamment embêté les Revos qui ont réussi à passer beaucoup de longues…trop de longues.

La revanche contre les Revos sera pour une prochaine fois.

Pour clôturer en beauté cette journée, les Féenix et certains Phoénix avaient décidé de se retrouver pour un repas fédérateur à la Quincaillerie. Il y avait la team Douche avant et la team Douche après, on taira les noms mais on signale que personne ne s’est plaint de l’odeur ;-).

Troisième match contre la LFD NA (Ligue de Flying Disc Nouvelle Aquitaine) a.k.a les Chocolatines.

Le dimanche a commencé par une petite défaite matinale 6-9 contre les Chocolatines. Pas faute d’avoir mangé des pains au chocolat au petit-déjeuner !

Les Féenix n’ont pas démérité cependant en restant accrochées au score : belle intensité dans le match des deux côtés.

Quatrième match contre les Ladies Jonctées 2

Les Féenix étaient au rendez-vous : victoire 12-1 !

Finalement peut-être que les pains au chocolat du petit-déjeuner avaient commencé à faire effet.

Grâce à ces 4 matchs intenses, les Féenix ont pu jouer la finale contre les Chocolatines.

L’après-midi se poursuivit en musique avec des morceaux très récents et très consensuels (les L5 par exemple…si tu ne connais pas les L5, clique sur cette pépite Et si tu connais : j’espère te l’avoir mis dans la tête… De rien !).

La préparation mentale fut intense, mais on notera surtout une préparation physique d’équipe jusqu’au bout des ongles :

Peaufinage de prépa physique et mentale
On est prête !

FINALE

L’écart au score fut plus important que lors du match de la matinée : défaite 11-4 mais l’objectif était rempli : se faire plaisir, jouer une des finales et montrer que les entraînements payent !

Une pensée pour Andréa qui s’est malheureusement blessée lors de cette finale…

Le bonus fut de décrocher la première place au Spirit !!!

Les Féenix remercient les supporters, les coachs (Tiji, A2) et encore bravo à A2 pour l’organisation !!

Merci à Mathilde auteure de ces lignes et qui naturellement ne peut terminer cette news par une … pirouette !

Breaking News !!!

On me glisse dans l’oreillette qu’il y a des rumeurs que les L5 seraient de retour à la chanson (véridique) : y-a-t-il un lien avec les Féenix ? Peut-être ? Il paraitrait même que leur prochaine chanson serait une reprise de Toutes les Femmes de Ta Vie version Les Féenix de Ta vie :

Si on reconsidère les choses
On ne partait pas favorite
Regarde ce que l’équipe propose
Restons donc sur nos pieds d’appuis

On n’est pas de celles qu’on dispose
En joli Sta-ack vertical
On préfère quand on se pose à
L’Hor’zontale

L’Ulti a tellement de visage
A nous d’ouvrir le jeu
Fais-tu le décalage ?

Toutes les Féenix ici
En nous réunies
Tes handleuses middle aguerries
Parfois quelques jongleuses aussi
Toutes les Féenix ici
Skittles ou sexy
L’attaque de nos envies
On est toutes les Féenix tu vois
Toutes des Féenix ici

On fera semblant de faire un side
Quand parfois on sait que tu défends
On ne fera même pas d’histoire
Si les revo reviennent en scorant

On écoute aussi notre capitaine
Quand on a le disque catché
Une feinte pour éloigner
La D d’à côté

L’Ulti a tellement de visage
A nous d’ouvrir le jeu
Fais-tu le décalage ?

Toutes les Féenix ici
En nous réunies
Tes handleuses middle aguerries
Parfois quelques jongleuses aussi
Toutes les Féenix ici
Skittles ou sexy
L’attaque de nos envies
On est toutes les Féenix tu vois
Toutes des Féenix ici

Toutes celles de l’équipe
Toutes les Féenix
Tu vois
Si, tu fermes les yeux
Regarde le score
Regarde un peu
L’terrain qu’tu perds

(refrain)

Les Féenix sont également en train de réfléchir à leur pochette d’album…

Voici en exclusivité un aperçu provisoire :

en effet certaines L5 – ou L-Disc ou Féenix on ne sait plus – étaient indisponibles car en tournée/dédicaces au moment du shooting (grosses pensées pour elles, mais ce n’est que partie remise ;)).

Merci à Elo Live pour la maquette

🥏🥏🥏Belle journée 🥳🥳🥳

Indoor DR2 : effet Rashōmon version Phoenomenix

Ils sont vraiment, ils sont vraiment, ils sont vraiment Phoé-No-Mé-Nix la lala la laa laaaa … la lala la laaaa HEY !!!!!

Le championnat régional de Nemours a vu naitre une équipe de folix ! Mais ce n’est pas sur les terres du Gâtinais que l’histoire a commencé …

C’est bien à l’initiative de notre cap’tain Spirit Aurélia que les liens se sont tissés, deux jours avant le démarrage du championnat, à l’occasion d’un apéro très réussi. Ce soir-là, il ne fallait pas se laisser abattre. Bien entrainé par le présidoche Patoche, les bières de Noel et autre planteur étaient au rdv. Anecdotes farfelues et discussions tactiques – à la noix – ont animé notre soirée. Qui a dit que la troisième mi-temps ne pouvait être la première… ?

Samedi midi, c’est une tout autre ambiance. Sous un temps froid et pluvieux bien connu de l’hiver, l’équipe, concentrée, se donne rendez-vous à 12h45 pétante porte d’Orléans pour partir à Nemours.

Premier match contre nos amis mais néanmoins adversaires de la journée, les redoutables Phoenix Pioux :

D’emblée la pression est forte, la barre, mise très haute. L’expérience de nos adversaires – sur le papier supérieurs à nous – se fait ressentir. Nous sommes acculés, repoussés dans nos retranchements. Houss’ et Chad mettent leur grande taille à profit et misent sur leur catch à une hauteur improbable, la malice de Marie et l’explosivité de Léna nous font mal. L’équipe Pioux, emmenée par Ludo et son brassard si… coincoin, l’emporte 13-2.

La sanction est sans appel. Notre coach Pierre nous remobilise entre les deux matchs. C’est une compétition, mettons nos arguments en face, trouvons nos handlers, cherchons à jouer plus simple et plus safe, et surtout : LE DUMP EST NOTRE AMI… on peut y arriver et on va y arriver !!

Une mise en situation avant notre 2e match permet de mieux comprendre les consignes à appliquer et la fluidité recherchée dans le jeu. Les cannelés préparés avec attention par Nat’ ne sont également pas de trop pour récupérer entre les 2 matchs.

Deuxième match contre les Synoptiques :

Nos adversaires, au coach disons… tempétueux, jouent sans complexe ! Mais leurs erreurs de passes trop fréquentes combinées à des catchs maladroits ne les aident pas…

Chez nous, deux lignes se forment pour commencer à se transformer en véritable rouleau compresseur. Ces deux lignes ne se quitteront plus sur tout le reste du championnat. D’un côté Patoche & Nat’ en position de handleur, qui lancent leur tirs snipers vers Yasmine, Yoann et Quentin – de l’autre Aurélia, Andréa, bien aidé par Rudy en meneur de jeu, alimentent Xav et François pour enchainer les points. Les disques volent, nos handlers se trouvent en dump, notre jeu se délie, l’envie et la gnac perturbent nos adversaires. Et que dire des nombreuses interceptions d’Andréa ! Nous tentons même quelques longues qui passent ! Nous avançons, point par point. Le CAP à 11 s’officialise en fin de match. C’est alors qu’une touche de nervosité s’immisce dans notre jeu. L’équipe adverse en profite et réussit à enchainer deux points, mais cela ne leur suffira pas. Victoire 11 – 4. Une victoire méritée, et qui nous fait du bien !

