Indoor DR2 retour : les PhoenomeniX à la maison

Le week-end 12-13 février 2022 avait lieu la phase retour de la DR2 indoor. Avec une victoire lors de la phase aller, les PhoenoméniX jouaient la poule basse organisée par les Phoenix à Montrouge.

L’équipe a été légèrement modifiée par rapport à la phase aller : absence d’Andréa et d’Aurélia, première supportrice présente à tous les matchs du week-end, renfort de Denis et changement de coach, Pierre (qui a prêté main-forte à l’équipe 2) étant remplacé par A2. Nous savons que la perte de la moitié des handlers de l’équipe va nous forcer à réinventer notre jeu par rapport à la phase aller où nous avions deux lignes fixes.

Toutefois une chose ne change pas : ce sont les sacs pleins de denrées pour des joueurs pleins d’envie. Denis, François, Nathalie, Patoche, Quentin, Rudy, Xavier, Yasmine et Yoann se retrouvent au gymnase de la Vanne pour un week-end d’ultimate.

Les PhoenomeniX !
As-tu repéré l’incongruité sur la photo ? 😉


Mais que serait un championnat sans ses quelques péripéties. Tout d’abord avec Quentin qui ayant passé une soirée improvisée bien arrosée sur Paris n’a pas d’affaires d’ultimate. Il a donc fait 2 Décathlons le matin même afin de trouver la seule et unique paire de chaussures d’indoor en 40. Bien équipé il est ainsi prêt à jouer le premier match mais ne dira pas non à une sieste sur le parquet pendant que les PhoenoméniX s’occupent de la table de marque.
Nathalie quant à elle arrive à la dernière minute au gymnase de la Vanne mais elle n’a pas besoin de s’échauffer car elle est déjà très remontée. En effet après avoir klaxonné durant 10 minutes dans son garage car une voiture bloquait sa sortie, elle a dû affronter les nombreux bouchons et barrages de police, du fait du « convoi de la liberté » pour arriver à Paris. C’est donc dans les meilleures conditions que les PhoenoméniX sont prêts à commencer leur premier match. Et quel premier match : le derby montrougien !

Nath en mode Top Cheffe !

On vous laisse deviner qui roupille ? …

Pious- PhoenoméniX / Défaite 12-6

Comme à la phase aller, le premier match du week-end est le match fratricide contre les Pious. Étant les outsiders de ce match, notre Présidoche nous donne pour consigne de « rentrer sur le terrain avec la volonté de les faire douter ». Résultat 4-0 pour les Pious après 8 minutes de jeu.

Mais les Phoenomenix, tels les Phoenix qu’ils sont, ont su renaître de leurs cendres au milieu du match et ont fait douter les Pious afin de revenir à 8-4. Les Pious ont su rehausser leur jeu pour conclure 12-6. De très bonnes sensations pour ce match où nous avons su nous retrouver afin de recréer notre jeu sans oublier les nombreuses défenses et appels en longue de Yasmine, ou encore la passe des Pious à Nathalie

Ce premier match a aussi permis de mettre en place les plans de jeu des Phoenoménix avec le soutien au niveau du handling de Yoann et Xavier.

PUC4-PhoenoméniXx / Défaite 10-9

Après une bonne entrée dans le match, les PhoenoméniX mènent 1-5 face à la grande (de par leur taille) équipe du PUC. Ces derniers gagnent en réussite et le score est 4-8 lorsque le gong de la fin des 25 premières minutes du match résonne.

Les PhoenoméniX arrivent à marquer au début du CAP mais ce sera malheureusement leur dernier point du match. En effet les PUCs changent de stratégie et utilisent leur grande taille afin de gêner le jeu des handlers.

Malgré les nombreuses défenses et changements de possession du disque et après 30 minutes de CAP ce sont finalement les PUCs qui s’imposent après avoir marqué 5 points consécutifs très disputés.

Ce match laisse un goût bizarre chez les PhoenoméniX car c’est pour beaucoup leur première « remontada ». Toutefois personne n’a rien lâché et tous se sont donnés jusqu’au catch final.

Fin de la première journée avec un bilan provisoire de 2 défaites. Après 6 matchs joués dans la poule basse, il y a 3 équipes avec 2 victoires (Pious, PUC4 et Synoptics) et 3 équipes sans victoire (PhoenoméniX, PUC5 et Pick Hard Disc 2).

En attendant le fameux resto des samedis soir de championnat avec les autres équipes, certains joueurs se retrouvent chez Jon avec les Fun’X pour regarder le match du XV de France de rugby contre l’Irlande, ce qui leur permet au moins de fêter une victoire avec des bières.

Les PhoenomeniX cherchent l’inspiration

Ensuite une vingtaine de Phoenix des équipes 2,3 et 4 se retrouvent à La Quincaillerie afin d’apprécier un bon repas en excellente compagnie et d’échanger sur ce premier jour de championnat.

Le club en mode family

Pick Hard Disc 2-PhoenoméniX / Défaite 12-7

Réveil matinal maintenant habituel pour les PhoenoméniX car nous jouons le premier match de la journée contre les Pick Hard Disc à 9h30. Le réveil est dur pour les PhoenoméniX car nous avons du mal à trouver notre jeu et sommes menés 5-2 à la moitié du temps réglementaire.
Les Pick Hard Disc corsent leur jeu et le score est 10-4 au CAP. Une prise de confiance et une simplification du jeu avec un stack horizontal à 4 nous permettent de revenir à 11-7 et de faire douter les Picards qui finissent finalement par s’imposer 12-7 après 15 minutes de CAP.
Déjà plus de 2 heures de jeu pour les PhoenoméniX en 3 matchs qui profitent ainsi du beau gymnase de Vanne et maximisent leur temps sur le terrain.

On vous l’a dit, un club familial…

PhoenoméniX-PUC5 / Défaite 6-8

Le match à enjeu pour les PhoenoméniX, les deux équipes jouent leur première victoire dans cette phase retour.
Pas mal de frustration de notre côté car nous avons su attaquer leur zone jusqu’à leur en-but mais il nous a souvent manqué la dernière passe afin de marquer l’essai comme le XV de France. Les PUCs prennent l’avantage au début du match et le conserveront jusqu’à la fin. Ce fut un match très serré et apprécié entre les deux équipes avec toujours moins de 2 points d’écart sur l’ensemble du match.

On sait recevoir : Yasmine vous prépare un terrain aux petits oignons !