Retour à l’hôtel avec un passage obligatoire par l’autoroute mené par le véhicule d’Aurélia. Faut dire que l’autoroute de Nemours elle l’aime… les sorties de l’autoroute ? Un peu moins

Nous nous retrouvons le soir avec la quarantaine de joueurs des Phoenix à l’hôtel IBIS, juste en face du Courtepaille (a priori). C’est la super ambiance, jamais autant de Phoenix ne s’étaient retrouvés à l’extérieur de Montrouge !! Nous fêtons cette première dignement !

Au restaurant, nous reprenons nos forces. Une pensée pour Cunz’ qui s’était blessé le jour même ponctue le diner. Nous pensons même deux fois à lui, bien aidé par la générosité d’Octave et sa caméra !

Le dimanche, c’est le réveil très tôt. Aurélia est ronchonne, mais pas autant que la légende pouvait le décrire.

Troisième match contre les Disclexiques :

Nous affrontons la meilleure équipe de la poule, et ça se ressent. Pourtant nous marquons le premier point du match (sur un catch de Yasmine contrôlé à la perfection !!). Mais cela a sans doute eu le don de les énerver. Ils ne font aucune erreur, aucun drop. Quand l’adversaire est en défense, leur « araignée » – comme ses coéquipiers le surnommaient – nous interceptait toutes nos passes en fond de zone. Nous perdons logiquement 13 – 2.

Durant l’échange spirit entre les deux équipes à l’issue du match, on leur explique que commencer aussi tôt nous a largement désavantagé. Apparemment eux aussi, mais nous ne les croyons pas. Les Disclexiques nous félicitent par ailleurs de responsabiliser tous les joueurs de notre équipe.

Nous avons du temps avant le 4e match, qui permet à certains membres de l’équipe de s’occuper du ravitaillement, aux autres de supporter les Pioux.

Quatrième match contre les Tsunami 3 :

L’équipe locale, est jeune, très jeune (la somme des âges de nos adversaires serait inférieure à l’âge de Patoche, selon les mots de l’intéressé lui-même !). Ils ont des fourmis dans les jambes, le couteau entre les dents et nous le font bien savoir ! Un début de match très serré nous permet de coller au score, mais les « Tsou » commencent à prendre le large en milieu de partie. Nous tentons de les rattraper sur la fin de la partie, en vain.

Une défaite au gout amer 12-6. Il y avait le potentiel pour faire mieux. L’espoir de rejoindre la poule haute s’envole.

Cinquième et dernier match contre les Revos :

Nous sentons d’emblée que l’équipe est prenable. L’intensité est au rendez-vous. Les Revos mettent un peu trop d’engagement en début de match, cela ne nous empêche pas de garder la tête froide et de mener durant la première partie du match. La ligne de Patoche a fort à faire sur un point long d’une dizaine de minutes… Que les Revos emportent finalement malgré notre défense solide. Peut-être le tournant du match.

Les adversaires sont fatigués, nous tentons avec notre énergie restante de les avoir à l’usure.

Nous rendons finalement les armes sur un score de 7-4.

L’adversaire nous le confiera après le match, nous méritions la victoire.

A la fin de ce week end, nous sommes tous fatigués. Andréa se met à appeler Aurélia « Aurélie », … « pas de souci Adriana » lui répond aussitôt Pierre !

Malgré 4 défaites, dont deux au score peu flatteur, l’essentiel est ailleurs ! Aucun blessé ne sera à déplorer à l’issue de ce week-end. Une équipe est née avec un état d’esprit irréprochable tout au long du week-end. Nul doute que le trophée du Spirit nous sera attribué.

C’est avec impatience que nous attendons la phase retour du championnat en Février 2022 !

Merci à François auteur de ces lignes

Dans la peau d’un Piou à Nemours

A circonstances exceptionnelles, news exceptionnelle. En ces temps de confinement, Marie et Octave vous proposent LA série du moment: ma vie de Piou. La Saison 1 sera consacrée à leurs aventures à Nemours pour la DR2 phase retour. C’était le 29 février et 1er mars…

Mais tout commence en fait un…

Vendredi : Demain est un jour important !
« Mais non… il ne faut pas aller à l’entraînement la veille d’un championnat bande de fous ! » tempête Victor, coach de vie (en attendant sa page web, vous pouvez le joindre au 06 12 46 67 70).

Malgré cette vive interpellation, deux d’entre nous ne l’ont pas écouté et sont allés toucher du disque à l’entraînement technique. «  Mais pas de bière au bar, heiiin ! samedi est un jour im-por-tant ! Hips ! Juste un jus de tomate ! Hips ! ».
Chacun sa méthode pour être en forme, ce qui est sûr, c’est que les Pious sont motivés ! On a bien senti les progrès de notre équipe tout au long des entraînements et des matchs amicaux et on a hâte d’en découdre !


Au casting : Anna, Aurélien, Célia, Chad, Greta, Marie, Octave, Tristan et Victor menés par leur capitaine Léo,la Tranchette !

Merci également à nos nombreux soutiens : Le public en feu composé de Jon, de leur coach Roquette et de Sophie la fée et bien sûr du reste des Phoenix !

Samedi : GO ! GO ! GO !
C’est en fin de matinée que les petits Pious se retrouvent. Alésia pour les uns, qui évitent le déluge, et Porte d’Orléans pour les autres, qui en rejoignant la mondialement renommée Chad-Mobile n’ont pas pu échapper à une tempête humide et glacée. Si celle-ci avait été de love ils auraient été heureux, les voilà trempés.

Une heure de trajet pour sécher ça devrait être suffisant… Ah ben non. On se la jouera donc « à la Célia » avec son kit maillot sortie de la machine.

Qu’à cela ne tienne, ils se pressent d’arriver au gymnase pour étendre leur linge.

Marie :« Vous ne pouvez pas nous rater, on a installé notre campement ! » et en version non censurée «  On est au niveau du camp de manouche ».

Tristan : « Évidemment, c’est moi sur la photo… » « Jou pas couprendre »

Victor nous a acheté des bonbons, mais attention pour l’instant on ne peut que les regarder. Coach de vie… on vous le disait. « Les bonbons, c’est pour les gagnants. ». Nouvelle méthode de chantage ? Bon bah, on a une raison de plus de gagner.

Pour l’échauffement, on suit Célia ou Octave avec entrain (Oui, bon ça va, il y en a eu 4,5 des échauffements, ça se mélange un peu… ). On a trouvé un couloir d’un mètre de largeur avec des colonnes. C’est l’endroit idéal ! Pas chassé d’un côté, pas chassé de l’autre côté. Ils slaloment, que dis-je, ils virevoltent entre les colonnes. Le Piou est agile et ça y est le Piou est chaud !

Match 1 : PUC 5 dit les Pussins → 13-1
Ce sont les petits Poucets de la compétition. Un bon démarrage pour nous. Attentif dans nos défenses et propres sur nos attaques, on prend le large (12-0). Nous suivons (plus ou moins…) la consigne de notre coach Roquette : « Les middles ne s’aventurent à faire des passes difficiles/osées que si 90% de leurs passes sont déjà réussies ».
A l’instar d’Octave qui choisit pour première passe un up-side long de ligne risqué qui passe à 20 cm de la tête du défenseur : «J’ai glissé Chef !». Ça marque le point, on en rigole. (Les ascenseurs émotionnels et les fortes émotions seront un peu le fil rouge de notre week-end, mais on ne le sait pas encore…).
Nos adversaires se dérouillent et finissent pas trouver quelques opportunités. Les points s’allongent jusqu’à une concrétisation méritée ! Mais nous l’emportons.

On est lancé pour la journée en ayant fait le plein de confiance. Tout est place, on est contents. Le coach est fier (preuve à l’appui). Mais on sait que la suite du menu sera plus rude, avec des Pick’Hard en embuscade !

Victor : « Bon on aurait pas du leur laisser marquer ce point, mais… Open bonbons ! ». Quand on vous dit qu’il est coach de vie !!! En attendant sa page web, on vous rappelle que vous pouvez le joindre au 06 07 76 64 21.

Lunch time ! On se détend un peu, on sourit. Une petite partie d’échec est même lancée.

Greta (ou plutôt MarGreta 😉 : « Chess Mat » (enfin c’est ce qu’elle aurait aimé dire mais la partie n’a jamais été terminée se défend son partenaire de jeu ! En tout cas c’est clair qu’il ne remportera pas le fair-play…)

Le prochain match arrive, les Pious sont concentrés. Aurélien a enfilé son headband (Spéciale dédicace Guitou !) : on est prêts !

Match 2 : Pick’Hard → 7-9

Grosse intensité d’entrée ! Les Pick’Hard sont physique et on le sait ! On ne se laisse pas surprendre et on se rend coup sur coup !
Le match est plaisant, accroché, on est là sur chaque point. La partie tourne en notre faveur pour deux petits points d’avance. Nous avons su être propre en attaque et déchaînés en défense…

Mais… les Pick’hard ne se laissent pas faire… Après un temps mort ils reviennent surmotivés et recollent au score. Ils font beaucoup de longues et ont une meilleure lecture.
L’universe pointe alors le bout de son nez et bascule en notre défaveur…

C’est mitigé que nous sortons de ce match… Mais on savait les amiénois et les amiènoises farouches.

Nous quittons le gymnase avec le sourire et une seule idée en tête, faire carton plein le lendemain ! (Enfin deux idées pardon… Il faut quand même préparer l’apéro !)

Un homme visionnaire : il inventa l’apéro confiné avant l’heure ….



On opte pour des paquets de chips individuels ! D’ailleurs Octave en avance sur son temps, avait compris ce que signifierait le mot « apéro » en confinement.

La fine équipe au complet. Et pendant que certains regardent l’objectif, d’autre boulotte les chips en loucedé…



Départ pour le restaurant. Nous invitons Jon à se joindre à nous. Tout le monde décide de changer de voiture et… ce qui devait arriver arriva !

« Ben… Vous êtes où? Je crois que j’ai été oublié… » Léo B

Capitaine récupéré, nous arrivons O’Forum. Lieu repéré et approuvé par les Féenix quelques semaines plus tôt. Grâce à Célia nous avons le salon VIP à l’étage. Repas de haute qualité dans une salle privatisée du meilleur restaurant de Nemours ! Les Pious ne se refusent rien ! Cependant, on se demande si c’est pour notre tranquillité ou celle des autres clients : on a été isolé à l’étage. « Peutimporte », le repas est délicieux. Les produit sont frais : «  Ils viennent sûrement de Roungisse alors ? » Célia poursuit sa découverte de l’île de France.

Nous rigolons bien avec le serveur qui fait son petit numéro. Très sympathiquement , il arrive avec des bouteilles mystérieuses entre le plat et le dessert. On aimerait bien que ce soit un petit cadeau mais notre Capitaine Spirit tue nos espoirs d’une phrase assassine… « C’est parce que vous n’avez pas d’étiquette ! ». Tout ça car le pauvre ne sait pas ce que signifie le croisement artistique des couverts dans les assiettes… Arf ces roturiers.

Par moment, on essaye de rendre ce week-end bilingue, avec plus ou moins de succès. Les talents sont inégaux, mais chacun fait de son mieux. Bon, on vous cache pas que les meilleurs sont Chad et Greta 😛

On aura même le droit à la blague favorite d’Octave in english ! « This is the story about a man. He said : hello, it’s me ! But in fact, he wasn’t».

Au milieu de la Cène ? Le coach de vie bien sûr…


Flash info :
Non?! On connaît vraiment un enfant star?!

Cela faisait 10 que Victor en cherchait la preuve et on l’a trouvé ! Et quelle trouvaille !

Antoine d’il y a 20 ans : « Aïe…. Un joli pansement pour mon petit bobo ! »

La suite de la soirée se déroule au, non moins réputé, Formule 1 de Nemours : El famoso.
Devant la violence de l’odeur des chaussures d’un Piou (que l’on ne citera pas, mais dont le prénom rime avec betterave), l’OMS a dû modifier le lieu de la soirée. Avis pour le Secret Santa de l’année prochaine… juste comme ça, pour le bien commun…
Aurélien nous a gâté avec le choix du jeu : Times Bomb. Trahison et mensonges, rien de mieux pour souder une équipe !
Léo Tranchette: « Non, mais je suis trop blasé là. 9 parties qu’on joue et 9 parties que je suis gentil ! Je veux être un méchant !!… »

Aurélien à Tristan 00:00: «  Tiens, la carte de notre chambre
ne marche plus… pourtant c’est la bonne porte ».


Sweets dreams les Pious.

Dimanche : Sunday Bloody Sunday

« On a faim. »

Réveil tardif le lendemain pour un premier match à 11h !

(Le DT savait que certains (ou plutôt certaines) parmi nous avaient des problèmes avec les matchs trop tôt le matin…). Troupeau de bisous sur toi Ô Grand DT.

RDV à 10h30 dans les voitures !

Anna est là !! Notre botte secrète russe vient d’arrivée avec sa fille. On est contents !

Cela annonce une belle journée.

Match 3 : Tsunamix → 8-9

« Je ne suis pas innocent » Chad

Match face aux locaux, qui ont montré un haut niveau la veille. Ce match a été marquant pour nous… Arrivés sans trop de pression, gorgés de la bonne humeur de notre soirée et du repos de notre longue nuit, nous sommes chauds (on est des Phoenix quand même !) mais les Tsu nous prennent à la gorge… 3-0 pour eux… Attention les Phoenix n’ont pas dit leur dernier mot ! Une solidarité défensive sur la mise en place d’une zone serrée et agressive met en déroute nos adversaires. Nous passons devant pour un beau 7 à 5 à la fin du temps réglementaire.

Après cette petite remontée, c’est toujours serré. Il y a quelques contacts des deux côtés mais les deux camps en ont conscience et se calment vite. La tension est à son comble. Au temps mort, un constat simple… On reste fort en défense et si on marque nos deux attaques tout est bon… Mais la peur de gagner s’installe et le raz-de-marrée éteint notre flamme… Nos attaques ne sont plus fluides et on arrive à un 8-8 pour un universe qui fait saliver les observateurs sur le bord du terrain…

Un véritable deuxième match commence alors… Attaque aux Phoenix. Nous perdons le disque mais ne baissons pas la tête ! la défense prend le relais et après 15 minutes de turns et d’attaques non concrétisés, les Tsu finissent par percer notre zone…

Mais quel match !

Là le moral en prend forcément un petit coup… La victoire était si proche…

Malgré quelques déceptions personnelles et collectives nous nous remobilisons pour le prochain match !


On se reconcentre et on se rappelle le playbook. Chasseur, Pêcheur, Carotte… On est tous au point ? Wrong side Greta.

Match 4 : Révos → 6-8

Match serré de bout en bout. Il semble moins dense que le précédent mais les Révos se montrent plus sereins et patients disque en main. Nous perdons de deux petits points.
Bon, nous non plus on ne sait pas ce qui s’est passé. Burn-out.

En attendant notre dernier match un petit goûter est pris mais les sourires sont moins francs… Il va falloir aller chercher ce dernier match contre Plaisir.

Anna : « Bon… c’est bien beau de bien jouer, mais c’est mieux de gagner !!  Qu’est ce que je dis à mes filles en rentrant moi quand elles me demandent si j’ai gagné ? Je leur dis qu’on passe à un cheveu des victoires ? Super ! Non, il faut gagner !» Bon ok, c’est du réchauffé venue du championnat féminin, mais Anna n’a pas changé de discours. S’il y en a une qui ne baisse pas la tête c’est bien elle !