Synoptic 2-PhoenoméniX / Défaite 13-4

Dernier match du championnat contre un client de taille, les Synoptics qui n’ont été défaits que par les Pious et qui sont venus à cette phase retour avec une équipe renforcée par rapport à la phase aller où les PhoenoméniX avaient su s’imposer.
L’entame du match a été difficile, menés 4-0, nous n’avons rien lâché et avons su faire douter les Synoptics avec une grosse défense. Des erreurs en attaque de notre côté ne nous permettent pas de revenir au score, résultat final 13-4.
Beaucoup plus de plaisir et de sensations que le match précédent. Si vous vous posiez la question de combien il faut de Husson pour attraper une longue la réponse est 2 : un qui saute et l’autre qui dive…

Bilan du week-end

C’est sur 5 défaites que le week-end des PhoenoméniX s’achève avec les jambes bien lourdes. Les joueurs ont su gagner en expérience tout au long du week-end et n’ont rien lâché en démontrent les nombreuses défenses réalisées. Après avoir été surclassés en DR2 pour ce championnat indoor, les PhoenoméniX découvriront la DR3 l’année prochaine.

Toutefois l’ensemble des PhoenoméniX ont su se distinguer sur l’ensemble du championnat indoor avec leur état d’esprit et ont ainsi remporté le spirit.

Mention particulière également à notre Capitoche, Patoche, qui a su remporter un seul « toss » sur l’ensemble du week-end !!

Merci à l’ensemble des supporters qui ont été présents sur l’ensemble du week-end. Les PhoenoméniX n’ont qu’une envie, vous retrouver l’année prochaine plus fort que jamais.

Et merci à Xav’ auteur de ces lignes


















































On ne balancera pas mais il l’a dit : « Première fois que je prends de l’eau à l’apéro et c’est ce jour là que choisit le club pour m’inviter… ! »

Challenger2 : Toutes les Féenix Ici

Le week-end du 15-16 janvier, les Féenix se sont réunies pour participer à un compte/conte de fées toutes ensemble : elles étaient donc 11 à participer au Championnat Indoor Féminine Challenger 2 qui se déroulait à Montrouge même !

Ni donjons, ni dragons, ni citrouille mais une patate d’enfer pour se donner à fond !

La SNCF ayant décidé de mettre des bâtons dans les roues des carrosses de certaines équipes, les Féenix ont finalement joué plus tôt que prévu.

Premier match contre les Miss Sunshine :

Première partie jusqu’au cap en faveur des Féenix (9-1) permettant ainsi une belle entrée dans la compétition. Une joueuse des Sunshines faisait de belles longues, ce qui aurait pu beaucoup nous gêner mais heureusement pour nous (malheureusement pour elles) : les catchs n’étaient pas au rendez-vous.

Les Miss Sunshine n’ont rien lâché pendant les 20 minutes du cap malgré l’écart et ont réussi à remonter doucement au score mais les Féenix sont restées mobilisées pour s’offrir la victoire (belle revanche de la phase aller). On notera des échanges très acrobatiques entre Féenix : si certaines joueuses ont fini par terre, ce ne fut pas le cas du disque qui fut catché en zone après quelques jongleries pour sceller la victoire 11-4  !

Ce match contre les Sun a mis du soleil dans nos cœurs pour la suite du week-end !

Deuxième match contre les Revolution’Air

La magie des Féenix a brillé pendant les 25 minutes du temps réglementaire (score de 6-1 ou 6-4, la prise de note fait défaut) mais dans le cap les adversaires ont su tirer leur épingle du jeu… Telle la transformation de Cendrillon après les 12 coups de minuit, la « douce » sirène du cap a fait perdre un peu de la magie Féenix : motivation toujours présente mais défaite 8-9. Les Féenix ont tenté d’installer une Zone mais cela n’a pas suffisamment embêté les Revos qui ont réussi à passer beaucoup de longues…trop de longues.

La revanche contre les Revos sera pour une prochaine fois.

Pour clôturer en beauté cette journée, les Féenix et certains Phoénix avaient décidé de se retrouver pour un repas fédérateur à la Quincaillerie. Il y avait la team Douche avant et la team Douche après, on taira les noms mais on signale que personne ne s’est plaint de l’odeur ;-).

Troisième match contre la LFD NA (Ligue de Flying Disc Nouvelle Aquitaine) a.k.a les Chocolatines.

Le dimanche a commencé par une petite défaite matinale 6-9 contre les Chocolatines. Pas faute d’avoir mangé des pains au chocolat au petit-déjeuner !

Les Féenix n’ont pas démérité cependant en restant accrochées au score : belle intensité dans le match des deux côtés.

Quatrième match contre les Ladies Jonctées 2

Les Féenix étaient au rendez-vous : victoire 12-1 !

Finalement peut-être que les pains au chocolat du petit-déjeuner avaient commencé à faire effet.

Grâce à ces 4 matchs intenses, les Féenix ont pu jouer la finale contre les Chocolatines.

L’après-midi se poursuivit en musique avec des morceaux très récents et très consensuels (les L5 par exemple…si tu ne connais pas les L5, clique sur cette pépite Et si tu connais : j’espère te l’avoir mis dans la tête… De rien !).

La préparation mentale fut intense, mais on notera surtout une préparation physique d’équipe jusqu’au bout des ongles :

Peaufinage de prépa physique et mentale
On est prête !

FINALE

L’écart au score fut plus important que lors du match de la matinée : défaite 11-4 mais l’objectif était rempli : se faire plaisir, jouer une des finales et montrer que les entraînements payent !

Une pensée pour Andréa qui s’est malheureusement blessée lors de cette finale…

Le bonus fut de décrocher la première place au Spirit !!!

Les Féenix remercient les supporters, les coachs (Tiji, A2) et encore bravo à A2 pour l’organisation !!

Merci à Mathilde auteure de ces lignes et qui naturellement ne peut terminer cette news par une … pirouette !

Breaking News !!!

On me glisse dans l’oreillette qu’il y a des rumeurs que les L5 seraient de retour à la chanson (véridique) : y-a-t-il un lien avec les Féenix ? Peut-être ? Il paraitrait même que leur prochaine chanson serait une reprise de Toutes les Femmes de Ta Vie version Les Féenix de Ta vie :

Si on reconsidère les choses
On ne partait pas favorite
Regarde ce que l’équipe propose
Restons donc sur nos pieds d’appuis

On n’est pas de celles qu’on dispose
En joli Sta-ack vertical
On préfère quand on se pose à
L’Hor’zontale

L’Ulti a tellement de visage
A nous d’ouvrir le jeu
Fais-tu le décalage ?