Tristan 10h05 : « 37,0° »
12h12 : « 37,0° »
Les Phœnix sont chauds Tristan ?
Tristan 14h30 : « Non, pour l’instant ça va. »

Match 5 : Zérogène 9-8

Le dernier pour la route ! Celui-là on le veut !

Tout démarre sur les chapeaux de roue et notre fébrilité se fait sentir… Les Zérogènes nous bloquent sur notre première attaque et mène d’un point. Pas de panique chez nous, un point ça se remonte ! Mais les points s’accrochent… Les équipes se rendent coup pour coup et le petit point d’avance reste accroché au tableau d’affichage en la faveur de nos adversaires… Le match s’intensifie peu à peu, nos défenses se multiplient et l’espoir de faire tomber ce point s’entraperçoit à de multiples reprises… Mais il manque toujours un petit quelque chose. Les zérogènes sont solides et alternent leur fameuse zone avec quelques défenses individuelles. Ce petit jeu de chat et de la souris nous amène logiquement à un universe… Nous rentrons sur le terrain plein d’envie. Notre capitaine pull et nous montons comme des affamés sur nos joueurs pour défendre. Et là, drop de pull… 0n nous donne le disque à proximité de leur zone. Occasion en or ! Sans paniquer, nous nous plaçons et nos handlers font un beau travail à 3, avant de trouver une opportunité en zone. Point aux Pious !!!

De quoi redonner le sourire à chacun !

« Whaou ces Pious font des trucs incroyables ! »

Bon malheureusement, à 0 point près, on descend malgré un beau week-end de jeu pour les Pious. Mais le Phoenix se relèvera de ses cendres et ira botter des culs l’année prochaine ! On reprendra les mêmes et on gagnera cette fois 🙂

Les coulisses :

Marie 20h35 : «  Les gars, j ‘ai perdu la feuille de spirit :O ».

Après une enquête rondement menée que nous nommerons « Pu***, elle est où ??? » Les Pious trouvent le traître. Non ce n’était pas Chad même s’il n’était pas innocent 😛 mais Célia qui pour rapporter chez elle un peu du bon spirit Pious, l’avait mis dans son sac « Oups ».

Une news un peu plus longue que d’habitude parce qu’on a un peu plus de temps que d’habitude…

Vivement qu’on puisse se retrouver à l’entraînement ! Mais pour le moment RESTEZ CHEZ VOUS et PRENEZ SOIN DE VOUS !

Merci aux Pious Spirit Caps Octave et Marie.

THAT’S ALL FOLKS !

Flame part en voyage à Montbéliard

C’était par un beau week-end du 11-12 Janvier 2020

L’équipe Phoenix : Anto, Etienne, Houc’, Jon, Kao, Marco, Monsieur Q, Pierre, Roquette et Viven.

Connaissez-vous Flame ? Non ce n’est pas Zim
C’est la mascotte de l’équipe 1 des Phoenix de Montrouge. Elle est plutôt chaleureuse, solide, dotée d’une bonne écoute : on peut lui vider son sac quand on fait des erreurs sur le terrain. Ce week-end, Flame est partie avec son équipe pour la phase aller Indoor de National 2 à Montbéliard en Franche-Comté.

Flame, la mascotte des Phoenix

Pour garder la meilleure disposition physique de ses joueurs, Flame a opté pour découper le trajet en deux temps avec une petite nuit bienfaitrice à mi-chemin. C’est l’occasion aussi pour Jon et Pierre de s’initier à Hanabi, guidé par les bons conseils de Houc’.

Contrairement à ce qu’avait compris Pierre bien installé dans l’hôtel, on reprend la route le samedi matin, chauds comme jamais. Dans la voiture c’est séance de maître Gims, blindtest et concours de GIF qu’Etienne remporte haut la main.

Conséquences du GIF d’Etienne

Jon quant à lui, emporté par sa célérité, s’improvise au volant une petite photo d’équipe ; demandez le tirage auprès de la police pour 68€ seulement (virement à faire au club).

PUC : Victoire 11-10

14h30, rien ne va plus, les Phoenix ont fait 500 km de route pour affronter nos voisins parisiens le PUC. Anto’ annonce le jeu avec la première défense du WE et les Phoenix mettent de suite 2 points. La suite est extrêmement intense et serrée. Les points défilent des deux côtés. Je vois passer 2-2, 4-4, 6-6. 9-8 pour les Phoenix, cap à 11. La tension atteint son paroxysme à l’universe que Marco fait durer à deux reprises.

Freev’Owl : Défaite 12-7

On affronte l’équipe locale, particulièrement jeune et physique. Si les Phoenix rentrent bien dans le match avec 3-1, la remontée des Freev’Owl ne se fait pas attendre avec l’égalisation à 6-6. La 2e moitié du match est compliquée chez les Phoenix qui peinent à se trouver. Après le match on débriefe un peu la frustration au vestiaire avec Flame.

Soirée

Röesti or not Roësti ? Le débat est lancé par Vivien, mais l’orga, représentée par Houc’ & Anto, nous redirige vers une traditionnelle pizzeria. Dur de manger végétalien en Franche-Comté !
Au resto, grosse discussion sur les matchs et tactiques. Annoncé par Houc’, il y avait 2 chances sur 10 de battre Freev’Owl. Pierre négocie, revoie l’offre et propose un compromis à 3 chances sur 10. En statisticien rigoureux, avec cette défaite on passe à 3 chances sur 9. Bref, on demande la revanche à la phase retour.

Friz’Bisontins : Défaite 9-7

Il est 10 heures et les Phoenix se préparent à affronter les Friz’Bisontins, une équipe de bons gaillards élevés aux produits du terroirs (Comté, Cancoillotte, saucisse de Montbéliard et autres douceurs légères) et guidée par Kevin, le fils de Kao. Ils imposent une grosse opposition et leur jeu d’attaque à base de break, de longues et d’upside porte ses fruits. Alors qu’ils mènent 7 à 3 nous nous ressaisissons avec une belle remontée et nous ne sommes pas loin d’accrocher l’universe. Ce jour, l’équipe du fils a eu raison de l’équipe du père.

Tous chauds, mais peut-être pas tous Phoenix…

Le PUC – que nous avons battu – ayant gagné contre les Friz’Bisontins, nous nous retrouvons dans une triangulaire avec ces deux dernières équipes. La montée en poule haute risque de se jouer au goal average et ne s’obtiendra qu’avec les victoires des deux prochains matchs. Nous sommes donc à bloc pour le prochain match qui nous oppose aux Moustix de Lyon.

Moustix : Victoire 9-5

Notre rentrée dans le match est immédiate. Nous arrivons particulièrement à nous trouver et à établir un jeu fluide : nous menons 6 à 1. L’opposition augmente en deuxième partie de match mais cela ne suffit pas. Nous gagnons ce match très plaisant à jouer avec un très bon esprit des deux équipes.

Zérogêne : Victoire 13-5

Notre dernier match nous oppose à l’équipe de Plaisir. Le match est déséquilibré en notre faveur car ils jouent à 7 avec un niveau physique inférieur au notre. Les Zérogênes ne déméritent pas et jouent le match à fond. Je retiens du match l’énorme bachot d’Houcine.

Les Phoenix … Chauds !

Bilan

Bilan très positif pour l’équipe avec trois victoires et deux défaites, mais surtout une qualité de jeu croissante tout au long du weekend. Nous finissons ainsi 3e de cette première phase du championnat nous offrant ainsi la qualification en poule haute et nous assurant le maintien en N2. L’objectif – pourtant annoncé difficile – est accompli et les Phoenix repartent heureux du week-end, avec malgré tout une petite larme à l’œil de quitter la plus belle région de France !

Au retour c’est débat sur Star Wars 9 puis blindtest d’abord orienté cris d’animaux et ensuite séries.

Merci à l’équipe pour ce moment collectif et intense et tempête de Love aux parents de Monsieur Q venus supporter les Phoenix dans tous leurs matchs !

L’équipe Montbéliardaiserougienne du jour

Merci également à Monsieur Q, l’auteur presqu’incognito de ces lignes et fils prodige

La Nuit des Phoenix Samouraïs

C’est dans la nuit du 6 au 7 décembre que s’est déroulée la Nuit des Samouraïs. Tournoi nocturne organisé par le Val d’Europe Chessy Ultimate aussi appelé les DiscLexiq’, cet événement est organisé pour le Téléthon et pour ça, un grand merci à eux !

Cette année les Phoenix n’ont pas été en reste, que ce soit sur le terrain, en dehors, à travers les diverses activités proposées pour le Téléthon, ou bien lorsque l’on trompait le sommeil grâce à l’esprit de feu des Phoenix car cette ambiance de folie a régné toute la nuit !

« Phoenix ! Sa ! Phoenix ! Mou ! Phoenix ! Raï ! … SA-MOU-RAI !!!»
(On n’a pas trouvé plus original :D)
L’arrivée


L’équipe était composée par de 10 Phoenix motivés comme jamais, pour en découdre du soleil couchant aux aurores : Léo, Tristan, Pierre, Octave, Will, Charlie, OB, Marie, Sarah et Léna.

Le périple fut semé d’embûches entre les grèves, les mauvaises adresses saisies sur le GPS mais ils y arrivèrent.

Le 6 décembre 2019, 5 minutes avant le premier match 90 % de l’effectif était ready pour le premier match, celui qui nous opposa à nos nouveaux frérots de l’ouest parisien, Lutèce !

20h00 : Lutèce – Phoenix : 7-7

Notre tout premier match dans lequel nous commençons par la défense. Les sensations sont plutôt bonnes et l’on manque de peu de gagner ce match qui nous a permis de commencer à nous mettre en place. On finit par un beau match nul (Si si c’est bien un match d’Ultimate…)

23h00 : Amour du disque – Phoenix : 10 – 4

Ce deuxième match est plus compliqué, malgré une intensité physique, nous tombons sur une équipe très bien organisée et redoutable. Combatif jusqu’à la fin nous finissons par nous incliner sans remords.



02h00 : Rien à prouver – Phoenix : 10 – 3

Nous tombons sur une équipe très jeune et physique. Si le match précédent nous a confronté à une équipe qui avait un niveau au-dessus, nous n’avons pu que reconnaitre que nous ne jouions pas dans la même catégorie sur celui-là. Mais qu’à cela ne tienne, motivés comme jamais, serrant les dents, on leur impose toute notre énergie, 1 point contre les Phoenix ça se mérite !

04h25 : Grande Boulador : On l’a perdu de beaucoup… Mais ce n’est pas ça qui compte

Encore une fois, vos samouraïs tombent sur une équipe très bien organisées avec de très bons éléments. Rapidement ils placent une zone qui nous fera perdre quelques points. L’équipe se remobilise alors et nous sommes plus patients, travaillant avec nos handlers et middles habiles… Malgré la défaite, le match reste très agréable contre cette équipe qui exploite le moindre de nos faux pas. Nous tombons encore une fois … Mais ne nous déclarons pas vaincus… Jamais !

06h00 : Disc’Lexiqs – Phoenix : 10- 7

Est-ce le match précédent, notre folie grandissante au fil de la nuit, un regain de forme, mais enfin nous retrouvons des automatismes et parvenons à transformer nos phases de construction. Les progressions sont de plus en plus belles, les drops souvent concédés sur des erreurs liées à la fatigue. Pas très loin de revenir à égalité, nous craquons en fin de partie. Malgré quelques tentatives de zone, les Disc’Lexiqs sortent vainqueurs…



7h05 : Amour du disque – Phoenix : 5 – 3

Dernier match, 7ème place en jeu …. Un air de déjà vu… Nous nous retrouvons face l’Amour du Disque une nouvelle fois et là … Ce n’est plus la même. Remontés, attentifs, toujours à l’affût, nous faisons l’un des matchs les plus engagés. Peur de rien et prêt à tout, nous sommes transcendés et les points s’allongent. Il s’en sera fallu de peu pour qu’ils repassent devant nous, laissant un goût un peu amer à certains d’entre nous mais une fierté dans le cœur de tous. Celle d’avoir tout tenté jusqu’à la fin et d’avoir pris du plaisir à jouer ensemble.

Mais n’oublions pas tout le reste !

1°) Le deuxième tournoi … Celui qui compte dans nos cœurs

La nuit fut ponctuée de folie et même si nous n’avons pas remporté le tournoi, les Phoenix ont inscrit le nom de l’équipe dans les annales en détenant les records de rapidité des Escape Game proposés par le Téléthon. Car oui, on a peut-être perdu quelques matchs, mais attention ça réfléchit les têtes de linottes enflammées.



2°) King Kong est une espèce légendaire de Phoenix

King-Kong… calme !!!

C’est après avoir joué notre troisième match, alors qu’une moitié d’équipe attendait le retour de ceux qui avaient besoin d’un décrassage sur le parcours de gym/obstacle (parcours destiné aux moins de 12 ans) que vint l’action de la soirée.
Alors qu’ils étaient sur le chemin du retour, enfin… qu’ils parcouraient les 10 mètres nous séparant des tapis de gym, que Pierre alias King Kong, s’élança, avec férocité et vivacité, sûrement dans le but de créer une réelle émulation dans ce groupe de sportif accompli. Il croisa du regard un boudin en plastique bleu accroché au mur à hauteur d’homme. Voulant haranguer la foule que représentait ses 3 compagnons en manque de sommeil et essoufflés par deux sauts de trampoline, il sauta afin de s’accrocher de tout son poids sur cet appui tel un majestueux chef chimpanzé, prêt à donner ses ordres. Malheureusement, le gymnase de Chessy n’a rien d’une luxuriante forêt tropicale et cette attache en plastique qui paraissait si solidement fixée au mur … N’était qu’une protection juste enfilée dans un conduit. La base défaillie sous l’énergie de notre brave Pierre qui … s’étala de tout son long 3 m plus loin.

Après un fou rire d’un quart d’heure nous purent reprendre notre partie de Time’s Up, fiers de compter dans nos rangs ce nouvel héros acrobate.

3°) Les échauffements à la manière du sud

Vers 5h30 du matin, il nous a fallu nous remobiliser pour nous échauffer et alors que l’ambiance de tout le tournoi semblait s’endormir nous avons décidé d’aller courir sous les tribunes. Quelques montées de genoux plus tard et des « assis on n’est pas debout, debout on n’est pas assis »  – exercice cadre pour échauffer les muscles fessiers – nous entamèrent, au plus grand des calmes, un aviron Bayonnais ou Pena Baiona. Scandant la moitié des paroles, je ne suis pas certain qu’une seule personne ait pu faire tout le trajet sans toucher le sol, mais nous étions tous en feu, même à 5h et ça, ça n’a pas de prix.

4°) Et le reste

Les dodos, les gens, les tombolas, les drops, les scoobers, les célébrations …

Tempête de Love <3 !!!




Conclusion

Après un retour plus que compliqué pour cause de grève, je ne peux que remercier mes partenaires, le club des Phoenix de Montrouge et ses gentils membres, le club de Chessy, les bénévoles du Téléthon qui ont tenus buvette, tombola et escape game pour ce tournoi de folie.

Premier tournoi avec les Phoenix et je peux vous garantir que ce ne sera pas le dernier. Une groooosse tempête de Love pour les coéquipiers, avec vous, j’aurais pu continuer pendant au moins 1 000 nuits au moins !!!

Tempête de love donc <3

Merci à Tristan, auteur de ces lignes et qui sait mieux que quiconque en défense verrouiller une attaque…

« J’écoutais le disc-jockey… »

Il était une fois, au royaume des fées, un week-end tout particulier, qui donna naissance à un joli conte.