Toutes les Féenix ici
En nous réunies
Tes handleuses middle aguerries
Parfois quelques jongleuses aussi
Toutes les Féenix ici
Skittles ou sexy
L’attaque de nos envies
On est toutes les Féenix tu vois
Toutes des Féenix ici

On fera semblant de faire un side
Quand parfois on sait que tu défends
On ne fera même pas d’histoire
Si les revo reviennent en scorant

On écoute aussi notre capitaine
Quand on a le disque catché
Une feinte pour éloigner
La D d’à côté

L’Ulti a tellement de visage
A nous d’ouvrir le jeu
Fais-tu le décalage ?

Toutes les Féenix ici
En nous réunies
Tes handleuses middle aguerries
Parfois quelques jongleuses aussi
Toutes les Féenix ici
Skittles ou sexy
L’attaque de nos envies
On est toutes les Féenix tu vois
Toutes des Féenix ici

Toutes celles de l’équipe
Toutes les Féenix
Tu vois
Si, tu fermes les yeux
Regarde le score
Regarde un peu
L’terrain qu’tu perds

(refrain)

Les Féenix sont également en train de réfléchir à leur pochette d’album…

Voici en exclusivité un aperçu provisoire :

en effet certaines L5 – ou L-Disc ou Féenix on ne sait plus – étaient indisponibles car en tournée/dédicaces au moment du shooting (grosses pensées pour elles, mais ce n’est que partie remise ;)).

Merci à Elo Live pour la maquette

🥏🥏🥏Belle journée 🥳🥳🥳

Les PhoeniX’Trem à Nemours décembre 2021 – DR1 phase aller

Samedi 4 décembre, 11h45 : toute l’équipe PhoeniX’Trem est au rendez-vous au Novotel de Montrouge, prête à en découdre pour cette phase aller du championnat en division DR1. Grâce à une série de match amicaux contre les Réservoir Frogs toute la soirée du mercredi précédent, des stratégies de haut niveau ont pu être mises en place, affublées de noms mystiques qui (on l’espère) embrouilleront davantage nos adversaires que nous… Au menu : des Dragons, Cyclopes, Golems, Phénix, Griffons ; bref, ça va pas rigoler !

Une belle brochette de vainqueurs !

Pour cette phase aller, l’équipe est composée (dans l’ordre de haut en bas et de gauche à droite) : PiLou, TiJi (capitaine et coach), Victor, François François (à l’intendance), Avrel, Cunz (représenté par le disque sur la photo 🙁 ), Soufien, Loïc (live player et late news) et Oliv (capitaine spirit).

L’équipe se prépare pour son premier match…

Match 1 – PhoeniX’Trem contre PUC 3

Très bon démarrage du côté Phoenix, on attaque le score en plaçant une défense pour prendre l’avantage 3-1. Mais l’équipe adverse se ressaisit pendant qu’on se relâche un peu, et le score passe à 4-6 en notre défaveur. On appelle un temps mort pour corriger nos erreurs, ce qui nous permet de remonter au score pour atteindre le 7-8 à la fin du temps, cap à 10. On s’accroche jusqu’au bout et on tient le score un temps, pour finir sur une défaite 8-10.

Ce premier match nous a pas mal coûté : Cunz s’est blessé et ne pourra plus jouer du week-end ; PiLou quant à lui a fini par trop forcer sur ses blessures ce qui le forcera à rester (frustré) sur le banc pour éviter d’empirer les choses.

Match 2 – PhoeniX’Trem contre Sun

On démarre donc à 7 sur la ligne. De nouveau très bon départ avec un score de 4-2 en notre faveur. Les adversaires placent un temps mort fatidique et remontent à 4-5. Malgré le coup au moral, on s’accroche et on ne lâche rien jusqu’au 7-8 cap à 10 habituel, qui se termine là encore sur une défaite 8-10. Le match était très accroché des deux côtés, à notre portée, mais un manque de lucidité notamment sur les passes près de la zone nous a empêchés de concrétiser. On remercie beaucoup les Phoenix de la sideline qui étaient venus nous encourager !

C’est la fin de la première journée, et c’est l’heure de rejoindre toutes les autres équipes Phoenix présentes à Nemours pour un apéro et un dîner de folie !

Soirée de folie en perspective !

Le lendemain, réveil difficile et départ sous la pluie. Cunz, parti aux urgences la veille, ne reviendra pas parmi nous … 😥

Match 3 – PhoeniX’Trem contre Réservoir Frogs

On connait l’équipe en face et on sait qu’on a l’avantage, on profite donc du match pour se donner confiance et apprendre à jouer en équipe. Du moins, c’était le plan. Les Frogs nous font peur au début en s’accrochant au score 2-2, puis on passe à 4-2 après deux longs points très disputés. On gardera ensuite l’avantage pour tout le reste du match : le score est accroché jusqu’à 7-5, puis on prend le large pour finir sur une victoire (finalement pas si facile) 12-6. De quoi bien démarrer la journée !

Match 4 – PhoeniX’Trem contre HOT

C’est au tour des HOT de se frotter aux Phoenix. Cette fois-ci début de jeu difficile, ils nous mettent des longues et on se fait mener 1-3. On s’accroche 3-5, puis on remonte 5-6. Petit passage à vide pour atterrir sur 5-8, cap à 10. On fait alors une très belle remontée jusqu’à 8-9, et la victoire ne semble pas si loin. Mais la malédiction perdure et on finit sur une défaite 8-10. Décidément…

Les PhoeniX’Trem en pleine action sur le terrain !

Match 5 – PhoeniX’Trem contre KaSun

Dernier match contre les KaSun. On les a vus batailler tout le week-end, et on est donc conscient que ce sera probablement notre match le plus difficile. D’autant plus que l’équipe adverse est composée de petits jeunes encore en forme, alors que de notre côté l’âge se fait sentir… On démarre d’ailleurs le match à 6 sur la ligne. Bref, ils sont devant physiquement. On se prend un 1-4 dans les dents et on se fait ensuite mener tout le long. On arrive à se battre honorablement et à remonter à 7-10 au cap, pour finir sur deux points rapides et une défaite 7-12.

Un commentaire sur ce match Victor ?