Tout commence dans le meilleur des mondes, avec une Marie en avance de dix-sept minutes ! (Oui oui vous avez bien lu), sans compter les trois secondes et huit centièmes…

Du coup, tout le monde arrive bel et bien à Luzarches, soit les dix Fées : A2, Anna, Aurélia, Célia, Elodie, Marie, Mathilde, Nathalie, Sarah blonde et Sarah brune, accompagnées par leurs deux Coachs, Oliv’ et Patoche.

Samedi 30 novembre

Premier match contre Fillelis (Friselis), très accroché avec moins d’un point d’écart jusqu’à 5-5, où ensuite les Fillelis prennent l’avance avec un 5-8 au cap. Les Fées remontent, mais malheureusement non suffisamment, avec un score final de 8-10 pour les Fillelis (défaite 🙁 ).

Le deuxième match est la plus grosse affiche du weekend : les Fées vs les Yakas. Un match intense, où les Yakas ont peur, car les Fées les talonnent voire les mènent, avec un 8-8 au cap. Finalement les Yakas l’emportent en mettant les deux derniers points d’affilée, 8-10 pour elles (défaite 🙁 ). Mathilde nous révèle que c’est le meilleur match qu’elle ait joué depuis très longtemps (désolée les X’trèmes :-p ).

Deux matchs, deux défaites, malgré des matchs hyper serrés où les Fées ont montré qu’elles sont là, capables de faire du beau jeu et de ne rien lâcher. Malgré tout, “Bien jouer c’est bien… Gagner c’est mieux!”. Sur ce bon conseil d’Anna sous la pression de ses filles, les Fées décident dès lors de gagner tous les autres matchs du week-end, en provocant par moment quelques sueurs froides à leurs Coachs.

Troisième et dernier match du jour, contre les Révos. Les Fées volent et virevoltent toute la première partie du match, avec un joli 6-1. Sans bouger ou presque, elles ont su dès le départ anéantir la zone de leurs adversaires, en utilisant simplement leurs doigts de fées pour lancer et catcher d’élégants knives. Étrangement, les Révos n’ont pas voulu réessayer cette défense. Néanmoins, les Révos ne lâchent rien et se révoltent, remontant à 7-5. Les Fées appellent un temps mort, mettent le point 8-5, mais se font rattraper avec un 8-8 au cap. Les Coachs tremblent (le mot est faible), mais les stratégies de base marchent, avec une duo qui fonctionne, 9-8. Ensuite, Anna nous fait une super défense avec interception en zone puis catche la longue de Mathilde en zone, c’est le point de la victoire ! 10-8. On peut filer récupérer les coachs en réanimation.

La journée se conclut par le joli feu d’artifice de Luzarches, qui nous en met plein les yeux durant notre balade jusqu’au restau.

Le repas s’y fait attendre mais le digestif au rhum est offert par la maison. Les Féenix papotent et rigolent avec leurs gentils coachs taquins et se rappellent des moments du jour ou d’il y a peu. Certaines dont on taira leur nom sont de vraies féenomènes. L’une révèle que finalement un match est un jeu de mimes : “Je faisais le flamant rose”, tout ça parce que son pied de pivot était en l’air. Mais attention un flamant rose français, car un peu plus tard, ou un peu plus tôt, la Fée ne savait pas où l’adversaire en était dans son compte car elle comptait en anglais… Une autre Fée qui au premier match était déjà dans un maillot trempé – mais propre ! – car lavé le matin même (mais avec ses petites mains!) ou bien encore la Fée qui la semaine d’avant pour l’open indoor avait réussi l’exploit de réserver le restau du samedi soir dans un restau fermé pour cause de travaux !… Les Fées qui devaient leur jeter un sort sur leur berceau de naissance devaient être grévistes, s’être dites à tort que cela aurait été sur-fée ou bien n’être simplement pas encore nées.

Avant d’aller se coucher, les Fées n’oublient pas d’adresser leur lettre au Père Noël…


Dimanche 1er décembre2020

Bien que déjà surmotivées, les Féenix, prenant en compte la déconvenue de l’année précédente, ont UNE raison de plus pour tout déchirer le dimanche : A2 a promis – après un nombre absolument raisonnable de verres d’alcool – de faire la fermeture du Memphis si on se qualifiait pour la phase 2. Yhihihi!

Dimanche une nouvelle journée commence avec au programme trois matchs : Puc, Miss Sunshine (Frog&Sun) et Fu. Un Féefée-boy prénommé Octave est venu de loin pour les encourager.

Premier match à 10h45 très spirit contre les Lilipucs avec une victoire 10-7 pour les Féénix. La journée commence bien!

Continuant sur cette lancée, les Féénix très chaudes, plus chaudes que la braise, plus chaudes que le Sun des Miss Sunshine remporte la victoire, 12-10. Match hyper intense, avec du beau jeu, où chaque équipe mets toutes ses attaques jusqu’à 5-4 pour nous. Un match qui fait bien plaisir, surtout que qui dit qualification pour la phase 2, dit A2 au Memphis jusqu’au bout de la nuit… ainsi, un nouveau cri de guerre voit le jour, MEMMMMMMPHIS !

Dernier match du weekend les Furies. Les Féénix ont du mal et traînent un peu contre ces jeunes furies qui galopent et mènent logiquement le match, 4-7. Mais les Féénix renaissent de leurs cendres et font la remontada avec une superbe victoire à l’universe, 9-8 pour Féénix. Certaines légendes disent que cette victoire s’est faite car la plupart des fées vivaient dans un monde enchanté et ignoraient le score ainsi que le dernier point qui était en fait un universe. Faut dire aussi que les coachs et Octave avaient déjà bien assez les choquottes pour 13!

Le week-end fantastique et accroché s’achève, avec en conclusion des beaux mots dans les vestiaires de chacune.


La tempête de joie est bien là et l’émotion devient visible dans les yeux et se transmet dans les voix de certaines. Un plaisir et une euphorie en tout cas qui nous tarde à toutes et tous de revivre très prochainement en février face à l’Elite féminine française.

En attendant, les Fées vous attendent à Rounejis au Memphis pour être chaudes bouillantes pour le week-end d’après et ne faire qu’une bouchée de leurs adversaires. Et puis une légende raconte que si Oliv’ faisait un shark 🦈, d’autres Fées pourraient suivre…

Chaudes!!!!

Merci à Célia, la Féenix avec des étoiles plein la tête pour ces lignes

🎶 Dans la voiture qui me traînait 🎶
🎶 Sur la route de Memphis … 🎶









































































Petit bonus making of :


Eh oui ! Pourquoi le Frisbee n’aurait-il pas droit lui aussi droit à sa manucure ? C’est ça un coach dévoué qui prépare un disque aux petits oignons…. (Merci à notre équipementier 🐰)


On taira son nom mais pour certaine c’est ça l’échauffement… 🌟🌟🌟


Préparation d’une tactique secrète … mais qui gagne !!


Le Piou, nouvelle mascotte chez Disney


Dans la vallée de Mickey, les deux piou-mobiles arrivent synchronisées, pleines de petits pious surmotivés : Cap’taine Marie, Octave, Mounir, Célia, Chad, Victor, Anna, Nathalie et Aurélien.

Nos marques prises, Octave, aka Captain Spirit, mène un échauffement de feu à base de danses suédoises, gammes et sprints dans d’étroits couloirs. Bien chauds, nous commençons contre les Disc’lexiques 2, nos hôtes de ce weekend. Le début du match est très serré. Fait notable, les Pious commencent forts! 2-2. Puis, nos adversaires déroulent un jeu physique, sans faute. Nous en faisons quelques unes sur nos premières passes entre handler et middle. Le score grimpe vite. Les points sont très rapides. 11-5 au bout des 25 minutes. Ils contournent bien nos zones, 13-5 score final. Le match a été très plaisant avec un bel état d’esprit des deux côtés. Les Disc’lexiques finiront premiers de la poule en enchainant les victoires et le beau jeu.