Bilan du week-end : l’équipe est plutôt satisfaite des ses performances, mais un peu frustrée par les nombreuses blessures et les résultats. Finalement tous les matchs étaient à notre portée, et il s’en est fallu de peu à chaque fois… On s’est trouvé de mieux en mieux au fil du week-end, nos stratégies (certaines) se sont progressivement mises en place et ont payé… Surtout la golem… !!! 😉

On espère bien prendre notre revanche à la phase retour !

Phoenix chauds 🔥🔥🔥

Merci à Loïc, auteur de ces lignes

Des Phoenix au Championnat de France Beach Ultimate Grand Master 2021

Préambule

Si vous êtes nés après le 2 octobre 1981, le récit ci-après vous instruira grandement sur les bienfaits du sport pour les personnes âgées sinon il vous rappellera que le sport est un investissement pour votre retraite.

Ce récit est sponsorisé par le SYNERPA, soit le collectif des Ehpad de France. En 2018, selon l’INSEE, plus de 45 % de la population française a plus de 45 ans. Pour notre cher Président, concerné lui-même par l’obsolescence, ce n’est pas une affection particulière pour les objets vieillissants qui l’anime mais l’envie d’investir dans un monde meilleur pour les seniors. A titre d’exemple, le centre de recherche gériatrique de Hébécrevon dans la Manche est actuellement focalisé sur les tests de matériaux pour la fabrication de prothèse zéro carbone pendant que la génération Z s’interroge sur ses préférences de genre et de sexe. Les révolutions sont en marche et ce malgré les censeurs… Mais après ces propos quelques peu décousus passons aux choses sérieuses…

Nous, les Phoenix de Montrouge, avons été sélectionnés parmi plusieurs associations sportives pour être les bêta testeurs des technologies futuristes que nous devrons garder secrète dans ce résumé car la santé est un secteur très compétitif et très concurrentiel.

Avant de plonger dans les aventures sportives, il est à noter que pour de sombres histoires de quiproquos avec la fédération, l’inscription initiale de l’équipe en master n’a pu être retenue. Nous avons donc été positionnés en grand master. Aucun problème pour l’équipe ! Comme écrit Alfred de Musset : « Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ». Mais cette nouvelle s’accompagne aussi d’un petit désenchantement. L’aide-soignant, faisant partie intégrante de l’équipe, a un âge inférieur au seuil d’acceptabilité en grand master et malgré les protestations unanimes, les courriers du Présidoche à la fédé et que sais-je-encore, il n’a pas réussi les tests de surclassement… La sanction est tombée : il est trop jeune (d’autant qu’un récent philtre d’amour lui a donné une nouvelle jouvence…). L’équipe sera donc forfait-joué pour ce championnat. Cette petite contrariété sera rapidement oubliée par les GM. Non parce qu’ils pardonnent aisément mais plutôt parce qu’ils ont quelques problèmes de mémoire.

Voici la composition de la seleção pour le championnat de France Beach Ultimate Grand Master 2021 1ère édition qui s’est déroulée à Hendaye dans les Pyrénées atlantiques, soit à l’autre bout de la France.

Nous retrouvons nos 8 fantastiques joueurs :

  • Master O (Mireille admirer)
  • Cunz (Les griffes de la nuit mais le jour)
  • Jon (Capitaine contre vents et marées)
  • Patoche (Est-il besoin de l’introduire ?)
  • Tiji (Captain spirit / aide-soignant / notre bébé)
  • Mark (Renfort outre-atlantique résidant dans le Pays-Basque)
  • Avrel (Spirit killer)
  • Chad (LE skyer)
Les 8 fantastiques

Avant de poursuivre, il est important de faire remarquer que l’équipe a été victime de pressions, intimidations et même plus encore avant le championnat. Ainsi, Oliv’ qui faisait initialement partie du déplacement a été intoxiqué par un virus qui ne lui a pas permis de faire le déplacement. On lui aurait inoculé un virus durant une précédente compétition. Aujourd’hui, le FBI de la fédération recherche activement les auteurs des faits. Le virus identifié pourrait être de souche charentaise. Le FBI a remonté la trace de son élaboration. Elle aurait été effectuée dans un laboratoire royannais et non chinois. L’objectif du virus n’est pas le grand reset mais le grand master reset. C’est un coup dur pour le groupe qui a su rester vigilant lors de la compétition. A l’instar de Teddy Riner, l’équipe se fera ouvrir les bouteilles de Rioja devant elle et ne boira pas l’eau des infrastructures publiques afin d’éviter un nouvel empoisonnement.

En route pour l’aventure

Vendredi 1er octobre, les joueurs ont gagné les TGV en direction d’Hendaye. Ils arrivent au fur et à mesure à la résidence de vacances Bella Vista Guest Center qui a l’avantage, en plus de sa vue, de sa piscine à température de saison, de la salle de bains à quadruple vasques reliant les 2 chambres réservées, de lits à sommiers sonores, d’être à 30 minutes à pieds des terrains avec un dénivelé de 300m. Cela permettra à l’équipe de réaliser des marches digestives, récupératrices, échauffantes, humides et surtout… longues !

2 par vasque : la toilette est vite faite…

Pour certains, les quartiers sont pris et ils se mettent en quête d’un établissement proposant une restauration autochtone dans le but de s’imprégner de la culture locale. Après avoir pris quelques conseils auprès de Philippe Etchebest, ils se dirigent au Bistrot Kanttu Ostatua où les txuleta et txistorra pleuvent dans les assiettes. Pendant ce temps, d’autres sont encore en transit.

Le menu diététique
Quiz : Sauras tu reconnaître le seul diététicien professionnel de l’équipe (pas de piège c’est authentique !)

A 23:00, tout le monde est arrivé et est en pyjama. Les dentiers sont dans leur verre avec le comprimé effervescent de Stéradent (pour nos jeunes lecteurs le stéradent est ton futur dentifrice… toi aussi tu y viendras ). Les yeux se ferment doucement. Tout le monde croise les doigts en espérant que les prostates ne seront pas trop capricieuses cette nuit.

Samedi 2 octobre : 1ère journée du championnat

Le rendez-vous a été donné à 9:30 sur la plage. Nous faisons connaissance avec Mark qui s’intègre rapidement au groupe avec la douceur du sirop d’érable.

La fédération a bien travaillé et nous propose un planning compact de 4 matchs le samedi et 1 match le dimanche matin.

10:00 Match contre les RFO

C’est un bon match de mise en jambes. Les RFO sont habitués au déplacement sur sable. Nous les accrochons un peu mais ils passent devant et le score final sera de 0-13.

11 :50 Match contre les OUF

C’est un match attendu par les 2 équipes. Une petite appréhension se fait sentir en voyant le roster des OUF composé de 13 GM. Mais notre détermination est à l’image des blagues d’Avrel : lourde. Malgré nos efforts stratégiques, nous nous inclinons face aux tourangeaux.

On notera durant ce match les défenses sans ménagement de la faucheuse d’Hendaye aka Cunz’ qui fait sortir 2 joueurs sur injury et 2 autres tentent des défenses sur lui mais se font mal tout seuls.

De ce match engagé naquit la chanson basque suivante.

♫ OUF, vous êtes si fragiles
Avec votre physique en péril
Notre défense vous a serré si fort
Que votre orgueil s’est retrouvé mort.
Prochain match, svp, préparez-vous.
Vous êtes des OUF mais on est des fous ! ♫

Le score final sera également de 0-13. On ne change pas une équipe qui gagne.

15:30 Match contre Raging Bananas

Nous sommes face à une équipe physique qui remonte bien le terrain. Mais Chad contrôle le secteur aérien et intercepte les disques non autorisés à pénétrer dans la zone. Il s’occupe des disques en altitude en mode « I believe I can fly ». Attention à l’atterrissage 😀

17 :20 Match contre les voisins Friselis

Très bon match dont votre narrateur ne se souvient absolument pas. Alzeihmer quand tu nous tiens… Je me souviens néanmoins d’une bonne ambiance, d’un bon spirit et surtout d’une bonne bière à venir.

Après une bonne douche, Tiji, notre aide-soignant, notre guide aussi nous conduit au même restaurant que la veille. Il faut dire qu’il était bon. Les habitudes se font rapidement. A notre âge, il faut éviter de les changer trop souvent. On finit au thé dansant du coin (pour les jeunes c’est une sorte de discothèque mais qui ne ferme pas en période COVID car en plus on y joue au Bingo ….)

Accueil de la compétition ? Mieux que ça…

Dimanche 3 octobre : 2ème et dernière journée de championnat

7h30 : le réveil sonne sur les hauteurs d’Hendaye. Une odeur de côte de bœuf plane dans les chambrées. Après un rapide petit déjeuner, nous partons pour la plage.

Sur le chemin, une petite différence se fait sentir dans les articulations. L’humidité est très présente en ce dimanche. Il pleut des cordes. Il y a des rafales de vent qui vont de 30 à 70 km/h. En 5 min, nous sommes trempés jusqu’aux os mais très enthousiastes.

Quiz : Sauras-tu reconnaître le master qui se cachent parmi ces GM
Indice : il manque d’expérience… mais sait s’adapter aux éléments !

Nous arrivons sur la plage étrangement désertée. Il y a déjà quelques jeunes masters qui tentent de lancer des disques au travers des gouttes de pluie épaisses qui tombent à l’horizontale.

10h00 Match contre les OUF (encore !)

Un match impossible, inutile mais très fun. Les 25 minutes du match paraissent finalement plus courtes que présumées. Pas de table de marque, le score est difficilement suivi tant les éléments se déchaînent et empêchent le scoreur de rester en place.
Aucune passe latérale n’arrive à son destinataire. Seules les passes contre et avec le vent trouvent un meilleur espoir. A chaque engagement face au vent, le lanceur redoute le retro-pool® et surtout de devoir verser des royalties à Marie… Les OUF ne s’en sortent pas si mal. Ils ont de la réussite dans les premiers points mais galvanisés par leurs prouesses, ils se mettent à dropper.

Jon, en bon coach, nous rassemble, nous rassure et nous donne sa vision. Il nous dévoile le nouveau plan : le Huck ‘ n Di. Une fois autorisés à lancer des saucisses, nous remontons naturellement le terrain et nous marquons des points. Nous y mettons tout notre cœur. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour atteindre les portes de l’universe. Mais le score ayant été mal suivi et les joueurs OUF et Phoenix ne trouvant pas d’accord sur le score, les portes se referment aussi sec si l’on peut dire. Nous trouverons un endroit sec pour le dernier huddle.

La dernière txuleta

La pluie s’est calmée un peu, la douche a été prise. Nous redescendons une dernière fois les hauteurs d’Hendaye pour chercher un bon restaurant où manger une côte de bœuf. Nous atterrissons dans une auberge espagnole où le menu est plutôt intéressant et la boisson peu onéreuse. Nous décidons de faire ripaille copieusement ici en nous remémorant tous les souvenirs du week-end.

Pour finir une petite annonce : si vous trouvez deux raisins secs dans le coin, ne les mangez pas, ramenez-les à notre aide-soignant…

Merci à Avrel, auteur de ces lignes, le joueur au caleçon long thermique spécial Super B. Naturellement, personne ne le sait…

Indoor DR2 : effet Rashōmon version Phoenomenix

Ils sont vraiment, ils sont vraiment, ils sont vraiment Phoé-No-Mé-Nix la lala la laa laaaa … la lala la laaaa HEY !!!!!

Le championnat régional de Nemours a vu naitre une équipe de folix ! Mais ce n’est pas sur les terres du Gâtinais que l’histoire a commencé …

C’est bien à l’initiative de notre cap’tain Spirit Aurélia que les liens se sont tissés, deux jours avant le démarrage du championnat, à l’occasion d’un apéro très réussi. Ce soir-là, il ne fallait pas se laisser abattre. Bien entrainé par le présidoche Patoche, les bières de Noel et autre planteur étaient au rdv. Anecdotes farfelues et discussions tactiques – à la noix – ont animé notre soirée. Qui a dit que la troisième mi-temps ne pouvait être la première… ?

Samedi midi, c’est une tout autre ambiance. Sous un temps froid et pluvieux bien connu de l’hiver, l’équipe, concentrée, se donne rendez-vous à 12h45 pétante porte d’Orléans pour partir à Nemours.

Premier match contre nos amis mais néanmoins adversaires de la journée, les redoutables Phoenix Pioux :

D’emblée la pression est forte, la barre, mise très haute. L’expérience de nos adversaires – sur le papier supérieurs à nous – se fait ressentir. Nous sommes acculés, repoussés dans nos retranchements. Houss’ et Chad mettent leur grande taille à profit et misent sur leur catch à une hauteur improbable, la malice de Marie et l’explosivité de Léna nous font mal. L’équipe Pioux, emmenée par Ludo et son brassard si… coincoin, l’emporte 13-2.