3h de repos avant le match suivant. Entendu à la pause par nos adversaires suivants : “Attention au prochain match, les Pious ont un gros physique!”

Reprise du jeu à 17h pour le dernier match de la journée. Nous jouons contre les Synoptic 2. Cette fois, on commence doucement 2-0! Le débriefing du premier match aide, nous sommes propres sur nos attaques contre leur défense individuelle. On remonte et on les accroche bien 5-4. Puis… Ils nous imposent une défense en zone. Là, nos attaques ne passent plus, mais plus du tout. Le score final est sévère 13-4 pour les Synoptic. Note pour la prochaine fois : “travailler les attaques de zones”. Encore une fois, bel état d’esprit et beau match des deux équipes.

Capitaine Marie et notre premier supporter Roquette donnent leurs conseils pour les matchs du lendemain. De retour à Paris, nous partageons de délicieuses agapes afghanes et débriefons les matchs du jour. Puis, un petit verre de rhum et une partie de The Mind pour travailler la synchronicité de l’équipe. Le reste de la soirée sera tu…(on était fatigué, on est allé se coucher…)

De retour à Chessy! Frais comme des gardons! Anna ne pouvant se joindre à nous le dimanche, elle est remplacée par un Loïc de feu. Toujours à 9, nous décidons de tourner à 3 handlers: Marie, Nathalie et Chad. Les middles formeront deux lignes : Octave – Mounir – Victor et Célia – Loïc – Aurélien. Nous sommes chaleureusement accompagnés et encouragés par Roquette et Sarah. Encore merci pour leurs soutiens et applaudissements <3

Cette fois, nous jouons les CS Révolution’Air 2. Le début de match est accroché, les deux équipes jouent bien. Le réveil est intense. Sur une belle défense en fin de zone, Mounir retombe mal et doit sortir touché au talon. 3-4. Puis, les Pious loupent quelques passes là où les Revo arrivent à les marquer. Ils prennent le large, 3-7. C’est alors que les Phoenix sortent leur lapin préféré! Une défense de zone qui les fait craquer à plusieurs reprises en attaque. De concert, nos attaques de zone fonctionnent bien, le briefing paye, de grands espaces trouvés par Célia font avancer les handlers Marie et Nathalie et marquer des points. Dans le cap, les Pious remontent : 6-8! Si les Revolution’Air 2 mettent un dernier point et gagnent ce match 6-9, les Pious sont fiers de leur match. Ils ont bien joué et ont pris leur pied face à une très bonne équipe.

30 minutes plus tard, quatrième match face à 3znogood. L’équipe est solidaire après la blessure de Mounir qui ne reviendra pas sur le terrain ce weekend. Le début de match est serré, encore une fois les Pious commencent bien. Le milieu du match est plus confus pour les Montrougiens avec beaucoup de tentatives infructueuses et un rythme un peu plus décousu. Le lapin est de sorti en défense avec un double relais Aurélien – Octave et Victor – Loïc qui les ralentit plutôt bien. Nous nous ressaisissons en fin de match et finissons fort. 11-5 au final pour les 3znogood.

Après un bref déjeuner, il est l’heure du dernier match contre les Pick Hard Disc. Avec 4 défaites chacune, les deux équipes veulent ce match. Cette fois les Pious prennent de l’avance sur les premiers points 5-4. Les deux équipes s’échangent point pour point et sont très engagées. On retiendra notamment un dive adverse dans les pieds de notre Célia qui aurait pu s’avérer dangereux. La lucidité commence à manquer sur certains points en cette fin de championnat, mais pas le spirit avec des sourires des deux côtés et une envie palpable. 7-7 au début du cap. Les Picards concrétisent, marquent les points qu’ils leur manquent et gagnent 7-9.

Ce que l’on peut retenir de cette phase aller : un excellent spirit chez toutes les équipes, très peu de fautes et des résolutions rapides, beaucoup de sourires et d’encouragements de toutes parts. Les Pious ont pris du plaisir ce week-end et expriment aussi de la frustration de ne pas avoir gagné. Ils ont hâte de la phase retour, de retourner à l’entraînement, de jouer ensemble et de défendre leur place dans cette DR2 au niveau très relevé.

Eclosion de jeunes PhoenoméniX à Nemours

Les PhoenomeniX ont attaqué la première phase de la DR3 avec un objectif en tête: apprendre à jouer ensemble, appliquer les bases de l’entraînement et surtout, surtout… se faire plaisir. En gros l’héritage du PCP… C’est un gros challenge qui attend les jeunes Phoenix (qui au passage, représentent une moyenne d’âge de 25 ans, quelle coïncidence…) car pour la moitié de l’équipe, il s’agit de la première compétition d’ultimate ! Notre Cap’taine Élodie nous l’a rappelé en début de tournoi: le premier objectif est de se faire plaisir ! Et notre capitaine spirit José a maintenu la positive attitude durant tout le week end!

Le séjour Nemouriens a commencé tôt pour les PhoenomeniX avec le premier match de la journée contre l’équipe UPA 2. Match ambitieux pour un début mais les Phoenomenix sont CHAUDS, CHAUDS CHAUDS CHAUDS !

PHOENOMENIX // UPA 2

Malheureusement nous avons perdu notre coéquipière Lucie dès l’échauffement à cause d’un mal de dos. Lucie n’a pas abandonné les PhoenomeniX pour autant et en a profité pour inonder le reste de l’équipe d’énergie positive pour attaquer le match dans les meilleures conditions.
Les PhoenomeniX ont livré un match très accroché dès le début en restant collés au score. Mais l’UPA a repris le dessus grâce à des joueurs très expérimentés et une très belle organisation qui les ont fait repasser devant. Le match se termine sur le score de 10 – 4. Les PhoenomeniX ont été un peu désorganisés notamment dans les appels mais la motivation et l’esprit positif sont restés intactes.

Huddle UPA / PhoenomeniX

Après le match, la fatigue matinale s’est fait sentir pour certains 🙂 (N’est-ce pas Sarah 🐰 ;))
Après un petit café à la buvette nous nous sommes re-solidarisé autour de notre fière Cap’taine Élodie, et avons repris quelques points des bases de l’ultimate pour améliorer notre prochaine prestation.

Notre deuxième match approche, contre une équipe de jeunes surentraînés prêts à en découdre avec les PhoenomeniX!

PHOENOMENIX // TSUNAMI 4

Malgré leur jeune âge, l’équipe des Tsunami a montré beaucoup de rigueur et d’automatismes si bien que nous avons subit une déferlante de points en début de match. Nous avons même accusé d’un Callahan lors de la toute première passe du match ! Nous n’avons pourtant pas laissé l’exclusivité du spectacle aux Tsunami ! Léna s’est illustrée en marquant deux points à partir de frisbees relâchés par nos adversaires dans leur zone.
Pour tenter de contrer le Tsunami dévastateur, les PhoenomeniX ont tenté de mettre en place une zone telle une digue infranchissable. Il faut croire que la digue n’était pas assez haute… nos adversaires ont rapidement trouvé les solutions pour fatiguer nos deux chiens hargneux Antoine et Marwen. Fin du match à 12 – 4*.

*Attention, ce score correspond à celui indiqué sur un étrange panneau animé et situé dans les hauteurs du gymnase. Il ne semble pas représenter la combativité des PhoenomeniX. Nous avons mis un technicien sur le coup, le panneau doit être réparé sous peu.

Après ces deux matchs très difficiles et un esprit positif toujours aussi fort, les PhoenomeniX se sont restaurés à base de quiches et de gaufres! Le ventre bien plein pour attaquer le dernier match de la journée.