La sanction est sans appel. Notre coach Pierre nous remobilise entre les deux matchs. C’est une compétition, mettons nos arguments en face, trouvons nos handlers, cherchons à jouer plus simple et plus safe, et surtout : LE DUMP EST NOTRE AMI… on peut y arriver et on va y arriver !!

Une mise en situation avant notre 2e match permet de mieux comprendre les consignes à appliquer et la fluidité recherchée dans le jeu. Les cannelés préparés avec attention par Nat’ ne sont également pas de trop pour récupérer entre les 2 matchs.

Deuxième match contre les Synoptiques :

Nos adversaires, au coach disons… tempétueux, jouent sans complexe ! Mais leurs erreurs de passes trop fréquentes combinées à des catchs maladroits ne les aident pas…

Chez nous, deux lignes se forment pour commencer à se transformer en véritable rouleau compresseur. Ces deux lignes ne se quitteront plus sur tout le reste du championnat. D’un côté Patoche & Nat’ en position de handleur, qui lancent leur tirs snipers vers Yasmine, Yoann et Quentin – de l’autre Aurélia, Andréa, bien aidé par Rudy en meneur de jeu, alimentent Xav et François pour enchainer les points. Les disques volent, nos handlers se trouvent en dump, notre jeu se délie, l’envie et la gnac perturbent nos adversaires. Et que dire des nombreuses interceptions d’Andréa ! Nous tentons même quelques longues qui passent ! Nous avançons, point par point. Le CAP à 11 s’officialise en fin de match. C’est alors qu’une touche de nervosité s’immisce dans notre jeu. L’équipe adverse en profite et réussit à enchainer deux points, mais cela ne leur suffira pas. Victoire 11 – 4. Une victoire méritée, et qui nous fait du bien !

Retour à l’hôtel avec un passage obligatoire par l’autoroute mené par le véhicule d’Aurélia. Faut dire que l’autoroute de Nemours elle l’aime… les sorties de l’autoroute ? Un peu moins

Nous nous retrouvons le soir avec la quarantaine de joueurs des Phoenix à l’hôtel IBIS, juste en face du Courtepaille (a priori). C’est la super ambiance, jamais autant de Phoenix ne s’étaient retrouvés à l’extérieur de Montrouge !! Nous fêtons cette première dignement !

Au restaurant, nous reprenons nos forces. Une pensée pour Cunz’ qui s’était blessé le jour même ponctue le diner. Nous pensons même deux fois à lui, bien aidé par la générosité d’Octave et sa caméra !

Le dimanche, c’est le réveil très tôt. Aurélia est ronchonne, mais pas autant que la légende pouvait le décrire.

Troisième match contre les Disclexiques :

Nous affrontons la meilleure équipe de la poule, et ça se ressent. Pourtant nous marquons le premier point du match (sur un catch de Yasmine contrôlé à la perfection !!). Mais cela a sans doute eu le don de les énerver. Ils ne font aucune erreur, aucun drop. Quand l’adversaire est en défense, leur « araignée » – comme ses coéquipiers le surnommaient – nous interceptait toutes nos passes en fond de zone. Nous perdons logiquement 13 – 2.

Durant l’échange spirit entre les deux équipes à l’issue du match, on leur explique que commencer aussi tôt nous a largement désavantagé. Apparemment eux aussi, mais nous ne les croyons pas. Les Disclexiques nous félicitent par ailleurs de responsabiliser tous les joueurs de notre équipe.

Nous avons du temps avant le 4e match, qui permet à certains membres de l’équipe de s’occuper du ravitaillement, aux autres de supporter les Pioux.

Quatrième match contre les Tsunami 3 :

L’équipe locale, est jeune, très jeune (la somme des âges de nos adversaires serait inférieure à l’âge de Patoche, selon les mots de l’intéressé lui-même !). Ils ont des fourmis dans les jambes, le couteau entre les dents et nous le font bien savoir ! Un début de match très serré nous permet de coller au score, mais les « Tsou » commencent à prendre le large en milieu de partie. Nous tentons de les rattraper sur la fin de la partie, en vain.

Une défaite au gout amer 12-6. Il y avait le potentiel pour faire mieux. L’espoir de rejoindre la poule haute s’envole.

Cinquième et dernier match contre les Revos :

Nous sentons d’emblée que l’équipe est prenable. L’intensité est au rendez-vous. Les Revos mettent un peu trop d’engagement en début de match, cela ne nous empêche pas de garder la tête froide et de mener durant la première partie du match. La ligne de Patoche a fort à faire sur un point long d’une dizaine de minutes… Que les Revos emportent finalement malgré notre défense solide. Peut-être le tournant du match.

Les adversaires sont fatigués, nous tentons avec notre énergie restante de les avoir à l’usure.

Nous rendons finalement les armes sur un score de 7-4.

L’adversaire nous le confiera après le match, nous méritions la victoire.

A la fin de ce week end, nous sommes tous fatigués. Andréa se met à appeler Aurélia « Aurélie », … « pas de souci Adriana » lui répond aussitôt Pierre !

Malgré 4 défaites, dont deux au score peu flatteur, l’essentiel est ailleurs ! Aucun blessé ne sera à déplorer à l’issue de ce week-end. Une équipe est née avec un état d’esprit irréprochable tout au long du week-end. Nul doute que le trophée du Spirit nous sera attribué.

C’est avec impatience que nous attendons la phase retour du championnat en Février 2022 !

Merci à François auteur de ces lignes

Indoor DR2 : effet Rashōmon version Piou

Ce week-end du 4 décembre, 4 équipes des Phoenix avaient rendez-vous à Nemours pour les championnats régionaux d’indoor. Rendez-vous est pris au Novotel de la porte d’Orléans où nous nous retrouvons tous (ou presque) mais pas forcément sur le même fuseau horaire. Qu’à cela ne tienne, dès que cela s’avère possible A2 et Lena nous lancent une par une les voitures vers Nemours, un peu comme des employés du Parc Astérix lanceraient des trains sur le tonnerre de Zeus !!!

Une fois arrivé trankilou à Nemours, les équipes des Pious et des Phoenoménix, engagées dans la même poule de DR2 se préparent au duel fratricide qui les attendent.