PHOENOMENIX // SYNOPTIC 3

Un match très engagé dans lequel les PhoenomeniX ont infligé un 4-1 d’entrée aux Synoptic grâce à des appels en longues d’Igor et Charlie qui ont su croiser le regard de leur handlers enflammés. Après une première partie de match en pleine confiance, nous nous sommes légèrement fait peur car les Synoptic sont revenus à 6-5. Mais les PhoenomeniX ne lâchent rien et se battent comme des fauves en défense ! À l’image de Pierre galvanisant la ligne comme un mort de faim! Des appels en longues concrétisés par des upsides sont venus compléter le score et achever les Synoptic qui s’inclinent finalement 9-6* contre les PHOEEEEENOMENIIIXX !

* Il semble que le fameux panneau ait été réparé.

Magnifique victoire pleine de bons points pour conclure la journée, les PhoenomeniX sont allés fêter ça dans leur suite de luxe du méconnu mais pourtant très attrayant Hôtel F1 de Nemours. Jouxtant l’autoroute, il jouit d’une place de choix entre le Courtepaille et le Bonheur de Nemours (nous en reparlerons…). Découvrez ces magnifiques chambres dont les lits se superposent à l’infini (sur la photo, nous n’avons pris que les trois premiers, le cadre n’était pas assez grand…).

Un joyeux apéro pour fêter la première victoire des Phoenix autour de bières pour les hommes seulement et de Champagne pour les femmes distinguées ;), le tout accompagné de chips. Et vous croyez peut-être que les PhoenomeniX ont arrêté leurs exploits pour cette journée ? Eh bien non ! Nous avons, enfin 🐰 a réussi l’exploit de réserver une table dans un restaurant en travaux! Ça doit être lié à sa passion récente pour la robinetterie…
Plein de bons sens, nous avons décidé de changer d’option car nous trouvions que le plâtre et le ciment resteraient un peu trop sur l’estomac pour les matchs du lendemain. Mais il faut croire que la réputation des jeunes Phoenix est lente à se répandre dans les contrées de Nemours. En effet, nous avons réussi l’exploit de nous faire recaler du restaurant Courtepaille ! En réalité, nous soupçonnons un complot des Revos qui avaient investi une grande table et souhaitait probablement nous faire manger au chinois à volonté pour mieux nous battre le lendemain. Pas très spirit tout ça…

Leur tactique, bien que fourbe, a tout de même bien fonctionné car nous avons fini la soirée au Bonheur de Nemours. Non il ne s’agit pas de je ne sais quel restaurant bas de gamme à la cuisine vieillotte et à la décoration douteuse. Non non, il s’agit du restaurant asiatique à volonté qui se paie le luxe de proposer les mets les plus raffinés d’Asie comme les huîtres par exemple ! Mais pas que…
En vérité, personne n’a osé confronté son estomac à ce genre de pratique et nous sommes restés très raisonnables à base de friture et de desserts Haribo.

Après une belle grâce mat’ bien méritée pour les PhoenomeniX, nous avons entamé notre premier match de la journée contre nos adversaires du restaurant, nos rivaux du Courtepaille, les CS Révolutionai’Air 3!

PHOENOMENIX // CS RÉVOLUTION’AIR 3

Nous avions déjà vu jouer cette équipe aux maillots qui rappellent étrangement une boisson alcoolisée ; et nous savions qu’ils utiliseraient leur fameuse technique du – veuillez insérer le nom technique de cette stratégie – qui a la particularité de présenter une attaque en forme de croix. Sous les conseils de Mike (une sorte de mi-Phoenix, mi-ligue IDF, très étrange…) nous avons décidé de mettre en place une force straight pour éviter leur PASS’N GO, ou leur NAVIGO, je ne sais plus très bien. Malgré ça, nos adversaires parisiens avaient une technique bien établie et une forme physique élevée ce qui leur a permis de prendre l’avantage sur le match. Cela malgré des points très disputés de presque 5 minutes ! Eh oui c’est à ça qu’on reconnait un PhoenomeniX: un mental d’acier, et des jambes de feu (ou l’inverse ça marche aussi). Fin du match: 9-5.

Les PhoenomeniX comptent bien terminer le week-end sur une victoire. Même si pour ça, il faut faire face à la terrible zone des Zerogènes 3, nos frères de F1.

PHOENOMENIX // ZÉROGÈNES 3

Les autres équipes n’avaient pas fait semblant, les zones érogènes de nos adver…. NON: LA ZONE de nos adversaires LES ZEROGÈNES est redoutable et à mis les nerfs des handlers PhoenomeniX à rude épreuve. Malgré un sans froid sans faille de Pierre, Élodie et José ainsi que des points interminables sans gagner le moindre mètre, la technique de nos adversaires a été très efficace contre nous. Au-delà du score (la légende parle d’un nébuleux 8-2, encore une histoire de panneau détraqué), nous déplorons les blessures de José et de Marouen qui se rentrèrent dedans lors d’une passe tentée dans le centre du terrain.

Malgré cette fin de week-end malheureuse pour nos blessés, tous les PhoenomeniX ont appris à jouer ensemble et ont découvert la DR3 avec perspicacité et positivité ! Par conséquent, les objectifs du week-end ont été remplis et les PhoenomeniX attendent leur revanche avec impatience pour la phase retour !

PHOENOMENIX CHAUDS, PHOENOMENIX CHAUDS, PHOENOMENIX CHAUDS CHAUDS CHAUDS !!!

Casting:
Cap’taine Élodie – Sarah 🐰 – Léna – Lucie – Cap’tain spirit José – Marouen – Charlie – Pierre – Antoine – Igor
Merci à Antoine auteur de ces lignes… chaudes !

To be or not to be

Ce samedi 2 février au petit matin j’avais rendez-vous avec Jon et Elo pour aller à Lamotte-Beuvron au T’UBI3. Dans la voiture on a découvert qu’UBI c’est pour Ultimate Beach Indoor. Donc de l’Ultimate sur un terrain couvert, de la taille d’un terrain de hand mais avec du sable au lieu du parquet ! En arrivant on a retrouvé Anto, A2, Francois, Kao, Marie, Sarah et Vivien au centre équestre fédéral.

Après un bon premier match Marie a prétexté une douleur de genou pour moins jouer parce que le sable c’est un peu fatigant. On lui souhaite un prompt rétablissement.

Nous profitons des échauffements pour mettre en place une ébauche de chorégraphie pour la soirée ce qui nous a également aidé à commencer à sympathiser avec le Ouftimate de Liège qui à la fin du match a nommé Kao MVP ce qui lui a permis de goûter leur alcool « FORT BON ! ».

Échauffement

Entre les matchs on a fait une partie de Dixit où Elo a gagné avec 29 points, Sara 23, Kao 22, Marie 20 et sans tricher, A2 20, François 18 et Anto et moi 8. Pour ceux qui veulent vérifier ces résultats, c’est pas possible.

Tout cela nous permet de décrocher le groupe GOLD pour jouer dimanche les places 7 à 12.

Arrive alors l’heure de la douche/apéro/dîner/soirée. Du coup on s’est douché ensuite on a pris un apéro chips Ricard (sic) puis nous avons diné et enfin la soirée a commencé. Nous avons ouvert le bal des chorés. Notre synchronisation et notre porté final auraient dû nous donner la seconde place mais les juges n’étaient pas du même avis et nous ont reproché d’être trop habillés.

C’est sûr qu’il n’y en a qu’un avec un pull !

Le lendemain on démarre face aux ouf et comme vous le savez un match contre les ouf ça se gagne à l’universe. Du coup on a gagné le match… à l’universe !

Puis match bien crevant mais non moins agréable contre des belges.

Belge ou traître, that is the question ?

Je pense que j’oublie un match du dimanche mais le plus important c’est que vous sachiez que l’on s’est bien amusé, que l’on a bien joué et qu’Elo a gagné au dixit.

Merci à Houcine qui perd la mémoire des scores des matchs d’Ultimate mais pas de Dixit… !

On retiendra tout de même que l’auteur de ces lignes remporte haut la main la chorégraphie en individuel