Le match commence et les Pious, particulièrement motivés par le speech de leur capitaine Ludo, partent pied au plancher et mettent une grosse intensité pour s’adjuger ce derby montrougien. Très beau match des 2 équipes avec beaucoup d’intensité et d’envie des 2 équipes mais les Pious arrivent à prendre le dessus et l’emportent.
Victoire 13/2 sur les Phoenomenix

Vient ensuite le temps de jouer les Revos 2 et leur jeu en étoile. Nous commençons le match sur un bon rythme, le match est intense et les 2 équipes se rendent coup pour coup jusqu’à 5/6 pour les Revos et la blessure de Chad. Avec un joueur de moins et un autre joueur plus que diminué, l’intensité des Revos fait la différence et nous voilà menés largement pour finir le match à 6/12.
Défaite 6/12 contre les Revos 2

Fin des matchs du samedi, place au repos bien mérité. Après un petit passage à l’hôtel (plus ou moins long selon le chemin pris pour s’y rendre… on remerciera plus tard Waze pour les chemins exotiques qu’il peut proposer !!! Il faut dire que les Pious ont toujours des problèmes d’orientation à Nemours, ce n’est pas nouveau…), les 4 équipes des Phoenix se retrouvent pour un apéro bien mérité. Après un discours présidentiel et les remerciements à toute l’orga pour ce week-end lourd à organiser (et pis p’têt quelques bières aussi…), nous ne pouvons envisager de nous battre le lendemain la panse vide et humons de la bonne pitance du côté du Courte Paille à côté pour y débouler à une petite quarantaine (mais pas en quarantaine…).

A partir de là, difficile de rapporter tout ce qui aura pu se passer tellement la tablée était grande… disons juste que ce qui était au Courte Paille restera au Courte Paille, même si certaines en ressortiront avec de petits cadeaux bien pratiques pour par exemple ne plus se retrouver en galère de Nutella au p’tit dej’. C’est seulement après avoir fait la fermeture que nous rentrons nous coucher pour une bonne petite nuit de sommeil.

Est-ce du dopage ?

Après une bonne grass’ mat’, revoilà les Pious bien décidés à se reprendre face aux jeunes locaux de Tsuna 3. Le match est intense, le score serré, chaque équipe marque ses attaques et puis à un moment, après un temps mort pris par les Tsunas la machine s’enraye et les Tsunas se détachent. Nous nous reprenons sur la fin pour revenir à un point avant le cap (6/7). Malheureusement nous réalisons quelques maladresses en attaque lors de ce cap et nous nous inclinons 6/9.
Défaite 6/9 contre les Tsunamis 3

Un peu frustré par ces 2 défaites (et peut-être aussi requinqués par une petite sieste réparatrice à l’instar de notre capitaine), nous entamons revanchards le match contre les Synoptics. Nous partons pied au plancher et prenons très vite une grosse avance jusqu’à mener 11/1 au cap. Puis les Syno reprennent confiance et enchainent les points bien construits, au point d’enchainer 5 points lors du cap avant que nous marquions les 2 points nous séparant de notre deuxième victoire du week-end.
Victoire 13/6 contre Synoptic 2

Après une petite rotation réparatrice, nous voilà face au gros défi du week-end, les Disc Lexiques 2 et leurs vagues d’appels incessantes. Mais plus le choix, pour accrocher la poule haute, il nous faut l’emporter. Très vite le rythme de nos adversaires leur permet de prendre 4 points d’avance. Mais même avec notre équipe diminuée, chaque joueur donne tout ce qu’il peut et nous arrivons à les breaker 2 fois avant le cap pour revenir à 7/8. Malheureusement les risques pris lors du cap pour recoller ne s’avèrent pas payant et nous nous inclinons 7/10.
Défaite 7/10 contre Disc Lexiques 2

Bien qu’un peu frustrant de par certains résultats, cela aura été plaisir de jouer et les Pious n’ont pas à jaunir de ces résultats. Un grand merci à toute l’équipe pour l’ambiance et les efforts réalisés sur tout le week-end et surtout à nos capitaine et capitaine spirit Ludo et Marie ainsi qu’à notre coach A2 qui nous a sorti les bons plays au bon moment (après elle n’y peut rien si on n’est pas sur le bon fuseau horaire !!! 😉 )

Merci à Nico auteur de ces lignes

Coupe Outdoor féminine 5×5 : le retour du Grand Chelem !

Il était une fois, par un dimanche matin radieux à la Porte d’Orléans, des fées qui partaient à l’aventure pour le charmant terrain d’ultimate de Luzarches pour la coupe Ile de France outdoor féminine cinq contre cinq. N’ayant peur ni du brouillard matinal qui les attendait à destination, ni des équipes concurrentes qui arrivaient petit à petit, Aurélia, Orélie, Lakhsmi (qui faisait encore sa dernière compétition parmi les Phoenix…. – on ne nous la fait plus !), Léa, Joinita, Mathilde, Nathalie, Léna, Andréa, Yasmine, Lauriane se retrouvèrent sur les pelouses du Chemin de la Grande Fontaine, épaulées par leurs coachs légendaires, TiJi et A2, ainsi que d’un non moins célèbre cameraman, Pierre.

Si quelques fées avaient déjà joué ensemble, aux entraînements ou surtout au Beach féminin de septembre, la composition était inédite pour cette coupe, une très bonne nouvelle pour l’outdoor féminin Phoenix, mais un léger obstacle pour cette journée. En effet, quelques points furent nécessaires pour que les joueuses se trouvent plus facilement.

Après l’échauffement matinal et brumeux, le premier match de la journée, contre les F5 de Baillet en France, fut intense. Les fées encadrèrent la rencontre de deux points, mais cela ne suffisait pas pour rattraper le retard creusé entre ces deux coups d’éclat. Si l’histoire ne dit pas le score final – ou bien votre dévouée narratrice a été frappée d’amnésie numérique à la fin de la journée – ce premier match força les fées à rentrer dans le jeu face à une équipe bien rodée.

Malgré cette défaite, les fées étaient remontées et motivées pour affronter leurs adversaires suivantes, sans repos : les Salamanders de Courtry, très jeune équipe qui se révéla être la plus redoutable de la compétition. En effet, les fées ne le savaient pas encore, mais elles offraient là leur premier match aux futures détentrices de la coupe ! Malgré une rencontre accrochée, ces jeunes joueuses plus habituées à jouer ensemble, qui déroulaient leur jeu, furent plus coriaces que nos fées, avec également un spirit admirable.

Vient alors le temps du déjeuner et avec lui, le soleil, pour que les fées reprennent des forces. Elles occupèrent également leur pause à s’entraîner ensemble, lancer, travailler des passes courtes et efficaces et revoir les stratégies possibles, coachées par TiJi et A2, tout en essayant de ne pas trop courir pour ne pas perdre le bénéfice du repas.

Prêtes pour la deuxième phase de l’après-midi, les fées s’élancèrent tout d’abord contre les filles du PUC. Un match intense, dans la bonne humeur, marqué par une zone déstabilisant nos voisines du sud parisien, mais surtout par les exploits de Yasmine ! La légende raconte qu’une bonne fée se serait penchée sur son berceau à sa naissance, lui permettant d’enchaîner défenses salvatrices sur pointes de vitesse en longue et retours au centre du terrain en dump, ainsi que catchs inespérés, tant et si bien que les Lilipuc furent envoutées. Certes, pas assez pour laisser les fées gagner (10-4 pour le PUC), mais néanmoins suffisamment pour essayer de charmer la MVP du jour.

Enfin, se profila le dernier match de la journée contre les Révolution’Airs, qui destinait mathématiquement les fées à la 7e place, puisque leurs adversaires étaient déclarées forfait-joué. A cette occasion, les fées gagnèrent un nouveau supporter sur la sideline, Robin, venu spécialement de la capitale pour cette occasion. Malgré ce soutien enthousiaste, cela ne suffit pas à désarçonner les Révo qui jouaient fort et dur, voire un peu trop dur parfois. Décontenancées par la fatigue s’accumulant, les fées terminèrent ainsi le dernier point par une Callahan (voir news précédente).

Il leur fallait encore affronter les terribles bouchons franciliens du dimanche soir, mais c’est ainsi que se termina cette journée d’aventures des fées défaites et quelque peu frustrées de leurs erreurs, mais néanmoins heureuses d’avoir autant joué, progressé ensemble et d’avoir renoué avec la compétition.

Merci à Lauriane, auteure de ces lignes

Beach Open : la reprise

Phoenix – Freezgo : un mur infranchissable

Le premier match du week-end oppose une équipe Phoenix hésitante aux futurs finalistes de la compétition. Le score final (2-13) est à l’image d’un match unilatéral, tout au long duquel les Freezgo ont maintenu un niveau de jeu et un sérieux impressionnant, ainsi qu’un spirit irréprochable. Une aussi large défaite nous laisse un goût amer et jette le doute sur notre capacité à  jouer au niveau N1.

Phoenix – Raging Bananas : à  un doigt de la victoire

Le second match commence mal, mais heureusement il n’a pas grand-chose à voir avec le premier. Assez vite, il est clair pour tout le monde dans l’équipe que la victoire est possible. Nous remontons le retard initial pour accrocher l’universe… Une grosse pression défensive de notre part fera monter le compte et obligera les Raging à conclure sur un dive difficile. Score final 6-7.

Phoenix – Ultimate Vibration : la peur de gagner ?

Raging ayant perdu contre UV, et Freezgo écrasant tous ses adversaires avec une égale facilité, une victoire dans ce match peut nous éviter la dernière place. Notre motivation augmente en conséquence, en même temps que les conditions météo se dégradent. Les turn-overs et les calls se multiplient comme rarement, mais nous prenons la tête 6-4 peu avant la fin du temps. Sans parvenir à  conclure, nous nous inclinons 6-7 au terme d’un universe de 15 minutes.

\includegraphics{news1.jpeg}

Samedi soir : Retour au camping

Le samedi soir est l’occasion pour les deux équipes de se retrouver, d’évoquer les exploits de la journée, et de noyer le souvenir des défaites dans la bière, les chansons de Renaud et les pâtes à la sauce tomate. Passé 22h30, beaucoup de joueurs sont couchés, quand d’autres achèvent de se fatiguer sur Just Dance (attention au traquenard)

Phoenix – PUC : Les Phoenix sur la mauvaise pente

Nous mettons dans le premier match du dimanche une intensité physique égale à celle de la veille, et notre jeu en longue se révèle beaucoup plus dangereux. Ainsi nous sommes capables de rendre souvent des coups à  l’équipe adverse… mais celle-ci commet très peu d’erreurs. Cette régularité, que nous ne parvenons pas à trouver, donne progressivement au PUC une avance confortable qu’il garde jusqu’à la fin du match.

Phoenix – Sun : Un pied dans la tombe

Désormais, éviter la relégation suppose de ne plus perdre. Mais le Sun ne s’émeut pas de notre situation et rentre dans le match en pensant avant tout à  son propre maintien. Comme lors du match précédent, nous montrons le meilleur (malgré une météo hostile) comme le pire… Avec, manifestement, trop de « pire » pour réussir à coller au score. Victoire finale logique du Sun

Phoenix – NUC : Ashes to ashes…

Le faible enjeu du dernier match ne nous permet pas de trouver suffisamment de motivation pour surmonter la fatigue accumulée pendant le week-end. L’équipe adverse n’est pas non plus au top de sa forme, et nous livrons un match au niveau plus faible que les précédents. C’est malgré tout l’occasion de tenter des choses, de s’amuser et de profiter de la dernière occasion de courir dans le sable de Royan ! NUC, légèrement supérieur techniquement, s’impose finalement.

Epilogue

Malgré les défaites, le week-end a vu une équipe Phoenix au potentiel certain trouver doucement ses marques. Plus important encore, le plaisir de jouer à l’ultimate et la confiance mutuelle, 100% du temps. La saison ne fait que commencer et les Phoenix ont encore leur mot à dire…

Achievements individuels (liste non exhaustive):

Kao : Coach de qualité + non-oubli du gel douche (apparemment c’est important)
Jon : Force tranquille (il ne semble jamais subir la pression – on raconte qu’il préfère en boire.)
Pierre : Boss de Just Dance (un talent insoupçonné.)
Tiji : Cuisinier hors-pair (j’ai oublié le nom du truc avec la feta…)
Luc : Meilleur assistant spirit (oui, c’est un rôle qui existe)
Anto : Attitude positive (en match il ronchonne moins qu’à l’entrainement !)
Victor : Maîtrise du tableau de bord de la voiture des parents de Kao (compétence utile bien que très spécifique.)
Léo : Bonne affaire (le plus beau misprint de Force pour seulement 10 euros !)
Souf : Orga de qualité (merci !)
Robin : Initié aux huîttres (je ne referai pas) … et auteur de ces lignes